Dund ak Kéew bi, projet de résilience aux changements climatiques : faites un don dès aujourd’hui

 

Comme vous le savez, les populations rurales du sud aux prises avec les effets des changements climatiques doivent relever de nombreux défis pour assurer leur subsistance. Tous et toutes sont durement touchés·es, mais les données le démontrent, les femmes sont particulièrement sensibles aux aléas du climat. Même si elles sont rarement propriétaires des terres en raison d’inégalités sociales, économiques et culturelles, c’est généralement sur les femmes que repose la production des ressources dont la famille a besoin.

Dund ak Kéew bi, une manière concrète d’outiller les femmes

Les fonds amassés lors de cette campagne serviront, entre autres, à soutenir des femmes du Plateau de Thiès au Sénégal qui contribuent actuellement à la lutte aux changements climatiques dans le cadre du projet Dund ak Kéew bi, qui signifie Vivre longtemps avec l’environnement, en langue wolof. Dans les derniers mois, des pépinières gérées par des regroupements de femmes ont déjà permis à 1 773 élèves et 67 enseignantes de participer au reboisement de la région grâce à la plantation de 6 334 arbres. Une telle action a plusieurs bénéfices pour la région, dont une meilleure fertilisation des terres et la réduction de l’érosion.

Faire un don aujourd’hui permettra notamment à ces femmes et élèves d’atteindre leur objectif de 12 000 arbres plantés d’ici la fin de l’année 2019. Votre don portera fruit pour les communautés sénégalaises.

Grâce à votre fidèle appui, nos volontaires et partenaires accompagnent les femmes dans le renforcement de leurs activités agricoles et de leur autonomie, afin d’améliorer la sécurité alimentaire et les revenus de leur famille et de leur communauté.

Des effets à long terme

Selon une étude menée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture*, il a été démontré que lorsque les femmes ont la maîtrise d’un supplément de revenu, elles en consacrent une part plus importante que les hommes à l’alimentation, à la santé, à l’habillement et à l’éducation de leurs enfants. Les bénéfices de l’égalité entre les sexes ne sont donc par que pour les femmes ; ils le sont également pour le développement de l’agriculture paysanne et de toute la communauté !

Je joins ma voix aux femmes des sept pays où nous oeuvrons et j’espère grandement que nous pourrons compter sur votre appui qui soutiendra des projets au Sénégal, mais également au Burkina Faso, Bénin, Haïti, Nicaragua, Honduras et Pérou.

Solidairement,

 

Geneviève Giasson
Directrice générale

 
 

 

 

* Réf. RAPPORT LA SITUATION MONDIALE DE L’ALIMENTATION ET DE L’AGRICULTRURE 2010-2011 – FAO

À lire ou a relire : les articles qui ont attiré notre attention cet été

 

 

Des gens de partout se mobilisent et s’engagent concrètement pour transformer la société et amener des solutions durables. Certains nous inspirent. Voici certains articles à lire ou à relire qui traitent des enjeux qui nous tiennent à cœur et qui ont attiré notre attention cet été.


16 janvier 2019 | Zoom sur les produits équitables

« Parmi les critères d’achat éthiques, le commerce équitable occupe une place de choix depuis longtemps, avant même que l’achat local ou l’alimentation végane deviennent si importants. Une certification qui a fait du chemin et qui ouvre la porte à la découverte de nombreux produits. »

À regarder »


26 juin 2019 | Des populations d’oiseaux déclinent radicalement

« Si le déclin se fait sentir parmi beaucoup d’espèces, certaines sont encore plus à risque. C’est le cas des oiseaux insectivores aériens, des oiseaux de rivage et des oiseaux de prairie, qui ont perdu entre 40 et 60 % de leurs effectifs depuis les années 70. Certaines espèces ont même chuté jusqu’à 95 % au cours du dernier siècle. »

À écouter »


28 juin 2019 | Quand les moustiques profitent des changements climatiques

« Si on a beaucoup parlé au cours des dernières années des risques de contracter des infections à cause des tiques, les experts sont formels : les moustiques ne sont pas en reste. Jean-François Bouthillette explique comment les changements climatiques au Canada pourraient entraîner la propagation de maladies exotiques transmises par les piqûres de moustiques. »

À écouter »


2 juillet 2019 | Juin 2019 a été le mois de juin le plus chaud dans le monde

« Juin 2019 a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, notamment en raison d’une canicule exceptionnelle en Europe, appelée à se reproduire sous l’effet du réchauffement de la planète. »

À regarder »


15 juillet 2019 | L’agriculture intensive menace de plus en plus la sécurité alimentaire mondiale

« C’est une double dynamique dangereuse dans laquelle s’enfonce l’agriculture mondiale. D’un côté, les cultures sont de plus en plus dépendantes des insectes pollinisateurs pour pousser. De l’autre, ces mêmes cultures font appel à des pratiques qui affaiblissent les populations de pollinisateurs dont elles dépendent. »

À lire »


29 juillet 2019 | L’humanité a déjà épuisé les ressources de la planète pour l’année

« D’un pays à l’autre, les habitudes de consommation diffèrent et viennent influer sur la date « de dépassement ». Le Qatar, donne en exemple le Fonds mondial pour la nature (WWF), s’est retrouvé à vivre à crédit après seulement 42 jours, tandis que l’Indonésie a pour sa part consommé toutes les ressources pour une année en 342 jours. »

