L’équipe s’agrandit chez SUCO!

 

as

Bienvenue à Anne-Sophie qui a récemment rejoint l’équipe pour nous appuyer dans la coordination des stages du programme Québec sans frontières (QSF) et à l’engagement du public. Anne-Sophie, qui détient un baccalauréat en développement international, a d’ailleurs effectué un stage QSF en 2014 avec une association de producteurs de café au Costa Rica. Suite à l’obtention de son diplôme, elle a aussi réalisé un mandat de 6 mois au Pérou en participation citoyenne et en égalité entre les femmes et les hommes.

Notre collègue est passionnée par les enjeux de la coopération internationale en Amérique latine et s’intéresse particulièrement à ce qui touche aux luttes sociales des femmes et des populations autochtones. Cette année, en plus de s’impliquer dans l’organisation du stage QSF de SUCO, elle formera et accompagnera notre groupe de stagiaires durant l’été 2017 à Huari, au Pérou, pour un mandat en environnement. Son expérience chez SUCO est l’occasion pour elle d’encourager les jeunes Québécois et Québécoises à s’impliquer à l’international et ainsi découvrir la richesse de l’échange et celle de tisser des liens de solidarité entre les communautés. Elle est d’ailleurs convaincue que le programme QSF est beaucoup plus qu’une expérience de travail à l’étranger, c’est une rencontre humaine, un partage de valeurs, qui permet aux participants de développer leur propre regard sur le monde et la coopération internationale.

 

as2

 

Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.

Mario Navarrete Jr.

 

ll fait partie de la scène gastronomique montréalaise depuis les années 90 suite à ses études en cuisine d’établissement et pâtisserie. Son premier restaurant RAZA a reçu 28 points sur 30 du guide américain Zagat. Le magazine En Route, dans son édition spéciale sur la gastronomie, l’a aussi élu quatrième meilleur nouveau restaurant au Canada.

12250052_454386708087154_889176830988990151_n
En 2007, il a poursuivi avec l’ouverture de Madre rue Masson, un bistrot latino nommé dans les 100 meilleurs restaurants au Canada en 2014 par Vacay. Un second Madre pris place en 2013 rue Fleury. Le Chef a ouvert son premier restaurant péruvien CALLAO en 2014 et y fait aussi les événements Mesa10 , 10 sièges intimes réservés à la dégustation de menus en 20 services avec des chefs invités.

Avant d’avoir ses propres restaurants, le chef Navarrete a fait des stages dans d’importantes maisons. Il a œuvré avec la superstar de la nouvelle cuisine latine, Douglas Rodriguez, à l’Alma de Cuba, avec Guillermo Pernot, au Pasión, à Philadelphie, ainsi que chez Daniel et Café Boulud, à New York. Une fois à Montréal, il a cuisiné entre autres au restaurant Les Caprices de Nicolas, l’un des meilleurs restaurants de la ville à l’époque, sans compter ses débuts à Café Ferreira, Bice et Tentation.


À quoi serviront les fonds ?

 

Lutter contre l’exode rural des jeunes au Pérou et assurer la sécurité alimentaire des familles

  • Permettre à 2 000 jeunes Péruviens et Péruviennes de recevoir une formation en production agricole et en entrepreneuriat au cours des cinq prochaines années afin d’en faire des acteurs et actrices du développement économique de leur communauté.
  • Permettre à 10 000 productrices et producteurs d’avoir accès à une formation agricole et entrepreneuriale de qualité et qui augmenteront les revenus de leur famille.

HUARI-ABR2014-175


Toubab en terres mystiques

 

FullSizeRender_1

 

Je suis une Toubab[1], étrangère dans ce pays de mystères. Pourtant aux aguets, quelque chose m’échappe…

Sénégal, pays intemporel

M’étendre et penser pendant des heures, synonyme d’improductivité dans ma tête d’Occidentale, m’apparaît désormais comme la chose la plus importante. Mon esprit, qui a enfin pu faire le tri dans le tourbillon d’informations accumulées contre mon gré, permet à mes pensées une infinie liberté.Une fois endormie, même mes rêves sont libérés et me transportent plus loin chaque nuit. Et eux, Sénégalais étalés de tout leur long sur la natte, à quoi pensent-ils chaque jour de leur vie ? Ici, ni les minutes ni les heures n’existent, tout comme les années d’ailleurs. Quel âge a Chiatchi[2] ? Andim[3].

