Devenez Mentor·e !

 

 

Partagez votre expertise professionnelle et contribuez au succès de la relève.

SUCO recherche des bénévoles ayant de 2 à 3 années d’expériences professionnelles dans les domaines nommés ci-dessous, pour accompagner les stagiaires en coopération internationale dans leur développement professionnel. Le programme de mentorat est une occasion de partager vos connaissances et de contribuer à améliorer l’employabilité des stagiaires qui participent au Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ).

Vous êtes une personne professionnelle dans l’un des domaines suivants: 

  • Communication environnementale
  • Entrepreneuriat jeunesse
  • Administration et finances
  • Communication numérique
  • Commercialisations de produits agricoles
  • Environnement et agroécologie
  • Égalité entre les femmes et les hommes

Lancez-vous dans l’aventure et impliquez-vous comme personne mentore!

Soumettez le formulaire de candidature par courriel à isabelle-tracylaude@suco.org avant le 22 novembre 2019.

 

Implication et engagement 

La communication entre la personne mentore et la personne mentorée (stagiaire) se fait à distance. Vous devez avoir accès à une connexion internet fiable et être confortable avec les outils de communication web, tels que; Skype et WhatsApp.

L’implication dans le programme de mentorat totalise un maximum de 6 heures entre le mois de novembre 2019 et avril 2020. Vous devez être disponible pour une rencontre de sélection d’une durée de 30 minutes, un webinaire de présentation du programme de mentorat de 45 minutes et 4 rencontres moyennement d’une heure avec le ou la stagiaire.

 

 


Renseignements supplémentaires

Isabelle-Tracy Laudé

Agente de programme- Mobilisation

isabelle-tracylaude@suco.org

(514) 272-3019, p.224

 

 

 

 


Entrepren’Elle, un espace de partage pour les femmes entrepreneures

 

Il est 10 heures du matin et j’ai la sensation qu’il est 17 heures. C’est à moitié réveillée de mon escapade matinale Jacmel/Port-au-Prince, encore étourdie des virages interminables de la montagne « mòn karaté », que j’ai le plaisir de rencontrer ma nouvelle collègue. C’est avec ma mine de dormeuse que je salue brièvement notre passagère, Luckny Guerrier, nouvelle volontaire pour SUCO en Haïti comme conseillère en entrepreneuriat à St-Marc, dans le département de l’Artibonite.

Rencontre avec Luckny, une héroïne optimiste 

Avant de connaître notre prochaine destination, je m’empresse de prier la cheffe de projet de la mission exploratoire Entrepren’Elle de m’accorder un « 5-10 minutes pas plus » pour un entretien. Notre volontaire n’en est pas à sa première visite dans son pays d’origine. Cela fait maintenant plus de 2 ans qu’elle vient régulièrement en Haïti.

Petit détour chez notre représentante pour une brève entrevue « Ca va être long ? Non, non, mais il vaut mieux être confortable ! » Assise autour de la table à l’ombre de la chaleur du début d’après-midi, je me plonge dans ma mission exploratoire : connaître Luckny. Réveillée par l’appréhension de faire la connaissance de la cheffe de projet, je me retrouve face à une jeune femme réservée qui est dévouée au développement économique d’Haïti. Diplômée en marketing, elle travaille tout d’abord dans un centre local de développement à Montréal. C’est pour assouvir sa quête d’identité et d’opportunité que Luckny participe au forum jeunesse ÉLAN Haïti.

Durant sa semaine au Cap-Haïtien, Luckny crée des liens avec des jeunes Haïtiens « natifs natals ». Ces jeunes ont fait des études et ont des aspirations et des idées, mais surtout des compétences pour développer leur pays. En eux, elle découvre une richesse inconnue des jeunes entrepreneurs de la diaspora haïtienne montréalaise. La jeune entrepreneure perçoit les possibilités de réseautage et de développement dans la perle des Antilles. Sa participation au forum lui vaut d’être nommée jeune déléguée du gouvernement jeunesse d’Haïti. C’est alors que Luckny se donne comme mission de reconstruire les ponts entre la diaspora haïtienne de Montréal et Haïti. Les ponts détruits par l’instabilité politique, la pauvreté et la peur. « Je voulais briser la barrière du danger »

13147657_494885360719669_8257248195978740424_o

 

Entrepren’Elle, un pont entre les entrepreneures de la diaspora montréalaise et d’Haïti

C’est ainsi que naît la mission exploratoire Entrepren’Elle 2015. L’objectif est de valoriser les initiatives de femmes entrepreneures issues de la diaspora montréalaise et de femmes haïtiennes natives natales. « Je voulais créer un espace de partage international ». Bien que Luckny ait été seule pour tout orchestrer, la première édition fut une belle réussite qui a inspiré les participantes à revenir séjourner dans le pays. Avant d’accepter de participer au projet de Luckny, les participantes de la délégation 2015 avaient exprimé leurs inquiétudes devant le fait de s’aventurer en Haïti. Suite à ce séjour enrichissant, elles ont décidé de se lier au projet et de renouveler l’expérience. C’est ensemble qu’elles ont organisé la mission Entrepren’Elle 2016. L’équipe est donc de retour avec une nouvelle délégation et a créé des partenariats importants notamment avec l’Ambassade du Canada en Haïti, le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger (MHVE) et, bien sûr, SUCO.

Mission 2017 : faire l’inverse et inviter une délégation haïtienne à Montréal ou ailleurs. En attendant, notre héroïne optimiste ne rêve pas de changer le monde. Elle aspire à créer des opportunités de partage et à encourager les jeunes à oser aller hors de leur zone de confort, à oser l’international !