L’éducation, essentielle pour atteindre l’égalité

« Dans le monde, 103 millions de jeunes n’ont pas acquis les savoirs de base et plus de 60 % d’entre eux sont des femmes. » (ONU – ODD)

Un droit fondamental

L’éducation permet de choisir son avenir et d’exprimer avec confiance et détermination ses choix personnels et professionnels. C’est un droit fondamental, et à ce titre, les femmes doivent y avoir un accès universel et égal aux autres membres de la société.

Des obstacles

Les filles et les femmes des pays du Sud sont confrontées à plusieurs obstacles quand vient le temps d’accéder à une éducation et une formation de qualité. D’abord, la pauvreté, mais aussi l’isolement géographique. Quand il faut marcher des heures sur des routes ardues pour se rendre au centre de formation technique, c’est plus difficile. Alors imaginez-vous quand il faut le faire avec un enfant en bas âge sur le dos ! Il y a aussi toute la question des attitudes traditionnelles par rapport au rôle et statut de la femme. Pourquoi les pères de famille devraient-ils permettre à leurs filles de participer aux formations en agroécologie par exemple, quand elles sont destinées à se marier et fonder une famille ?

Un pas vers l’autonomisation

Éduquer les filles et les jeunes femmes, c’est un pas de plus vers leur autonomisation et leur développement économique. Elles deviennent en mesure de proposer des solutions à des problèmes concrets, elles prennent des initiatives, elles cultivent la terre familiale, elles commercialisent leurs produits. Elles deviennent des leaders, des entrepreneures et des modèles pour les futures générations. Parce qu’éduquer les filles et les jeunes femmes, c’est un pas de plus pour l’ensemble de la communauté !

Des résultats tangibles

Nicaragua – 1174 jeunes (dont 513 femmes) ont été formés en agroécologie, en entrepreneuriat et en égalité entre les hommes et les femmes.

Pérou – Les capacités de 8 instituts de formation technique en agriculture et entrepreneuriat, ainsi que celles du personnel enseignant, ont été renforcées.

 

Gilda a les pieds sur terre

UNE INSPIRATION

Gilda Villaran

Associée chez Fasken Martineau

Mme Villaran est née et a grandi à Lima, au Pérou. Après ses études en droit à la faculté de droit de l’Université catholique pontificale du Pérou, elle a travaillé pour le ministère du Travail péruvien.

Grâce à une bourse, elle a par la suite poursuivi ses études aux États-Unis à l’Université de Yale, où elle a obtenu une maîtrise en droit et un doctorat en sciences juridiques. Mme Villaran a ensuite plié bagage et s’est rendue en France. Elle a travaillé comme associée en recherche pour l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) et a participé à un projet pilote de la Commission économique européenne sur les fusions et acquisitions en Europe.

 

agriculture
entrepreneuriat
gouvernance
nutrition
sécurité alimentaire
égalité
changements climatiques
éducation