Elle sèche le poisson, pile les arachides, nourrit le bétail, s’occupe des poules et commerce avec le voisinage chaque jour, infatigable. Chiatchi, pilier de la famille alors que chez moi, on peine à trouver une place à nos aînés. Je pense que les gens d’ici n’ont pas d’âge, ils vivent au gré des saisons. L’âge est peut-être une construction occidentale. C’est l’âge qui nous fait vieillir alors que le temps, au Sénégal, est relatif. Mais si le temps n’est rien, qu’en est-il de la jeunesse de cette jeune femme, là-bas ? Maman de quatre bambins, elle me semble pourtant si jeune. N’ayant jamais eu la chance d’aller à l’école, elle s’est mariée sans avoir pu compter ses années. Est-ce que le fait de vivre dans l’inconnu diminue les regrets ?

Sénégal, pays de spiritualité

Jeunes et moins jeunes, totalement dévoués à Allah dans ce pays presque entièrement musulman, multiplient prières et privations dans un islam en plein essor. Dans ce pays musulman, le port du voile côtoie les taille-basses[4] multicolores que l’on soulève bien haut en dansant, exposant sans gêne les sous-pagnes excentriques des jeunes femmes. J’observe ces femmes vêtues de leur pagne bien long, s’assurant de bien cacher leurs genoux, mais qui dénudent leurs seins sans pudeur sur la concession, les seins étant plus associés à l’allaitement qu’à la sexualité. Islam pratiqué par tous, mais tous n’arrivent pas à comprendre et à m’expliquer les fondements du Coran, comme si pratiquer l’islam était simplement acquis à la naissance. J’écoute cet homme me parler de ses deux épouses : avoir une seule épouse, c’est comme avoir un seul œil, que fais-tu si tu en perds un ? Polygamie tellement répandue qu’elle est la norme ici, créant d’immenses familles multigénérationnelles. Difficile de bien comprendre les liens unissant ces hommes et ces femmes dans cette culture où l’amour n’est pas visible au premier abord si amour il y a, entre mariage consentant et mariage arrangé.

IMG_3334

Sénégal, pays de superstitions

Islam exubérant conjugué au maraboutage traditionnel, sorte de vaudou sénégalais. Islam si puissant n’ayant pourtant pas réussi à déloger ces traditions mystiques où le marabout, provenant de la tradition animiste, joue ici le rôle de leader musulman. Au Sénégal, gare à toi si l’on te lance quelque chose, car il pourrait s’agir d’un mauvais sort ! Les lutteurs, imposants de par leur carrure et leur force, sont tout de même de grands clients des marabouts. Pour gagner, ils sont prêts à tout : un petit bout du bâton d’un aveugle, porté dans un grigri[5] attaché au bras empêchera l’adversaire de bien le voir et lui assurera la victoire. Encore faut-il s’assurer que son marabout ne soit pas vendu à son adversaire ! Et puis la voisine, parait-il que sa coépouse a pris la fuite depuis la visite du marabout, comme si elle n’arrivait plus à entrer dans la maison. Malgré une apparence de saine cohabitation conjugale dans les familles polygames, les coépouses demeurent les plus importantes clientes du marabout. Dieu n’est-il pas censé être au-dessus de tout ? Ici, difficile de savoir qui a le dernier mot.

Sénégal, pays de générosité et de simplicité où l’entraide est la norme

Alors pourquoi donc tout le monde veut mon argent ? Dans cette culture de partage, le capitalisme s’infiltre comme du venin. Prenant conscience de la valeur de l’argent, les gens s’individualisent peu à peu. Arriveront-ils à vaincre ce fléau comme ils ont survécu à la colonisation ?Dans ce pays en pleine évolution, c’est malgré tout la Teranga, ou hospitalité sénégalaise, qui prévaut. Et moi, peut-être serai-je toujours une Toubab ? Éternelle étrangère dans ce pays de mystères et de spiritualité ? Me baladant dans le village, je reconnais tous ces visages maintenant familiers. Je m’assois sur la natte et me sens à la maison. J’observe ma famille et ressens une bouffée d’amour.