À regarder »


29 juillet 2019 | L’écologiste Greta Thunberg traversera l’Atlantique en voilier

« Greta Thunberg, qui refuse de prendre l’avion «à cause du climat», s’était rendue en janvier dernier en train depuis Stockholm au Forum économique mondial à Davos, en Suisse; un périple de 32 heures. La jeune fille est attendue sur le continent américain dans le cadre d’une série de rencontres sur le thème du climat, un voyage qui doit durer plusieurs mois. »

À regarder »


8 août 2019 | Climat: il faut revoir l’usage des terres, dit le GIEC

«Les humains ont dégradé un quart des terres émergées – érosion des sols, désertification, déforestation, perte de biodiversité… – et le changement climatique accentue cette pression. Ce mélange explosif représente une menace pour la sécurité alimentaire d’une population grandissante, de près de 8 milliards d’individus. »

À regarder »

 


Projet QSF au Pérou : L’art comme outil pour promouvoir les droits des femmes et des filles

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans frontières (QSF) par les participant·e·s de la cohorte 2018-2019 avec Centro Ideas au Pérou: Camille Cardenas Benoit, Rosalie Marquis-Angulo, Gabrielle Morin, Loulie Dionne, Max-Alexandre Trahan et Frédérique Forest. Le groupe est accompagné par Janis Laveix.


Pour une durée de 70 jours, notre groupe QSF travaille à Ocoto Alto afin de mettre en place une méthodologie axée sur l’autoestime, le leadership et la participation citoyenne pour les classes de tutorat des élèves du secondaire. Cette méthodologie, qui sera distribuée aux différentes autorités et institutions scolaires de la région de Piura, est un outil supplémentaire qui appuiera Centro IDEAS, l’organisme partenaire, dans ses démarches préventives aux grossesses adolescentes.

 

Participant·e·s de la cohorte QSF 2018-2019 avec Centro Ideas au Pérou
 

Centro IDEAS travaille dans plusieurs communautés où il aborde, entre autres, l’importance de la participation des femmes à la vie politique et communautaire, les problématiques de santé et nutrition, la santé reproductive, la violence contre les femmes, la promotion des droits économiques et sociaux des femmes et la sensibilisation des hommes aux dynamiques machistes et patriarcales.

Au cours de ce stage, nous avons côtoyé quotidiennement des acteur·trice·s essentiel·le·s d’Ocoto Alto, tant au niveau social que scolaire. Leur implication assure la pérennité d’activités et traditions qui alimentent une vie communautaire active.

Maria Eugenia Mendoza Reymundo

Le jour de notre arrivée à Ocoto Alto, Maria Eugenia Mendoza Reymundo, alias Keña, avait organisé un souper de bienvenue. Avec nos familles d’accueil, elle nous a reçu·e·s avec un gâteau décoré du drapeau canadien. Keña est la facilitatrice de notre projet, notre contact avec la communauté. C’était vraiment la personne idéale pour ce rôle puisqu’elle connait tout sur tout le monde. Elle est très impliquée à Ocoto Alto et participe à tous les projets en cours, comme en témoignent les nombreux certificats qu’elle possède et qu’elle nous a fièrement montrés un soir, en dégustant des sucreries d’alga robina. Keña a été retirée de l’école à un très jeune âge pour aider sa famille dans les champs, puis s’est mariée à l’âge de 15 ans. N’étant pas satisfaite de sa vie de femme au foyer, elle a décidé de participer à des programmes de Plan international, une organisation de développement international. Ce sont toutes ces expériences qui ont forgé son caractère à la fois revendicateur et empathique. Elle a réussi à convaincre son mari d’assister avec elle au programme. Avec le temps, il en a appris davantage sur les relations femmes-hommes et entretient une relation d’égal à égale avec elle. Aujourd’hui, Keña est une collaboratrice de l’institution privée de responsabilité sociale nommée PAN-SOY, un programme d’appui nutritionnel s’appuyant sur le soya. Elle est également la « Mamie Gâteau » du village et possède son service de traiteur sur commande. Elle raconte qu’elle cuisine ses gâteaux, le soir, avec son mari et son fils. C’est elle qui a pris l’initiative de faire venir notre projet QSF à Ocoto Alto. C’est également elle qui va poursuivre notre travail après notre départ, auprès des adolescentes et des femmes de la communauté.

