Les femmes font partie de la solution

« Le nombre de décès lors de catastrophes naturelles, qui se multiplient avec les bouleversements climatiques, est 14 fois plus élevé chez les femmes et les enfants. »
(Source : Développement et Paix, Chaud devant : impacts des changements climatiques dans les pays du Sud et recommandations pour une action du Canada, rapport officiel, 2015)

Les femmes sont touchées de manière disproportionnée par les effets des changements climatiques.

Les femmes jouent un rôle majeur dans l’agriculture et elles sont donc tributaires du climat. Quand les récoltes chutent à cause des dérèglements causés par les changements climatiques, les femmes sont souvent en première ligne. Les conséquences des changements climatiques sur l’agriculture mettent en péril la disponibilité des aliments pour les femmes et leur famille. Et si la sécurité alimentaire n’est pas assurée, c’est la santé qui se détériore, les revenus qui diminuent, la migration qui devient presque incontournable dans des conditions souvent dangereuses. Le cercle vicieux de la pauvreté, de la précarité et de la malnutrition s’amorce. Les changements climatiques touchent également d’autres aspects de la vie des femmes. Par exemple, la désertification les oblige à parcourir de longues distances pour se procurer le bois, essentiel à la cuisson des aliments. Les catastrophes naturelles les éloignent de leur communauté et les mettent en situation d’insécurité et de précarité.

Pour une participation politique des femmes au cœur de la lutte

Les femmes sont souvent oubliées dans les discussions politiques entourant les changements climatiques, et la COP21 n’y a pas fait exception. Cependant, cela ne les a pas empêchées de se mobiliser au sein de mouvements sociaux et d’associations. Au quotidien, les femmes dépendent du climat, elles connaissent leur environnement et, avec leurs savoirs ancestraux, savent comment le préserver. Les femmes doivent faire partie des prises de décisions et des stratégies de lutte aux changements climatiques. Elles font partie de la solution !

Des résultats tangibles

Pérou – De nouvelles techniques agricoles ont été implantées permettant aux familles de productrices et producteurs de s’adapter aux effets des changements climatiques.

Haïti – Après le passage de l’ouragan Matthew en Haïti, les récoltes étaient endommagées, et il fallait agir rapidement pour relancer l’agriculture et éviter une famine. Le travail d’accompagnement de SUCO dans la région du Sud-Est a porté fruit. Les gens ont fait preuve de résilience dès le lendemain du désastre, ils ont fait état des dégâts, ils avaient renforcé leurs capacités pour se relever après une catastrophe naturelle.

 

Nadia a les pieds sur terre

UNE INSPIRATION

Nadia Ponce Morales, M.Sc.

Chargée de programme et conseillère en environnement à SUCO

En plus de s’intéresser aux changements climatiques, Mme Nadia Ponce Morales est responsable du développement de partenariats à SUCO. Elle a pour mission de trouver des façons novatrices de mettre en commun des ressources pour accroître les impacts du travail de SUCO en agriculture durable auprès des populations du Sud. Elle se spécialise également en développement axé sur les jeunes et en analyse environnementale.

 

agriculture
entrepreneuriat
gouvernance
nutrition
sécurité alimentaire
égalité
changements climatiques
éducation