Toubab ou non, le Sénégal m’a eue. Reviendrai-je un jour ?

Nchallah[6]

Par Joanie Chevrier, stagiaire Québec sans frontières au Sénégal.

 

[1] Étranger (langue wolof)

[2] Grand-mère (langue sérère)
[3] Je ne sais pas (langue sérère)
[4] Robes traditionnelles des Sénégalaises composées d’une jupe-pagne et d’un haut assorti
[5] Amulette porte chance
[6] Si Dieu le veut (langue arabe)

 

Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.

 

 


Glenda, une agricultrice qui défie les stéréotypes de genre

 

 

glenda 1

Glenda Medaris Lagos Vazquez suit depuis bientôt trois ans une formation en agroécologie dans le cadre du projet PROGA-Jeunes. Je lui ai récemment rendu visite et elle m’a impressionnée par sa détermination et sa persévérance à toute épreuve.

La jeune femme a désormais la charge de la terre familiale. Son père lui a offert le terrain afin qu’elle puisse mettre en pratique ses nouveaux acquis et partager ses connaissances avec le reste de sa famille. Elle pratique ainsi l’horticulture maraîchère et l’arboriculture fruitière qui permettent à sa famille de s’approvisionner d’une diversité de légumes et de fruits frais auxquels elle n’avait pas accès autrefois.Mais Glenda ne s’arrête pas là. Elle a récemment entrepris la pisciculture du tilapia, un poisson d’eau douce à chair blanche et ferme pratiquement dépourvue d’arêtes. Cette pratique n’étant pas commune dans les régions montagneuses, la communauté a rapidement démontré un intérêt pour la nouvelle activité économique de la jeune femme. Cette dernière a déjà reçu quelques commandes de ses voisins, et certaines personnes des communautés voisines lui ont même demandé si elle était disposée à leur enseigner les techniques de pisciculture afin qu’elles reproduisent cette activité dans leur communauté. Grâce au travail acharné de Glenda, la région bénéficiera désormais d’une nouvelle source alimentaire.

glenda 2
Glenda a reçu l’aide de sa famille pour construire l’étang de pisciculture.

Le succès de la jeune femme a certes un impact positif sur sa communauté. Il défie également les stéréotypes de genre véhiculés en région rurale. Glenda m’a raconté qu’un homme de la communauté la critiquait parce qu’elle passe la majorité de la journée à travailler dehors sur la terre familiale au lieu de s’occuper des tâches domestiques, comme le font une majorité de femmes. Ce dernier se moquait également de l’habillement de la jeune femme qui porte des bottes et des pantalons afin de travailler confortablement. Au lieu d’ignorer celui qui la harcèle, Glenda l’a invité à lui rendre visite sur sa terre pour lui montrer ce qu’elle fait. Elle lui a même enseigné une technique pour tuer les vers présents dans les choux de façon biologique. L’homme est reparti en étant très impressionné de sa visite. « Maintenant celui qui me causait du trouble ne rit plus de moi et me respecte ! », raconte-t-elle tout sourire.

La majorité des jeunes femmes qui reçoivent la formation n’avaient aucune expérience en agriculture, et encore moins en agroécologie. L’exemple de Glenda en est un parmi tant d’autres qui démontre une réelle volonté des femmes d’assumer pleinement leur rôle d’agricultrices. Celles-ci sont désormais des femmes exemplaires au sein de leur communauté.

Par Dominique Cardinal, conseillère en égalité entre les femmes et les hommes au Nicaragua.

 


Le toucher

 

IMG_3334

Une journée à Gatte Gallo, c’est un peu comme une journée à la plage, sans la mer et le maillot de bain. J’apprécie le massage du sable sur mes premiers pas, mais ça devient rapidement discutable quand il se retrouve par poignées dans mon lit, dans mon repas, dans mes cheveux, à tel point qu’il finit par me camoufler et que je peine à distinguer la réelle couleur de ma peau.