 

Maria Eugenia Mendoza Reymundo, facilitatrice du projet QSF

 

Blanca Luz Maza Pulache

Alors qu’on planifiait une activité de tutorat, Señora Blanca Luz Maza Pulache s’est assise avec nous pour dîner. Nous l’avions vu plusieurs fois dans nos classes, mais nous n’avions pas encore eu l’occasion de converser avec elle. C’est ce midi-là que Blanca nous a raconté les multiples facettes de sa vocation. En plus d’enseigner depuis 10 ans à l’institution éducative du Divino Niño Jesus, elle contribue à fournir une éducation basique alternative aux femmes âgées de 15 à 75 ans, via le Programa de continuidad educativa. Du lundi au samedi, après les cours à Ocoto Alto, elle se rend dans les caserios voisins afin d’aider les enseignantes avec leur méthodologie. Par exemple, les femmes apprennent à compter à travers des activités de joaillerie : tout en créant des bracelets, elles stimulent leur esprit mathématique en créant des suites logiques ou en estimant le nombre de pierres nécessaires à la confection. Ce programme donne l’opportunité aux femmes d’entamer ou de poursuivre des études de niveau primaire. Plusieurs d’entre elles ont quitté les institutions scolaires à un très jeune âge, pour cause de mariage, de grossesse précoce ou pour aider leur famille en travaillant dans les champs. Ce qui émeut Blanca, c’est de voir ces femmes se remettre aux études et retrouver le goût d’apprendre, tant pour elles que pour aider leurs enfants dans leur instruction.

 

Blanca Luz Maza Pulache, enseignante offrant aussi une éducation basique alternative aux femmes
 

Une murale sur le thème de l’égalité femme-homme

À chaque semaine, nous en apprenons un peu plus sur les étudiant·e·s de l’institution éducative qu’est le Divino Niño Jesus, entre autres au travers des classes de tutorat auxquelles nous participons. Pour conclure notre stage, nous avons comme mandat de réaliser une murale sur le thème de l’égalité femme-homme en collaboration avec les étudiant·e·s du secondaire. Avec la recommandation du professeur d’arts, lui-même très impliqué dans les activités parascolaires des adolescent·e·s, nous avons formé notre comité. Celui-ci se compose surtout d’un noyau de quatre étudiant·e·s qui, durant trois semaines, réaliseront avec nous plusieurs activités artistiques et engagées, afin d’éveiller leur créativité et leur esprit critique.

Mayuri

Maryuri est en 4e secondaire. Bien qu’elle puisse paraitre gênée à sa quiceañera ou dans les classes de tutorat, elle est la leader positive du groupe. Lors des séances de création, elle est très entreprenante et dégage une bonne énergie.

Lennert

Lennert est un élève de 3e secondaire. En dehors des cours, il est membre de la banda de musica. Sa participation en tant que musicien de bombo fait de lui un élève très impliqué au sein de sa communauté. Avec les autres membres du groupe de musique, ils mettent l’ambiance lors de toutes les fêtes et cérémonies : Dia de la bandera, Fête des pères, fête du Divino Nino Jesus, fête du Pérou.

Jhoncer

Jhoncer, aussi en 3e secondaire, est également membre de la banda. Le joueur de tambour est une force tranquille. Il est très réfléchi, posé et, comme Lennert, il s’applique lors des projets artistiques. Il aime partager sa vision des choses et sa réalité lors des discussions de groupe.

Ivan

Finalement, Ivan complète le trio d’élèves de secondaire 3. Le trompetista est rieur et a l’imagination fertile. Il est toujours le premier à entamer les projets de création proposés et à les réaliser. Il se laisse rarement influencer par les autres et va de l’avant avec ses idées.

 

Le comité du projet de murale
 

C’est avec ces élèves inspirant·e·s et allumé·e·s que nous aurons la chance de réaliser la murale de l’école portant sur notre projet. Ils et elles pourront mettre à l’épreuve leurs capacités artistiques et leur perception des enjeux auxquels fait face leur communauté.


Projet QSF au Pérou : La vidéo pour promouvoir les produits locaux

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans Frontières (QSF) par les participant·e·s de la cohorte 2018-2019 au Pérou : Geneviève Martel, Rosalie Dumas, Sarah-Jade Lavallée-Hanlin, Dominique Duchesne, Maxence Sennett et leur responsable d’équipe Shakti Ortega St-Amant. Pendant 70 jours, le groupe travaille dans la communauté de Pacarán, avec notre partenaire IDMA, sur un projet d’initiation à la coopération internationale.


Après deux jours à Lima pour s’acclimater un peu, notre petit groupe de cinq arrive enfin à Cañete : Dominique, Rosalie, Sarah-Jade, Geneviève et Maxence. Notre responsable, Shakti, qui est arrivée depuis une semaine, vient nous chercher avec son père péruvien – nous restons avec des familles dans le village de Pacaràn, alors nous avons tou·te·s gagné de nouveaux et nouvelles mères, pères, frères et sœurs pour l’été. Dans l’heure de route qui nous sépare de notre destination finale, nous bombardons Shakti de questions : Maxence va vivre au milieu des champs de maïs; le père de Rosalie est plus jeune qu’elle; Geneviève a plein d’animaux dans sa cour; Dominique, à sa demande, est reçue dans une maison un petit peu plus rustique; Sarah-Jade a une sœur de 11 ans qui ne se peut plus de la rencontrer… Shakti nous comparera plus tard à des petits poulets.

