Soutenir l’agriculture familiale pour éradiquer la faim

« Une personne sur neuf dans le monde est sous-alimentée (soit 795 millions). » (ONU -ODD)

Expression fort présente dans les discours des décideurs du monde entier, la sécurité alimentaire n’est pourtant pas atteinte. C’est d’ailleurs pourquoi « Faim zéro » fait partie des objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU. Pourtant, notre monde produit assez d’aliments pour nourrir la planète. Alors, quel est le problème, ou plutôt quelle serait la solution ? Peut-être faut-il repenser le modèle agricole industriel basé sur les avancées technologiques et l’intensification des cultures ? Peut-être faut-il calculer le rendement différemment et considérer les répercussions écologiques et sociales de ce modèle agricole ?

Et quand on y pense, ce n’est pas l’agriculture industrielle qui nourrit la planète, mais plutôt les « 500 millions de petites exploitations agricoles qui fournissent jusqu’à 80 % de la nourriture consommée dans les pays en développement. » (ONU – ODD)


Et si l’agriculture familiale et à petite échelle permettait de lutter contre l’insécurité alimentaire ?

SUCO travaille au quotidien avec des familles de producteurs et productrices, car c’est en pratiquant une agriculture durable et respectueuse de l’environnement qu’on pourra éradiquer la faim et la pauvreté.

Des résultats tangibles

Nicaragua – Les familles produisent plus et de manière diversifiée, 12 mois par année, grâce à la formation en agroécologie de leurs enfants.

Haïti – Dans les départements du Sud et de Grand-Anse en Haïti, les actions de SUCO et de ses partenaires ont permis de restaurer l’agriculture, de diversifier et d’augmenter la production agricole.

agriculture
entrepreneuriat
gouvernance
nutrition
sécurité alimentaire
égalité
changements climatiques
éducation