La chaleur est accablante. Effectivement, mon corps scintille de tant de sueur accumulée, ma respiration se fait de plus en plus haletante, mes mains deviennent moites, mon front surchauffe et les rayons du soleil finissent par se faufiler entre mes tresses bien tissées sur ma tête. Le village se rend silencieux d’enfants et l’objectif devient commun : perquisitionner un arbre et bénéficier de sa parcelle d’ombre pour survivre à l’après-midi sénégalais.

Les petites bêtes ne mangent pas les grosses

Paraîtrait-il que les petites bibittes ne mangent pas les grosses. Sincèrement, ici c’est souvent les plus petites qui sont les plus redoutables. Je pense entre autres aux minuscules fourmis qui attaquent mes fesses comme si celles-ci étaient la terre promise d’hospitalité. Elles font aussi compétition aux moustiques qui souhaitent mettre mon esprit et mon corps à rude épreuve. Chose qu’ils arrivent presque à accomplir lorsque je me retrouve avec 200 piqures sur ma jambe droite à mon réveil. Les mouches, quant à elles, se collent et souhaitent former un tout avec mon être. Malgré mon désintérêt, elles persistent et je renonce au combat probablement perdu d’avance. Je finis donc par m’habituer à elles, me disant qu’elles vont peut-être me manquer lorsque je les quitterai.

Je pense aussi aux enfants qui m’entourent le soir lorsque je me couche sur la natte afin d’admirer le ciel étoilé. Des petites mains qui me touchent, qui me collent et qui, parfois, me tirent les cheveux sont des marques d’affection que je reçois quotidiennement. Ces mêmes petites mains se glissent dans les miennes et m’accompagnent assidument lors de mes balades à travers Gatte Gallo. Ils sont si mignons ces petits.

L’hospitalité sénégalaise: un sens réel du partage

À l’heure du repas, manger devient maintenant un art lorsqu’il est question de le faire avec comme seul outil, ses mains. Après 20 ans de maniement d’ustensiles, je me retrouve à devoir réapprendre à me nourrir. Mention spéciale aux gauchers qui doivent adapter leur dextérité à la main droite puisqu’ici, elle devient la main de prédilection pour confectionner la boule parfaite de riz au poisson.Parfois, il m’arrive de discuter avec mon estomac lorsque celui-ci m’informe par des grognements qu’il est goinfré d’une quantité immesurable de nourriture. Et oui, l’hospitalité sénégalaise se traduit par des invitations incessantes à partager le repas.

D’ailleurs, cette hospitalité singulière se distingue de beaucoup d’autres. L’invité devient rapidement partie intégrante de la famille d’accueil et témoigne du réel sens du partage. Effectivement, cette valeur est omniprésente et s’exploite dans chaque petit moment du quotidien. Chaque objet devient l’objet de tout le monde et peut être emprunté. On parle d’une réelle cohabitation entre les membres du village. Les voisins s’entraident, les familles entretiennent des liens indestructibles et chacun peut compter sur son prochain en cas de petits malheurs. Les enfants gambadent de concession en concession, se font dorloter par différentes mamans et finissent même par s’échanger leurs microbes autour du bol commun de tiboudiem. La fraternité prend pleinement son sens. Vivre en communauté et entretenir des relations significatives, c’est la beauté que je perçois ici. Proche de chacun, je ressens une proximité humaine.

Mon corps est maintenant un réel combattant. Il est en mesure de s’adapter à la chaleur sénégalaise, d’amadouer les différents insectes, de doser les succulentes bouchées de riz et d’apprécier les petites mains baladeuses des tout-petits. Même de passage, je me sens membre de cette communauté si accueillante et je peux dire fièrement : «  nous sommes ensemble».

Par Joanie Chevrier

Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.