 

Participant·e·s du projet La vidéo pour promouvoir les produits locaux

 
Environ 20 minutes avant Pacaràn, le ciel se dégage enfin, la brume, qui nous suivait de Lima à Cañete, nous quitte. C’est qu’à Lunahuana et Pacarán, le ciel est presque toujours bleu et dégagé. Les familles se sont rassemblées et nous ont organisé une fête de bienvenue. Les frères et sœurs de tout le groupe ont participé à la décoration. Les mamans ont préparé assez de nourriture (typiquement péruvienne) pour nous faire passer l’envie de souper, alors même que nous arrivons à 15h00! Le frère et la sœur de Maxence, Oscar et Flor, lui ont écrit une pancarte en anglais pour l’accueillir. Le jeu de mots « Bienveni2 » nous échappe, car la banderole s’est entortillée avec le vent. Nous sommes ravi·e·s, mais encore un peu gêné·e·s, et nous parlons encore beaucoup en français. Notre espagnol n’est pas au point, mais ce n’est pas grave, il s’améliorera au fil de l’été.

Le lendemain, nous retrouvons Shakti pour une visite du village. Pacaràn, c’est une vallée au milieu des montagnes, c’est un village coloré à côté du rio, dont la place centrale est un parc rempli de fleurs et d’enfants… Nos yeux sont comblés, on se partage avec empressement ce qu’on a mangé la veille, nous trouvons tou·te·s que notre famille est la meilleure. C’est qu’elles font tout pour nous faire sentir à l’aise, et elles veulent être sûres qu’on ne manque de rien. À leurs yeux, on mange très peu, et, pour la mère de Sarah, celle-ci ne s’habille pas assez pour le « froid » péruvien; elle la presse de se couvrir. C’est vraiment une deuxième famille.

 

Le village de Pacarán dans la province de Cañete
 

Pour la première journée complète, nous montons une montagne, pas jusqu’en haut, mais jusqu’à la croix sur le mirador. Seulement 20 minutes pour découvrir une vue d’ensemble de Pacaràn, mais elles sont pénibles pour ceux et celles d’entre nous qui manquons de cardio… Nous observons ce qui sera notre demeure et notre communauté pour l’été.

***

La deuxième semaine commence… Beaucoup de planification est prévue ! Un 9 à 5 a lieu tous les jours à la maison de Shakti. Sabina, sa maman péruvienne, nous sert de l’eau chaude et des sachets de thé. Sa maison va devenir notre lieu de rendez-vous quotidien. Nous nous apportons des fruits (ou des desserts!) que nous partageons ensuite ensemble.

Notre projet a deux aspects. Tout d’abord, des ateliers de sensibilisation dans les écoles auprès des élèves de fin du primaire et des élèves du secondaire. Ensuite, et surtout, rencontrer des agriculteur·trice·s qui ont suivi le programme de formation Formagro, financé par le Pérou et le Canada, et qui vendent leurs produits, maintenant agroécologiques, dans un marché de rue. Nous y trouvons des fruits, des confitures, des jus, des yogourts, du miel… La première journée où nous les rencontrons, à la feria, nous nous régalons et devons nous empêcher de tout acheter! Notre projet consiste à filmer et réaliser trois vidéos de trois minutes qui promeuvent les trois étapes du programme (la formation, la production et la commercialisation) en plus de faire connaître le parcours des agriculteur·trice·s et de faire valoir leurs produits.

***

En une semaine, nous devons rencontrer les directeur·trice·s des écoles, rencontrer les associé·e·s de la feria agroecologica, monter nos deux premiers ateliers dans les écoles, planifier les rendez-vous avec les agriculteur·trice·s pour leurs entrevues filmées… En tout, nous rencontrons dix agriculteur·trice·s qui sont maintenant indépendant·e·s, qui ont gagné une autonomie financière, et qui offrent désormais des produits purs et naturels tous les samedis et dimanches à la population de Lunahuana et aux touristes qui visitent ce petit village à côté du nôtre. Nous préparons aussi trois ateliers, pour sept groupes différents dans les écoles secondaires de Pacaràn et Lunahuana, qui se concentrent sur l’environnement et l’alimentation saine et locale. Pour le troisième atelier, nous gâtons les élèves – ainsi qu’un peu nous-mêmes – en préparant un atelier de cuisine! Ils et elles sont tou·te·s enthousiastes à cette annonce, mais tout d’abord, ils et elles doivent travailler et nous donner des solutions pour changer notre consommation de plastique à usage unique à l’aide des 6 R (rechazar, reducir, reutilisar, reinventar, reparar, recyclar).

 

Le groupe présentant un atelier de sensibilisation dans une école
 

Nous commençons à nous acclimater à la région. Les plus gros chocs culturels se trouvent dans les toilettes! Certaines n’ont pas de sièges (nous devons nous accroupir au-dessus du bol) et certaines douches n’offrent que de l’eau froide. Aussi, la variété et l’omniprésence de bruits dans les rues nous étonnent : les klaxons (les chauffeur·euse·s les utilisent pour nous dire qu’ils et elles passent, de nous tasser, pour nous demander si nous voulons embarquer, pour nous saluer, parce qu’il y a une autre auto dans la rue…), las bandas de musique qui répètent, le camion de crème glacée qui se promène jouant sa chanson promotionnelle. Ça ne nous empêche pas de profiter et d’apprécier le travail que nous entreprenons ensemble.

***

C’est la troisième semaine. Aujourd’hui, depuis que nous sommes arrivé·e·s dans la communauté, nous mangeons tou·te·s ensemble pour la deuxième fois seulement. Nous nous voyons à tous les jours, de la course du matin au travail dans les écoles jusqu’au feu de camp en soirée, mais les repas échappent à notre vie commune. Ce sont des moments où nous nous retrouvons en famille. Est-ce plus tranquille? A-t-on plus un moment pour soi? C’est une autre question. Au menu ce soir: purée de pommes de terre avec riz et légumes bouillis, le tout accompagné d’une dinde. On se croirait chez nous, à Noël.

