Proga-Jeunes, un projet de développement ambitieux et innovateur

 

Depuis 2014, j’ai l’incroyable chance de travailler pour un projet de développement international ambitieux et innovateur comme conseillère en renforcement des capacités pour Suco : Proga-Jeunes. Il s’agit d’un projet qui se déroule sur six ans et durant cette période, environ 2000 jeunes producteurs et productrices reçoivent une formation technique en agroécologie. Ils étudient trois ans pour obtenir leur diplôme. Le curriculum comprend des cours sur la production des grandes céréales, la production maraîchère, l’élevage, l’agroforesterie en plus de cours de sécurité alimentaire, de transformation et conservation des aliments, d’entrepreneuriat et d’égalité entre les femmes et les hommes. Les jeunes qui le souhaitent ont accès à un micro-crédit pour démarrer une petite entreprise. Le projet accompagne également les communautés en réalisant des ouvrages environnementaux qui permettent de solutionner des problèmes comme l’accès à l’eau potable, la gestion des matières résiduelles, la déforestation et la sauvegarde de semences indigènes. Tout cela en se basant sur une méthodologie d’éducation populaire parce que la plupart de ces jeunes ont un faible niveau d’éducation et apprennent beaucoup mieux dans l’action. Le dernier groupe d’étudiants terminera sa formation en décembre 2016.

NICA2016_DurabilitéIntro2_RachelVincent
Crédit-photo: Everto Lira

Au-delà du projet : des impacts durables

De grandes questions se posent donc pour l’équipe sur le terrain. Comment faire pour, qu’au-delà de notre intervention, les jeunes continuent à mettre en pratique les connaissances acquises? Comment faire pour qu’ils soient de véritables agents de changement au sein de leur communauté? Comment être certains que le message et la philosophie du projet survivront au retrait de l’équipe de Proga-Jeunes?

Ces questions sont pertinentes pour n’importe quel projet de développement qui souhaite voir un effet durable de ces actions. Avec Proga-Jeunes, nous souhaitons ultimement améliorer le niveau de vie des personnes avec qui nous travaillons et nous pensons que cela peut se réaliser à travers la protection de l’environnement, des relations hommes-femmes plus équilibrées, l’augmentation des revenus des ménages, l’amélioration de la sécurité alimentaire et une production agricole plus abondante, plus diversifiée et mieux échelonnée sur toute l’année. Or, les changements en profondeur peuvent difficilement s’observer sur une courte ou moyenne période. Cependant, la méthodologie de Proga-Jeunes semble faire ses preuves, car il n’y a aucun doute que plusieurs des familles bénéficiaires peuvent déjà dire que leur vie n’est plus la même que celle qu’elles menaient avant le projet. Mais combien de temps cela durera-t-il? Les jeunes sauront-ils maintenir la production et faire l’entretien adéquat de leurs cultures en l’absence de l’équipe de Proga-Jeunes? Sauront-ils trouver de nouveaux marchés pour leurs produits? Donneront-ils à leurs filles la place à laquelle elles ont droit dans les décisions familiales?

Un défi à relever : bien outiller les leaders de demain

En tant que projet qui promouvoit des valeurs différentes et de nouvelles pratiques, nous voulons pouvoir revenir dans 10 ans, dans 20 ans, et constater que ces jeunes d’aujourd’hui sont les leaders de demain et que nos partenaires furent des acteurs proactifs dans la formation d’autres jeunes sur la même voie.

Mais pour que cela puisse se faire, il est important de bien comprendre les besoins des personnes, de fournir les outils nécessaires à leur autonomisation et d’identifier des alliés au sein du pays qui peuvent contribuer à l’atteinte de ces nobles objectifs. Proga-Jeunes est justement en train d’établir sa stratégie de durabilité et cette dernière comprendra des actions sur tous les fronts : transfert de connaissances aux partenaires, formation de promoteurs, échanges d’expériences, création de marchés verts, etc. Et ce sont ces initiatives, que j’aurai le plaisir de vous présenter dans ce blogue, qui feront de Proga-Jeunes un projet vivant et ancré dans les communautés, au-delà de l’intervention de Suco et de ses partenaires.

 

Rachel en compagnie d’un groupe de jeunes étudiants. Crédit-photo: Fernando

 

Pour en savoir davantage sur Proga-Jeunes, suivez-nous sur notre page Facebook au Nicaragua.

 

 


L’agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques

 

Depuis le début de mon mandat au Nicaragua il y a plus de deux ans, la pluie est un événement rare, et la sécheresse qui en découle est attribuée, entre autres, au phénomène climatique El Niño. Pourtant, il devient de plus en plus évident pour n’importe quelle famille productrice du Nicaragua qu’El Niño n’est sans doute pas le seul responsable et qu’il n’est tout simplement plus possible de se fier aux almanachs. D’une année à l’autre, on ne sait plus quand ni quoi semer. Les jeunes doivent quitter leur famille pour gagner un peu d’argent et subvenir aux besoins de base. Bien souvent, cela veut dire traverser la frontière pour chercher du travail dans les pays environnants. Certains ne reviennent pas et abandonnent leurs enfants à leurs grands-parents. De nombreuses jeunes filles reviennent enceintes de père inconnu. Et ainsi, en plus de la pauvreté qui s’accentue, il se crée une dissolution sociale dans les communautés. Au-delà de la faim, la sécheresse a donc bien d’autres conséquences, dont celle d’affaiblir le principal réseau de solidarité de la culture nicaraguayenne : la famille.