Souvenirs de Huari

 

 

photo qsf
Vue de Huari                                                                                                                                                                               Crédit photo: Rosalie Dumont

« Lorsqu’on arrive dans un nouveau pays, il est souvent inévitable de faire des comparaisons avec notre pays d’origine. Toutefois, après avoir passé 70 jours dans l’aimable village de Huari, des éléments qui nous semblaient inusités au départ font maintenant partie intégrante de notre quotidien. Nous sommes maintenant partagés entre l’envie de rentrer à la maison et le désir de rester avec ceux qui sont désormais des nôtres. Certaines choses vont nous manquer…

Je vais m’ennuyer de laver mes longs cheveux, à l’extérieur, dans le grand lavabo en béton, sous le soleil de plomb du midi. Je vais m’ennuyer du ciel tapissé de milliers d’étoiles d’une extrême beauté et de l’excitation qui m’habite quand j’ai la chance de voir une étoile filante. Je vais m’ennuyer d’aller m’étendre dans l’herbe, le ventre bien rempli après dîner, entourée d’animaux et de montagnes sublimes. Je vais m’ennuyer de me faire dire sienta par la petite d’un an et demi, qui me pointe un endroit où m’asseoir pour ensuite jouer avec moi. Je vais m’ennuyer des petits cris des cochons d’Inde lorsqu’on s’approche de la pièce où ils se trouvent. Je vais m’ennuyer de sursauter chaque fois qu’un feu d’artifice explose à n’importe quelle heure de la journée. Je vais m’ennuyer de manger tranquillement, sans aucun stress, et parfois même en silence, avec ma famille d’accueil. Je vais m’ennuyer de la vue extraordinaire que j’admire tous les matins tout en me réveillant doucement. Tout compte fait, je m’ennuierai de beaucoup de choses… »

Raphaëlle

« Ce qui va me manquer le plus de Huari sont définitivement les montagnes et les étoiles. Il y a si peu de pollution sonore et lumineuse que cela permet de profiter pleinement de la tranquillité et de la beauté des alentours. Passer des heures couchée dans le gazon, les yeux rivés au ciel est un plaisir qui sera dur à battre ! Je vais aussi m’ennuyer de la délicieuse nourriture péruvienne. Les produits locaux débordent de saveurs et de riches arômes. De la pachamanca (viandes et patates cuites dans la terre) au savoureux breuvage de quinoa chaud, sans oublier les fruits succulents et le ceviche, tous ces aliments inoubliables de la culture du Pérou m’auront marquée. »

Tatyana

« À toi ma tendre Huari. J’ai eu la chance de te voir danser, t’enflammer et t’illuminer sous un ciel étoilé. Je t’ai sentie fourmiller les dimanches matins, te réveiller les jeudis soirs et j’ai senti tes entrailles s’ouvrir à moi chaque soir en accompagnant mes vagabondages agrémentés d’odeurs de pattes de poulet. Je t’ai goûté de toute ta douceur et ta délicatesse grâce aux emolientes et aux alfajores. Et surtout, je t’ai touchée avec mon cœur, ou du moins ce dernier a été touché par la splendeur de tes paysages et la générosité de tes habitants. Finalement, tu as également su te faire entendre à toute heure du jour ou de la nuit, que ce soit par le chant des coqs ou celui des mototaxis. Ainsi, mes repères n’ont pas failli une seule fois, ils ont su me guider dans un univers totalement nouveau, dans un inconnu intriguant et surtout, ô combien attachant. À l’aube de mon retour, tu me laisses ce goût amer en bouche, celui de la nostalgie, car bientôt tes montagnes ne seront plus celles qui agrémentent ma routine et tes rayons brûlants de midi ne seront plus ceux qui réchauffent mes lectures quotidiennes à la place d’Armes ou dans le champ de maïs. Huari, tu me laisses sans mots, le cœur gros, mais la tête, elle, remplie de souvenirs inoubliables et de moments hauts en couleurs. »

Rosalie

« Lever les yeux, où que l’on soit dans Huari, et admirer les majestueuses montagnes tout autour. Voilà une des choses que j’adorais. Chaque fois qu’il se passait quelque chose, que ce soit une petite sortie ou un simple repas, c’est certain que ça se passait en famille. Aussi, vivre dans une maison où l’on peut être à la fois dehors et à l’intérieur me paraissait tellement étrange à l’arrivée, mais maintenant j’aimerais que ma propre maison soit comme ça. Être avec le groupe. Nous avons passé deux mois et demi les sept ensemble. Ça me manquera de ne plus les voir tous les jours. Bref, la vie à Huari restera pour toujours un agréable souvenir dans ma mémoire et dans mon cœur. »