Reçu·e·s comme des rois et reines, nous ne sommes pas venu·e·s les mains vides : jus, confiture et miel d’un agriculteur de la feria que nous avons rencontré la veille pour tourner une vidéo. À la fin du repas, Shakti lit la carte confectionnée par nos soins. Elle corrige nos erreurs d’espagnol au fur et à mesure en lisant nos mots à Ynès qui doit deviner l’auteur·trice de chaque message. Shakti termine par son propre mot qui porte le coup de grâce : Ynès a les larmes aux yeux. Elle nous livre un discours touchant et nous assure qu’elle est plus qu’heureuse de nous recevoir! À notre tour de verser une larme ou deux. Flor, la sœur de Maxence, nous invite à sa fête d’anniversaire le lendemain; nous prétextons devoir travailler. Nous ne voulons pas dévoiler notre présence à son anniversaire puisqu’il s’agit d’une fête surprise.

 

Tournage avec un agriculteur péruvien
 

En repartant, après de plus ou moins longues étreintes, nous arrêtons au parc où se déroule – une autre – célébration: une compétition de danse entre des écoles de différentes régions. Il y a foule! Ça fait des jours qu’on voit les jeunes de l’institut se pratiquer le soir dans la rue. La nuit, il fait frais, autour de 12 degrés, mais les élèves sont quand même en jupe ou en robe dans des costumes traditionnels. Marita, la mère de Geneviève, vend de délicieux gâteaux. Natie et Lady, la mère et la sœur de Rosalie, assistent au spectacle. Toute la famille de Sarah s’enquiert de l’endroit où se situe celle-ci; après une grosse journée et un bon repas, elle est allée se coucher.

On parle tou·te·s ensemble un peu, puis on se concentre sur la danse; les élèves terminent leur numéro abruptement, ils et elles s’arrêtent d’un coup et quittent la place. Nous rions tout en on applaudissant cette belle performance. Oups, nous sommes presque les seul·e·s à le faire… il y a quand même quelques différences culturelles.

Sabina, la mère de Shakti, vient nous rejoindre tout sourire dans son foulard : ici, au mois de juin, c’est l’hiver! Avec les familles, nous parlons beaucoup de la température qui varie au cours de la journée. Bon, nous ne sommes pas trop dépaysé·e·s non plus. Vilma, la mère de Dominique, l’appelle pour savoir si elle va bien et si elle rentre bientôt. Dans la lumière diffuse des lampadaires, nous plissons un peu les yeux pour voir la dernière danse à travers le nuage qui a envahi le parc et qui traverse la ville. Ça change du ciel bleu qu’on voit tous les jours.

Le spectacle prend fin, nous nous disons bonne nuit et à demain. Ce sera samedi, une journée de congé, je vais à la montagne ou à la rivière ?


À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229


Projet QSF au Sénégal : L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans Frontières (QSF) par les participants de la cohorte 2018-2019 au Sénégal : Karine Brière, Vanessa Damiani, Félix Garneau, Helga Ordonez Leon, Marie Jeanne Sidibé et Sandrine Terrault. Le groupe est accompagné par Josiane Yimbou.

 

Dans le cadre du projet QSF « L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques » au Sénégal, cet été 2019, dans la ville de Thiès au Sénégal, nous avons comme mandat d’accompagner Le Centre d’Écoute et d’Encadrement pour le Développement Durable (CEEDD) pour l’installation d’un système aquaponique expérimental et aussi de participer à la diffusion de savoirs en lien avec l’agroécologie et l’aquaponie, aux femmes relais du CEEDD. L’objectif étant de renforcer leurs capacités dans le but de faciliter leur adaptation et leur résilience aux changements climatiques dans leur communauté.

Rencontre entre les femmes relais du CEEDD et les participant·e·s QSF (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les changements climatiques et la désertification

Dans le contexte actuel auquel nous faisons face mondialement, le besoin d’appliquer des méthodes agronomes plus économes en eau se fait sentir au Sénégal, et ce, en réaction à de multiples facteurs. La saison des pluies se fait de plus en plus courte : ses pluies sont plus intensifiées, mais réduites en durée : ainsi, les différents végétaux sont beaucoup moins irrigués. L’arrivée de cette saison se faisant plus tardive, les mois d’avril à juillet deviennent de plus en plus rudes d’années en années pour l’agriculture dans la région de Thiès. De plus, les températures très élevées de la région affectent l’irrigation des plantes, puisque l’évaporation des sols diminue la capacité d’absorption des terres. L’eau est alors moins retenue dans les sols et les racines des plantes sont moins bien hydratées. Or, ce phénomène se répète, ce qui amplifie et répand la désertification dans le pays, qui se situe déjà dans la zone désertique du continent africain.