Rachel blogue
Rachel Vincent

 

Des expériences convaincantes

Avec ce portrait sombre en tête, je me rends sur le terrain à la rencontre des jeunes producteurs et productrices et de leur famille. Et quelle n’est pas ma surprise de constater que tous n’ont pas été touchés si durement par la sécheresse. La combinaison de différentes pratiques agroécologiques a permis à plusieurs familles de Proga-Jeunes d’obtenir une bonne production! Ma visite m’apprend que deux techniques en particulier sont favorables à l’infiltration des eaux et à la réduction de l’érosion des sols. La première, c’est l’établissement d’engrais verts en compagnonnage avec les grandes cultures, le maïs tout particulièrement. Les engrais verts sont des légumineuses et ils ont la caractéristique d’apporter de l’azote au sol, un élément essentiel pour les plantes. Mais en plus de son aspect fertilisant, l’engrais vert permet de retenir le sol et de conserver l’humidité. Plusieurs d’entre eux sont également comestibles. La deuxième technique, c’est la réalisation de canaux d’irrigation. Dans un terrain en pente comme le sont la plupart des terres des paysans du nord du Nicaragua, de tels canaux permettent la rétention du sol et de l’eau. Le succès de cette technique est encore plus frappant lorsqu’elle est associée à la plantation de cultures comme la valériane, l’ananas ou la canne à sucre puisque la présence permanente de racines fortifie encore plus le sol.

NICA2015_Sécheresse2015_RachelVincet
La jeune Frania et son père reçoivent Elvin Moran, technicien de Proga-Jeunes. Creuser des canaux d’irrigation sur leur ferme a été un facteur clé dans la récolte du maïs.

Je ne peux qu’être émue lorsque le père de Frania, une jeune étudiante, me raconte que l’an dernier, il fut surpris lorsqu’il constata que sa fille avait réussi à produire du maïs dans sa parcelle alors que lui et ses voisins avaient tout perdu. Durant la saison sèche, il a donc creusé des canaux sur sa terre et au moment de semer son maïs, il a aussi semé un engrais vert. Cette année, il est le seul de ses voisins à pouvoir récolter.

«Mes voisins croient que c’est de la chance, me confie-t-il. Mais moi, je sais que ce n’est pas de la chance. C’est du travail, car ce n’est pas facile de faire un canal d’irrigation.»

Mais ce n’est pas tout : les producteurs bénéficient aussi indirectement de l’établissement de ces bonnes pratiques. Don Concepción, l’agriculteur qui nous a prêté sa maison et un petit lopin de terre pour qu’on puisse installer un centre d’études local de Proga-Jeunes, est fier de me montrer le puits qu’il a récemment rénové. Celui-ci est situé tout en bas de la parcelle école et depuis que les jeunes y ont établi différentes pratiques, entre autres, les canaux d’irrigation, le ruisseau a repris vie et le puits s’est rempli! Il bénéficie maintenant à une quinzaine de familles.

Une nouvelle stratégie pour s’adapter au climat

L’équipe du projet PROGA-Jeunes intervient dans plusieurs zones gravement touchées par la sécheresse et il est clair que l’agroécologie, bien qu’extrêmement bénéfique, ne peut pas non plus être la seule intervention pour mitiger les effets des changements climatiques. Des ouvrages environnementaux communautaires comme la construction et la réparation de systèmes de captation d’eau de pluie et de puits ont déjà été réalisés. Cette année, constatant que la pluie se fait toujours rare, mon équipe régionale a décidé d’adopter une nouvelle stratégie en axant ses efforts sur deux plans :

  • L’installation de filtres qui permettent de récupérer les eaux usées domestiques pour l’arrosage des plants du potager comme solution à court terme.
  • Le développement d’alliances avec les comités de bassins versants en vue d’organiser les communautés pour l’établissement de pépinières d’arbres forestiers et fruitiers qui serviront à la reforestation comme action à long terme.

Témoin des bons résultats de cette stratégie combinée aux pratiques agroécologiques, je reviens de cette visite sur le terrain le cœur plus léger, avec la fierté de contribuer réellement à améliorer le niveau de vie de ces paysans et paysannes. Mais il n’y a plus aucun doute pour moi : l’agroécologie est définitivement la voie à suivre dans la production agricole.

NICA2015_Sécheresse2_RachelVincent
Don Concho est fier de nous montrer le puits qu’il a rénové grâce à l’établissement de nouvelles techniques agroécologiques

 

Par Rachel Vincent, volontaire au Nicaragua