Marilou

« Les mots me manquent. C’est aussi simple que ça, je ne peux pas en mettre sur cette expérience stimulante et enrichissante que nous avons communément vécue. Ces émotions, ces sensations et ces instants magiques que j’ai partagés avec les gens d’ici sont indescriptibles. Des rires sincères de ma petite Estefany aux sommets verts englobant Huari, aucune phrase ne peut décrire et exprimer adéquatement la richesse de l’endroit. Qu’y a-t-il de plus beau que la joie de vivre d’un enfant en bas âge qui s’émerveille au quotidien ? Je me sens extrêmement chanceux d’avoir eu l’occasion de l’accompagner et de la voir s’épanouir. Un périple comme le mien, ça ne se résume pas, ça se vit.

Tant d’autres choses font qu’il m’est difficile de correctement verbaliser le tout. Toutefois, ce que je peux dire avec certitude, c’est qu’il faut vivre une telle aventure. Il faut plonger la tête la première et s’ouvrir au monde, à tout ce qu’il a à offrir. Il y a tant de choses à découvrir et c’est ce que permet ce genre d’expérience. Un stage d’initiation à la coopération internationale, c’est plus qu’un partage de connaissances et qu’un simple coup de main, c’est une aventure, riche en émotions où tous nos sens sont plus que stimulés, afin de donner au monde le meilleur de nous-mêmes. »

Maxime

« Déjà deux mois de passés et on dirait que nous sommes arrivés il y a quelques semaines à peine. Malgré cela, j’ai le sentiment que je connais ma famille depuis beaucoup plus longtemps. En très peu de temps, ils ont su me faire sentir comme un membre de la famille. Papa Rolando qui parle très fort en pensant que mon incompréhension provient d’une surdité passagère plutôt que de la barrière linguistique ; maman Jessica qui s’inquiète toujours que je ne mange pas assez ; hermana Estefany qui veut jouer « juste huit dernières parties de cartes » ; bébé Yaleska qui, telle une vraie Inca, possède des patates pour jouets préférés ; la gardienne Josi qui connaît toutes les recettes de mazamorra et finalement Arianna, sa fille, aussi connue sous le nom de la araña ou « la petite fille qui aime la mayonnaise », tant de personnes qui me manqueront énormément. Ce sont elles qui auront permis de donner un sens à ce séjour et qui l’auront rendu mémorable car, c’est bien connu, ce sont les rencontres qui font les plus beaux voyages. »

Camille N.

« Certes après plusieurs semaines à l’extérieur, certains éléments de notre quotidien québécois nous manquent. Par contre, voyant la fin de mon aventure « huarienne » arriver, je me rends compte que oui, la routine est différente, mais aussi que je délaisserai certaines habitudes contre mon gré. Les sourires du voisinage et les salutations ajoutent une belle touche d’humanité à l’atmosphère de Huari. Parfois, j’expliquais à certains curieux que dans ma ville natale, Montréal, les gens se regardent à peine ou même pas du tout lorsqu’ils se croisent. Autant je me sens confortable avec cette habitude très « urbaine », autant je sais que les regards heureux, sourires sincères et cordiales salutations de mes voisins me manqueront…

Aussi, une chose qui m’a marquée est le fait que rien n’est grave, que rien ne presse. J’ai senti qu’il y a beaucoup moins de conventions sociales non écrites qu’au Québec. On se sent libre à Huari. »

Camille DT (accompagnatrice)

qsf
Dégustation de la pachamanca                                                                                                                                           Crédit photo Rolando Vega

 

Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.

Robux Generator is usually taking care of the great majority platforms

 