C’est pourquoi les ateliers dans le cadre de ce projet visent à informer notamment sur des méthodes qui rentabilisent l’utilisation de l’eau pour combler les besoins d’irrigation. En partageant des connaissances et en renforçant les notions en agriculture des femmes de la communauté de Thiès, elles deviendront mieux outillées pour répondre à leurs besoins agricoles en tenant compte de cette réalité.

L’autonomisation des femmes : un enjeu plus pressant que jamais

Dans cette communauté, comme dans la plupart des zones rurales des pays en voie de développement, nous avons pu observer qu’en plus de l’approvisionnement en alimentation (achat alimentaire, culture maraîchère, cuisiner, élevage d’animaux, etc.) et en eau (s’assurer de combler les besoins en eau au quotidien pour la famille), les femmes s’occupent de l’entretien de la maison, de l’éducation des enfants, de l’organisation familiale, etc.

Avec les changements climatiques, au cours desquels la souveraineté alimentaire ainsi que la gestion de l’eau se complexifient continuellement, l’autonomisation des femmes devient un enjeu plus pressant que jamais.

Ces inégalités persistantes, en termes de répartition des tâches, mettent les femmes dans une position de vulnérabilité, car elles assument toutes ces charges sans pour autant être incluses dans le cadre décisionnel de la maison comme de la société. Pourtant, ce sont elles qui possèdent les savoirs sur le terrain en ce qui a trait aux répercussions des changements climatiques et qui bénéficieraient de méthodes alternatives pour palier à ces changements.

Partage de connaissances entre les participant·e·s QSF et les femmes relais du CEEDD (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les femmes : premières victimes des changements climatiques

Dans une autre optique, il est intéressant de souligner que les projets touchant le développement durable dans les pays en voie de développement sont majoritairement entrepris par les femmes, or le financement de tels programmes manque cruellement. Selon Alexandre Shield (Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques, 2017), « le financement de projets traitant à la fois des femmes et des changements climatiques ne représente que 0,01 % des financements mondiaux ». Il est ironique de constater que malgré l’amplification de ces bouleversements environnementaux, le support financier accompagnant ces programmes menés par les femmes n’est pas bonifié. Cependant, toute la société bénéficierait de ce type de subvention.

Dans la continuité de cette réflexion, quelques mesures peuvent être prises pour soutenir l’autonomisation des femmes dans un contexte de développement durable. D’abord, inclure les femmes dans les processus décisionnels; ensuite, supporter davantage économiquement leurs initiatives; enfin, rééquilibrer la répartition des tâches domestiques.

Référence

Alexandre Shield. 2017. « Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques ». Le Devoir. En ligne : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/515222/les-femmes-premieres-victimes-des-bouleversements-climatiques (page consultée le 7 juillet 2019).


À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229

 


Retour sur les retrouvailles annuelles SUCO

 

 

Toute l’équipe désire remercier chaleureusement tous les participants à notre rendez-vous annuel. Comme vous le savez, la soirée des retrouvailles est une tradition chère à SUCO. Cet événement nous permet de réunir nos volontaires, nos partenaires, nos membres et nos employé·e·s dans une ambiance conviviale. C’est grâce à votre présence que nos retrouvailles ont été un succès !

Vendredi dernier, nous étions une quarantaine de personnes réunies, à l’Espace La Fontaine, afin de célébrer SUCO. Ce fut l’occasion de discuter ensemble, de découvrir certains projets de nos volontaires et d’en apprendre davantage sur l’avenir de SUCO et les trois enjeux sur lesquels nous intervenons.

 

Retour en images

Pour voir l’album complet avec toutes les photos de l’événement prises par Nitsé Mathelier, ancienne volontaire et employée de SUCO, rendez-vous sur notre page Facebook.

Du théâtre-forum pour sensibiliser aux effets des changements climatiques sur les femmes

Nous avons aussi eu la chance d’assister à un atelier de théâtre-forum animé par nos comédiennes Joumana El-Khoury et Marie-Luce Gervais.

Ces ateliers de théâtre participatif ont permis à SUCO de rejoindre 3 500 personnes à travers près de 120 ateliers depuis quatre ans. Nous présentons du théâtre-forum dans des écoles secondaires, des cégeps et des universités ainsi que dans des organismes communautaires comme des centres de femmes ou des centres pour aîné·e·s.

N’hésitez pas à contacter Yasmina Britel, notre agente de programme à la mobilisation du public, pour toute question concernant nos ateliers et nos activités de sensibilisation.

Votre participation à nos retrouvailles nous démontre votre engagement envers notre mission et nos enjeux. Nous profitons de l’occasion afin de vous remercier pour votre précieux soutien!

Renseignements supplémentaires :

Yasmina Britel
Agente de programme à la mobilisation du public
514 272-3019 poste 234
yasminabritel@suco.org

 


C’est l’été, c’est le moment pour nos groupes Québec sans frontières de s’impliquer pour un monde plus durable, égalitaire et solidaire

 

 

C’est lors de la première semaine de juin que les 3 groupes Québec sans frontières (QSF) de cette année se sont envolés vers leurs destinations respectives au Pérou et au Sénégal. Cette année, ce sont 20 jeunes âgé·e·s entre 18 et 35 ans qui se sont engagé·e·s pour l’été en tant qu’actrices et acteurs de changement.

