L’union fait la force

 

 Un peu de panela ganulada dans votre refresco ?

La famille hondurienne moyenne consomme entre 3 et 4 livres de sucre par semaine. C’est une pratique commune de préparer ses propres « refrescos », ou jus de fruits, et d’y ajouter une grande quantité de sucre. Les entreprises de sucre blanc raffiné ou encore de sucre brun possèdent une très grande part de ce marché dans ce pays, alors qu’il existe une alternative traditionnelle, agroécologique et beaucoup moins néfaste pour la santé : le sucre de canne non raffiné, localement appelé « panela granulada ». En effet, ce produit qui s’apparente visuellement au sucre brun contient les vitamines et minéraux présents naturellement dans la canne à sucre, et est absorbé plus facilement par l’organisme que le sucre raffiné. L’Association de producteurs et productrices de canne à sucre de Tulanguare (APROCATY), légalement formée en 2009 dans la région de Yoro grâce à la campagne de conscientisation menée par la Red COMAL, organisation partenaire de SUCO, s’est donné comme défi d’industrialiser la production de cet aliment et de le commercialiser à travers le pays, selon les principes de l’économie solidaire. La Red COMAL promeut un modèle économique où existent des principes éthiques, et où la nature est protégée.

HON2016_transport de canne_Catherine Perras
Le transport de la canne à sucre

 

La force d’un réseau basé sur l’économie solidaire

Doña Zoila, productrice et membre de l’association depuis sa création en 2009, cultive plusieurs aliments sur ses terres comme le maïs, les fèves, le café, et bien sûr, la canne à sucre. Cette dernière est d’une importance cruciale puisqu’on peut en faire un usage varié. En effet, la canne à sucre est utilisée comme édulcorant, combustible et nourriture pour les animaux. De plus, les récoltes ont lieu tout au long de l’année. Doña Zoila vit dans une communauté où le climat est idéal pour cultiver cette plante ce qui fait qu’elle n’a pas besoin d’y ajouter d’engrais. Malgré cela, la culture de la canne à sucre n’a pas toujours été facile dans cette région. Avant le projet d’usine de production de la panela, Doña Zoila nous explique qu’il était très difficile de vendre les récoltes en raison de la forte compétition et des maigres revenus qu’elles rapportaient, et que ceux et celles qui s’aventuraient à produire leur propre panela devaient y investir jusqu’à trois jours de leur temps par cycle de production, et ce pour obtenir une maigre quantité. Depuis que les producteurs et productrices de la région travaillent ensemble au sein de l’association, ils n’ont qu’à récolter la canne à sucre et la livrer à l’usine.  Dona Zoila est particulièrement fière de faire partie d’un réseau basé sur l’économie solidaire: « La force est dans l’union, puisque nous résolvons les problèmes ensemble. Ceci est notre rêve, à nous les producteurs et productrices. L’économie solidaire nous garantit que les gains restent dans la communauté, et nous assurent un revenu tout au long de l’année ».

HON2016_Dona Zoila_Catherine Perras
Dona Zoila

Même son de cloche auprès de Jorge Santiago Rodriguez, producteur et administrateur d’une usine de transformation. Il est d’ailleurs responsable des opérations quotidiennes de l’usine. Il nous explique l’importance de l’organisation et de la mise en commun des activités de production : « non seulement la centralisation de la transformation mène à de meilleurs revenus pour les familles, mais elle offre également des opportunités d’emplois à plusieurs jeunes de la région. » Selon lui, le processus d’intégration à un réseau solidaire a fait naître une nouvelle conscience chez les membres, qui sont maintenant plus que jamais motivés à travailler ensemble et à continuer à investir leurs efforts dans la production d’un aliment sain et écologique. Bien sûr, l’APROCATY fait face à plusieurs défis, notamment le transport de la canne à sucre des terres plus éloignées jusqu’à l’usine, et qui se fait au moyen de charrettes tirées par des bœufs. La solution envisagée par le jeune homme, qui consiste à mettre sur pied des groupes bien organisés à qui incombera la responsabilité des récoltes et du transport, démontre sa confiance en la force de l’union.

HON2016_Jorge_Catherine Perras
Jorge Santiago Rodriguez

Une nouvelle stratégie de commercialisation de la panela

Les succès démontrés par Doña Zoila et Jorge sont possibles grâce au vaste travail de mobilisation réalisé par la Red COMAL, un réseau national de producteurs et productrices agricoles, qui a formé ses membres au niveau du leadership local, la gestion de projets, la vie communautaire, l’incidence politique, les pratiques agricoles agroécologiques, l’hygiène et la sécurité, ainsi que la philosophie de l’économie solidaire. C’est grâce à ces formations que les familles productrices ont décidé de former leur propre association. SUCO appuie la Red COMAL en renforçant ses capacités dans les domaines de la commercialisation et de la promotion, notamment à travers l’élaboration d’une toute nouvelle stratégie de commercialisation de la panela. Lors de votre prochaine visite au Honduras, prenez le temps d’y goûter et vous ne serez pas déçus, ce sont Doña Zoila son collègue Jorge qui vous le disent !

 Par Catherine Perras, ancienne stagiaire PSIJ en commercialisation au Honduras

 

Le Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) est réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada accordé par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.