Roblox will be a MMOG (Massively Multiplayer online video game), on which was initially introduced 11 years ago available on 2006. Yet the video game was engineered and targeted in favour of age group of roughly 8-18 yr olds. Roblox can be a casino game where one can license your creativeness run wild, in view you’re robuxhackgenerator able to build up your own unique virtual world, by having regardless of what colors, dimensions and shapes you centre tendencies to place with that virtual world. Once an internationally is initiated, fellow Roblox players and permitted to roam free of charge available on your world, admire what you’ve engineered and socialize by having other companies. Gamers have his or her own currency, called Robux, on which can be used to pay for available on video game entails which has being able to screen corporations available on the expense of 100 Robux irrespective of whether it will have a membership in favour of video game. Not to mention that, for up to an equal cost of building a group, affiliates can even upload an unusual clip of appear into your video game. For up to a further 500 Robux, affiliates be able to build a clan covering the team they engineered. For up to one such,000 Robux, Robloxians have the choice to enable you to change his or her name during the video game, that’ll be one of the more enjoyed usages of Robux. In with all this, players after that have various ways available on wasting his or her next to impossible received available on video game currency, suc in view being able to pay for specialized materials within a catalogue due to their world, by having the price varying on the basis of the product ordered. Precisely how to try out Roblox

As one of the very high areas of Roblox can be the fact that there are numerous ways that yet the video game can be administered and played. You can not only enjoy the age video game available on a computer, you may even download and enjoy it on your iPhone or your android telephone, as well as other Apple materials including the Mac, aswell being able to enjoy it up the iPod call. It means yet the video game can be quickly widely available to the public and anyone who’s thinking using. That our Roblox Hack for up to free of charge Robux using that our Roblox Robux Generator

This morning that we’ve eliminated above Roblox, i actually can expect down to the real reason you’re pay attention to. We’re heading review a number of the top features of that our hacking / producing device.


Femmes au cœur des luttes contre les changements climatiques

 

13921128_10154225314155239_8905357413089842461_n

«Dis-moi, et j’oublierai. Enseigne-moi, et je me souviendrai.  Implique-moi, et j’apprendrai».

Cette citation de Benjamin Franklin résume le constat réalisé lors de la présentation de  la capsule de  théâtre forum sur les femmes et les changements climatiques  que nous avons faite en collaboration avec Mise au jeu dans le cadre du Forum social mondial. Ce constat n’est toutefois pas nouveau. Dans ses pays d’intervention, SUCO emploie des méthodologies participatives pour promouvoir un véritable échange de connaissances, compétences et habiletés entre volontaires du Canada et populations du Sud. Ce type de méthodologies favorise le développement des apprentissages significatifs, puisque les personnes sont impliquées dans le rythme, le contenu et la mise en œuvre de leur formation. De plus, l’emploi de ces méthodologies permet de vivre au quotidien des valeurs telles que le respect, la liberté et l’autonomie.

passez-action-banner

Le thème de l’atelier, qui porte sur le lien entre les femmes et les changements climatiques, n’a pas été choisi au hasard. En effet, celles-ci sont touchées de façon disproportionnée par les effets des changements climatiques. En fait, à l’échelle mondiale, les femmes représentent la majorité des petits exploitants agricoles et dépendent donc fortement des ressources naturelles qui sont menacées par les effets des changements climatiques. En raison des rôles sociaux qui leur sont attribués pour combler les besoins de leurs familles (santé, production de nourriture, approvisionnement en eau et sources d’énergie), elles font face à davantage de contraintes pour avoir accès à une formation ou à des activités productives dans des secteurs moins vulnérables au climat. De plus, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des catastrophes climatiques (sécheresses, tempêtes, inondations, fonte des glaces) affecte davantage les femmes. En effet, le risque de décès lors d’une catastrophe naturelle est 14 fois plus élevé pour les femmes et les enfants,  particulièrement lorsque ces derniers vivent en situation de pauvreté.

HON2016_Dia mujer_CassandreHervieuxGaudreau_8

Bien que les femmes soient victimes des effets des changements climatiques, elles ont un rôle primordial dans la recherche de solutions. L’expérience de SUCO démontre l’impact positif de l’empowerment des femmes. À travers des solutions comme la formation ciblant les jeunes femmes pour l’adoption de pratiques d’agriculture durable, SUCO renforce leur capacité à relever le double défi de s’adapter aux effets du réchauffement de la planète et de développer une plus grande résilience économique et sociale. En amont, le travail de SUCO pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes influence positivement les communautés et permet de mettre en place des conditions favorables pour que les femmes puissent gagner ou augmenter leur revenu (accès à la terre, changements dans les rôles traditionnels déterminés par le genre), participer à des formations et aux processus décisionnels.