Les projets 2019 : Droits des femmes, mise en valeur de produits locaux, et aquaponie et agroécologie

Les 3 projets toucheront les 3 grands axes d’intervention de SUCO, soit les droits et participation des femmes en appuyant des femmes et filles du Pérou afin au niveau de la prise de parole et du leadership grâce à un projet artistique, les systèmes alimentaires viables grâce à un projet de mise en valeur de produit locaux par la vidéo au Pérou,  ainsi que l’adaptation aux changements climatiques grâce à un projet d’agriculture urbaine au Sénégal.

Pérou : valoriser avec l’art les droits des femmes et filles dans des milieux traditionnellement patriarcaux

Un premier groupe travaille avec Centro Ideas Peru à Ocoto Alto pour promouvoir le droit des femmes et des filles par l’art. Centro Ideas travaille dans plusieurs communautés où il aborde, entre autres, l’importance de la participation des femmes à la vie politique et communautaire, les problématiques de santé et nutrition, la santé reproductive, la violence contre les femmes, la promotion des droits économiques et sociaux des femmes et la sensibilisation des hommes aux dynamiques machistes et patriarcales. Le groupe appuie Centro Ideas en organisant et animant des ateliers dans les institutions scolaires à Ocoto Alto sur des thèmes tels que l’estime de soi, le leadership et la citoyenneté active avec comme objectif d’exprimer la compréhension des jeunes sur les droits et la participation des femmes et des filles à travers l’art. De plus, le groupe accompagnera les jeunes dans la réalisation de leur projet artistique.

Sénégal : vers une autonomie alimentaire viable grâce à l’agriculture urbaine

Un deuxième groupe travaille avec le Centre d’Ecoute et d’Encadrement pour le Développement Durable (CEEDD) à Thiès, au Sénégal, sur un projet en aquaponie et en agroécologie. Le CEEDD regroupe un grand réseau de femmes de la région de Thiès autour d’activités complémentaires telles que l’agriculture, l’artisanat et l’éducation. L’objectif de la promotion de l’agriculture en milieu urbain est à la fois de permettre aux familles d’avoir accès à des produits issus de l’agriculture saine et durable et également d’avoir une activité génératrice de revenu en vendant les surplus. Le groupe travaille à l’accompagnement de l’installation d’une système aquaponique avec l’appui de l’Agence Nationale de l’Aquaculture du Sénégal et à l’organisation et l’animation d’ateliers sur l’agroécologie, l’impact des changements climatiques et la protection de l’environnement.

Pérou : promouvoir les bienfaits de la consommation de produits locaux avec la vidéo et la formation

Un troisième groupe travaille avec IDMA – Instituto de Desarrollo y Medio Ambiente à Pacaran, au Pérou, pour promouvoir les produits locaux par la vidéo. Les initiatives d’IDMA sont basées sur cinq axes de développement : agriculture durable et sécurité alimentaire, éducation environnementale, la citoyenneté et gouvernabilité, les marchés agroécologiques, et le changement climatique et la gestion des risques. Le groupe appuie IDMA en réalisant des capsules vidéos promotionnelles sur les producteurs et productrices de la région de Pacaran, leur travail au marché écologique de Lunahuana et la promotion des produits locaux. De plus, le groupe organise des ateliers dans les écoles de Pacaran et de Lunahuana sur l’environnement, les bienfaits de la consommation des produits locaux et la saine alimentation.

 

À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229

 

 


À votre agenda : l’événement bénéfice Au goût du monde de retour le 24 octobre 2019

 

 

SUCO est très heureuse de vous convier le 24 octobre 2019 à la salle La Cenne à Montréal pour la 3e édition de l’événement-bénéfice Au goût du monde.

Cette soirée sous forme de cocktail dînatoire sera l’occasion de vivre une expérience culinaire exceptionnelle où la cuisine d’inspiration sénégalaise fusionnera avec les produits du terroir québécois grâce à la touche moderne et audacieuse de la cheffe Maria-José de Frias du restaurant Le Virunga.

 

Changez le monde un événement-bénéfice à la fois

 

Le projet financé en quelques mots

En plus de profiter d’une soirée haute en couleurs et en réseautage, votre participation à l’événement permettra de contribuer au projet Dund ak Kéew bi qui signifie Vivre longtemps avec l’environnement en wolof, et qui permettra d’outiller 7 694 familles, réparties dans 6 Communes du plateau de Thiès afin de faire face aux défis climatiques des prochaines années. Ce projet, mené en collaboration avec Réseau Environnement, mettra l’expertise du Québec au service de la population sénégalaise.

