Donner au suivant

 

DSC_0147-web

Il est 15 h 30. La pause du midi est terminée. Assise à mon bureau, je réponds à mes courriels. Concentrée, je remarque à peine la tête de Siméon qui s’est glissée dans l’entrebâillement de la porte. Coiffé de sa casquette verte kaki, il revient très certainement d’une visite en brousse.

Siméon Diédhiou est originaire de la Casamance. À 31 ans, il est chargé de programme à AGRECOL Afrique, organisation appuyée par SUCO. Il prend son travail très à cœur. À chaque semaine, le jeune homme et son équipe technique déferlent sur les routes cahoteuses du Sénégal pour visiter les différents périmètres encadrés par le programme. Ils ont pour mission de renforcer les capacités des petits producteurs en agriculture biologique et les aider à obtenir de bons rendements agricoles.

L’année passée, au mois de décembre, un défi de taille s’est présenté au chargé de programme. Il a eu pour responsabilité d’organiser la quatrième édition des Journées de promotion de l’agriculture biologique. « J’avoue qu’au départ, j’étais inquiet, car je n’avais jamais organisé une journée de promotion », confie-t-il. Cet événement, qui a lieu à chaque année, vise à sensibiliser les agents du développement et la population aux bienfaits de l’agriculture biologique.

DSC_0141 web
Village de Keur Mangary Ka, Sénégal.

 

Assis face à moi, Siméon expose en toute honnêteté le défi auquel il a dû faire face pour organiser la journée : « J’ai d’abord commencé par chercher des informations écrites sur les éditions précédentes. Quand on fait une chose pour la première fois, on a forcément besoin de repères. Malheureusement, je n’ai rien trouvé. J’ai dû me tourner vers les techniciens horticoles pour discuter avec eux du déroulement de l’édition passée ».

Pour le jeune homme, toute organisation doit conserver une trace écrite de ses expériences. « Traduire, c’est parfois trahir. Certaines informations se perdent quand elles sont transmises d’une personne à l’autre. Quand tu écris, au moins, ça reste; d’où la nécessité d’avoir des documents en amont pour te servir d’appui », explique-t-il. C’est à partir de cette problématique que Siméon a eu l’idée de rédiger un guide avec des recommandations pour les événements futurs.

DSC_0123
Une des bénéficiaires du programme géré par Siméon Diédhiou.

 

« J’ai eu envie de capitaliser mon expérience. Je pense qu’il faut laisser quelque chose derrière soi afin d’éviter que d’autres ne vivent les mêmes difficultés. Je veux que les gens puissent avoir un modèle, et même l’améliorer au fil du temps », indique-t-il. « Je suis content d’avoir capitalisé la journée de promotion. Maintenant, je comprends toute la pertinence d’utiliser des outils participatifs comme la ligne du temps », assure-t-il. Emballé à l’idée de partager ces nouveaux acquis, le jeune homme ajoute : « Non seulement je vais réutiliser cet outil dans mon travail, mais je vais aussi l’utiliser pour former, car je compte moi aussi aider les gens à capitaliser leurs expériences. Je veux donner au suivant ».

Particulièrement intéressé par la capitalisation, le Casamançais relate le chemin parcouru depuis qu’il bénéficie de l’appui d’une volontaire de SUCO dans ce domaine. « Au départ, je ne comprenais rien. Après un an, grâce aux formations et aux activités de renforcement de capacités, je suis très impliqué dans la capitalisation d’expériences », affirme-t-il. En attendant la publication du guide, Siméon partage ses réflexions sur l’importance de capitaliser : « Si on travaille avec des informations fiables et des documents bien faits, normalement, on réussit ce que l’on fait. En tout cas, ça nous permet de ne pas aller dans tous les sens. On sait où l’on va ».

DSC_0134 web
Siméon Diédhiou et Noël Tine lors de la journée de promotion de l’agriculture biologique

 

 

 

 

 

 

 


Grain de café blanc

 

dsc_0007

Moi, c’est Milaine. Mon travail, c’est la coopération internationale. Depuis deux ans, je passe le plus clair de mon temps au Sénégal, pays de la Teranga. Là-bas, je suis une « toubab », une étrangère à la peau blanche. Je dirais même plus que blanche, translucide. Une pinte de lait sur deux pattes. Je me sens très minoritaire. Je suis une « minorité visible », plus que visible même.

Quand je prends l’autobus à Dakar, je suis souvent la seule translucide. Pendant les premières secondes du trajet, je me sens très petite. J’ai l’impression que tout le monde m’observe. Je suis mal à l’aise dans ces moments-là, je sens des bouffées de chaleur envahirent le haut de mon corps. Près de moi, je vois deux jeunes filles qui rigolent entre elles. Est-ce qu’elles rient de moi ? Je baisse les yeux subtilement à la recherche d’une tache sur mes vêtements. Je cherche ce qui cloche. Pourtant, rien ne cloche, je suis simplement un grain de café blanc. Au début, j’avais du mal à faire avec ma différence. Il m’a fallu plusieurs mois pour apprivoiser mon statut d’étrangère. J’étais vite submergée par la timidité. J’essayais par tous les moyens de cacher ma gêne. Je souriais, je communiquais en wolof. Malgré tout, on me rappelait constamment que je ne venais pas d’ici. « Hey toubab, comment t’appelles-tu ? ». Ça m’agaçait. Pourquoi est-ce qu’on me surnomme toujours l’étrangère ? Je voulais changer de couleur, je voulais qu’on me laisse tranquille.

Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus à l’aise au pays de la Teranga. Être constamment hors de ma zone de confort m’a permis de développer une plus grande confiance en moi. Je suis plus solide. Je me suis même habituée à mon nouveau surnom. Chaque fois, ça me fait rire. Je m’appelle moi-même l’étrangère. Après tout, je ne peux pas en vouloir aux gens d’ici. La première chose qu’on voit de moi, qu’on le veuille ou non, c’est que je viens d’ailleurs. C’est écrit sur ma peau, ça se lit dans ma manière de bouger, ça se comprend dans ma façon de voir le monde. Je ne peux pas faire fi de qui je suis. J’ai vécu 24 ans au Québec. Je serai toujours une Québécoise blanche comme la neige. Comme on dit ici, « la violence du vent n’enlève pas les taches du léopard ». Rien ne pourra changer ma vraie nature. Par contre, je peux ajouter différentes couleurs à mon identité. Je m’enrichis des autres. J’ai maintenant plusieurs cordes à mon arc identitaire.


C’est dans l’échange qu’on trouve des solutions

 

Quand j’ai entendu l’expression « capitaliser ses expériences » pour la première fois, un gros point d’interrogation s’est affiché sur mon visage. Qu’est-ce que ça signifie exactement ? À première vue, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une chose très complexe. Je m’étais trompée. Ce n’est pas si sorcier. Tout le monde peut capitaliser ! Il suffit simplement de comprendre les principaux concepts et étapes d’un processus de capitalisation. Pour ce premier billet, j’ai décidé de commencer par la base. Je vous présente une définition sous forme métaphorique, extraite de ma formation donnée à AGRECOL Afrique, organisation partenaire de SUCO au Sénégal.

IMG_0452
Milaine en compagnie de ses collègues de travail à AGRECOL  Afrique                                                                       Crédit-photo: Rébecca Bleau

La métaphore du bateau

Un jour, votre patron arrive avec une idée un peu spéciale. Il désire organiser un voyage en haute mer avec l’ensemble de son personnel. Il propose de traverser l’océan Atlantique en bateau. L’aventure semble périlleuse, mais fort enrichissante. Enthousiaste, vous décidez de prendre part à ce projet hors du commun. Après plusieurs mois de planification, vous êtes enfin prêts à prendre le large. À bord du navire, on retrouve votre patron, son adjoint et l’ensemble de vos collègues. Chacun occupe un rôle clé. Il faudra travailler en équipe.

Tout au long de l’aventure, vous devez faire face à plusieurs imprévus : tempête en haute mer, trou dans la coque du bateau, attaque par des pirates, etc. Ces situations vous amènent à réagir d’une certaine manière et à trouver rapidement des solutions. Vous développez des réflexes, des façons toujours plus efficaces de faire les choses. Pour ne pas oublier le moindre détail de ces événements, vous décidez de tenir un journal de bord. Vos collègues décident de faire de même. À l’intérieur, chacun décrit les événements selon ses propres perceptions. Après plusieurs mois en haute mer, la terre ferme se dessine enfin à l’horizon. Le voyage est une réussite, malgré les nombreux obstacles. Arrivés à destination, deux options s’offrent à vous et vos collègues : 1) chacun quitte l’embarcation avec son journal de bord ou 2) vous décidez de réunir les journaux de bord de chacun pour rédiger un guide de survie en haute mer.

DSC01381
Comité de capitalisation en action. C’est dans l’échange qu’on génère de nouvelles connaissances et qu’on trouve des solutions.

 

Emballés à l’idée de partager votre expérience, vous choisissez unanimement la deuxième option. Au fil des échanges, vous et vos collègues réalisez à quel point la mise en commun des différents vécus est enrichissante. En groupe, vous décrivez et analysez chacune des étapes du voyage. Vous identifiez les leçons apprises et formulez des recommandations pour vous et ceux qui seraient tentés de reproduire l’expérience. Le guide est enfin prêt. Votre patron décide de le diffuser à grande échelle afin qu’un grand nombre de personnes puissent avoir accès aux enseignements tirés de votre expérience en haute mer. Un de vos collègues propose aussi d’archiver le guide afin de conserver une trace de l’aventure dans la mémoire institutionnelle de l’organisation. À chaque voyage en bateau, vous vous référez au guide. Vous constatez qu’il contribue à l’amélioration des pratiques de votre organisation.

Cette métaphore illustre les grandes lignes de la capitalisation d’expériences. D’un point de vue théorique, c’est un processus qui vise à identifier, décrire, analyser et diffuser les leçons tirées de l’expérience afin d’améliorer les pratiques. Cette définition est intéressante, mais peu parlante. C’est pourquoi j’ai opté pour une aventure en bateau. J’étais frustrée de ne pouvoir expliquer simplement en quoi consiste la capitalisation d’expériences. Maintenant, c’est un réel plaisir ! Quand on travaille sur le terrain, il faut parfois une bonne dose de créativité pour relever les défis.

Appliquée au contexte de travail d’AGRECOL Afrique, la capitalisation d’expériences permet de repérer et diffuser les bonnes pratiques et les innovations paysannes en agroécologie. C’est fondamental à l’heure où les effets des changements climatiques affectent grandement les rendements agricoles au Sénégal. Il faut trouver de nouvelles options. Pour ce faire, le partage d’expériences doit être au cœur des actions. Je dis toujours : « C’est dans l’échange qu’on génère de nouvelles connaissances et qu’on trouve des solutions ».

DSC00717
Les inondations sont des effets des changements climatiques auxquels doivent faire face les producteurs et les productrices. L’agroécologie permet de mitiger ces effets.