Ce travail ne peut pas se faire sans la précieuse contribution des volontaires du Canada et des membres de la population qui appuient nos efforts. Leur apport est primordial pour mobiliser les femmes en tant qu’actrices de leur développement et agentes de changement, améliorant ainsi les possibilités de trouver des solutions économiques ou environnementales dans des pays vulnérables aux aléas du climat.

Le théâtre forum a été une belle occasion d’approfondir des connaissances, de susciter un plus grand sentiment de solidarité et de rappeler l’importance de passer à l’action!

Par Nadia Ponce-Morales, chargée de programmes  chez SUCO

Campo Yanama2


Petit éloge au tiboudiem

 

photo le goût

 

Les saveurs atteignent vos papilles. Le Sénégal vous souhaite officiellement la bienvenue. Vous percevez un morceau de carotte entre un morceau de poisson séché et de riz frit. On dirait presque Matante Denise qui fait une bouillie d’automne… changeons le riz pour les patates pilées et le poisson pour le bœuf à Jeannette et nous y sommes presque. Les saveurs ne sont pas nouvelles : le sel et l’huile, on connait. Par contre, le poisson séché nous fait vivre de nouvelles émotions.

Le tout semble bien simple, on va chez Métro chercher le « stock » et on part le four à 400 °F, mais le processus style « Gatte Gallo » est bien plus complexe. On parle ici de plusieurs heures de travail pour nourrir une panoplie de petites bouches qui n’attendent qu’à plonger la main et à se lécher les doigts à chaque bouchée, à se les enfoncer dans la bouche jusqu’à la gorge comme si demain n’existait pas, puis à remettre une part de salive dans le bol commun, car c’était l’ingrédient manquant.

Il faut d’abord, si le cœur vous en dit, se procurer du riz concassé, des carottes, des aubergines communes et celles plus amères, des oignons, du chou et du poisson séché ou frais. Pour cela, il vous faudra attendre une charrette pendant de nombreuses minutes (voire heures !), l’enjamber sans montrer votre cuisse sous votre pagne et vous accompagner d’un sceau ou deux où vous pourrez disposer les aliments tant convoités.

Au retour, vous devrez vous procurer de nombreuses brindilles pour satisfaire le 400 °F requis. Déposer la casserole sur le feu, faire frire le riz, suivi des légumes, ajouter le sel, le adja et la préparation d’oignons pillés dans un grand mortier. Vous obtiendrez, après plusieurs heures de cuisson, le « tiboudiem » parfait. Pour terminer, il faudra ajouter une pincée de sable pour raviver l’esprit sénégalais, sans quoi il manquerait de croquant au plat national. Et c’est ainsi que, deux fois par jour ou presque, nous sommes réunis autour de cette délectable bouillie qui devient, jour après jour, un peu meilleure car nous apprenons à apprécier tout l’amour qui entoure sa préparation. Non seulement nous apprenons à y prendre goût, mais nous apprenons à prendre goût à tout, « façon tiboudiem ».

Outre ceci, les saveurs sénégalaises se rassemblent en une simple recette : répétition de plats qui deviennent familiers.

Vous boirez du café épicé appelé « café Touba » et mangerez la baguette sortant tout droit du four du village chaque matin.

Vous mangerez du baobab, étrange mélange entre la texture du litchi et celle de la craie, presque toutes les feuilles possibles et imaginables ainsi que le bœuf qui se baladait chez vous depuis plusieurs mois.

Vous partagerez une mangue à 18. La méthode : mettre la mangue en purée sous la pelure, faire un petit trou, téter, passer au suivant, téter, passer au suivant (bis x18).

Vous trouverez un partenaire avec qui séparer les entrailles de bœuf que vous venez de piger dans le grand plat, en tirant, chacun de son côté, jusqu’à ce que le morceau se divise et que vous perdiez l’équilibre vers l’arrière.

Vous apprécierez l’eau chaude à tout moment et le café matinal, les pieds dans le sable, entre une chèvre et une douzaine de petits.

Vous développerez un goût pour chacun de ces moments, qui deviendront, bientôt, un souvenir doré des petits jours sénégalais.

 

Par Charlotte Coutin-Beaulieu, stagiaire QSF au Sénégal

 

Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.