 

Maria-José de Frias, chef engagée et solidaire

Pour Maria-José de Frias, concocter un menu, ce n’est pas qu’une affaire de papilles, c’est aussi une affaire de solidarité. Au restaurant Le Virunga, les engagements sont clairs : une culture gastronomique à impact positif passe inévitablement par l’intégration de produits locaux, de saison et biologiques. Et si on mélange bien ces engagements avec les inspirations culinaires du Sénégal, on découvre un monde de saveurs…

 

Au menu

  • Mini boulettes de pintade de la ferme la rose des vents aux noix de cajoux, sauce tomate citronnée et relevée
  • Ragoût de macreuse de boeuf du Qc, jus de cuisson à la moutarde, purée de patate douce du Qc
  • Salade de mil à la mangue et concassée d’arachides, vinaigrette aux agrumes et parfum de curry
  • Yassa de pois chiches au chou blanc, subtilité de moutarde aux épices chaudes
  • Mini quenelle d’omble chevalier et pomme de terre du Qc, tomates, concombre mariné et laitue
  • Mijoté de mouton du Qc relevé, couscous de manioc, haricots au lait de coco
  • Crevettes pochées, écrasé de manioc, gombos rôtis au sautoir
  • Canard de Marieville, sauce arachide, fondant de chou, écrasé de plantain
  • Mil au lait vanillé, nuage de coco, confit de mangue au parfum de muscade et gingembre

 

Des changements d’envergure ne peuvent se mener seuls : devenez partenaire de l’événement

La cause vous tient particulièrement à cœur et vous aimeriez vous impliquer dans l’événement? Faites de votre organisation un partenaire de l’événement! De nombreuses options s’offrent à vous, découvrez notre plan de partenariat.

Au plaisir de vous compter parmi nous!

 

Renseignements :

Mario Trudeau
Conseiller, Collecte de fonds
514 272-3019, poste 223
mariotrudeau@suco.org

Andrée-Anne Richard
Chargée de communication
514 272-3019, poste 225
andree-annerichard@suco.org

 

 


Revue de presse de juin 2019 : les articles qui ont attiré notre attention

 

 

Des gens de partout se mobilisent et s’engagent concrètement pour transformer la société et amener des solutions durables. Certains nous inspirent. Voici donc certains articles de l’actualité qui traitent des enjeux qui nous tiennent à cœur et qui ont attiré notre attention dans les dernières semaines.


3 avril 2019 | Comment une mouche peut sauver le climat

« Deux entrepreneurs se sont lancés dans l’élevage de la mouche soldat noire afin de produire des farines protéinées destinées à l’alimentation des animaux domestiques ou d’élevage. L’initiative est chouette en bibitte : elle permet à la fois de réduire les gaz à effet de serre et le gaspillage alimentaire. »

Lire l’article »


20 mai 2019 | Pollinisateurs : l’ONU sonne l’alarme

« Les pollinisateurs de la planète sont gravement menacés, notamment par les activités humaines qui les exposent à des risques toujours plus nombreux, a rappelé l’ONU à l’occasion de la Journée mondiale des abeilles. »

Lire l’article »


27 mai 2019 | 3 millions $ pour l’économie solidaire

« Afin d’entre autres encourager le développement économique durable ainsi que la création d’emplois pour les femmes et les jeunes dans les pays en développement, le gouvernement du Québec octroie 3 M$ au nouveau Fonds d’investissement solidaire international de Québec (FISIQ). »

Lire l’article »


3 juin 2019 | Boire la mer

« Utiliser la force des vagues pour dessaler l’eau de mer est l’idée ingénieuse d’une jeune entreprise sherbrookoise. En plus de produire 10 000 litres d’eau potable par jour, chaque bouée autonome économise entre 15 et 35 tonnes de CO2 par an. Un petit verre du dernier cru de l’Atlantique? »

Lire l’article »


15 juin 2019 | La longue marche vers le déclin du plastique

« Les océans et les dépotoirs en sont remplis. Plus mal aimés que jamais, les plastiques à usage unique seront interdits à partir de 2021, a annoncé cette semaine le premier ministre Justin Trudeau. Or, si le sens même de l’expression « plastique à usage unique » demeure flou, l’application éventuelle de ladite interdiction soulève aussi plusieurs interrogations. »

Lire l’article »

 


C’est le temps des retrouvailles annuelles SUCO

 

Le rendez-vous des agent·e·s de changement

Toute l’équipe de SUCO est très heureuse de vous convier à l’Espace La Fontaine le 14 juin prochain dès 18 h pour les retrouvailles annuelles.

Voilà une belle occasion de réseauter avec des volontaires internationaux, des membres et des partenaires de SUCO. Vous pourrez également rencontrer nos stagiaires des programmes Québec sans frontières et PSIJ qui seront sur place pour partager leur expérience et échanger avec le public au sujet des 3 enjeux sur lesquels SUCO intervient à l’international :

  • Les systèmes alimentaires viables
  • L’adaptation aux changements climatique
  • La participation et le droit des femmes

Lors de cette soirée, vous aurez également l’occasion de devenir « spect-acteurs·rices » en assistant à un atelier participatif de théâtre-forum sur la thématique des femmes et des changements climatiques; ceci vous donnera un aperçu des activités de mobilisation qui sont offertes au Québec afin d’amener le public à s’engager positivement et concrètement pour transformer notre société et devenir eux-aussi des agent·e·s de changement !


Détails de l’événement

 

LIEU
Espace La Fontaine
3933 Avenue du Parc-La Fontaine
Montréal, QC H2L 0C7

HEURE
14 juin 2019, de 18 h à 21 h

 


La participation est gratuite, mais il faut réserver dès maintenant.
Hâtez-vous, les places sont limitées !

 

Restez à l’affût ! Des nouveautés concernant l’événement seront dévoilées dans les semaines à venir. Suivez l’événement Facebook !

Renseignements
Yasmina Britel
514 272-3019 poste 234
yasminabritel@suco.org