SUCO au prochain Forum social mondial (FSM)

 

Pour cette nouvelle édition du Forum social mondial qui aura lieu à Salvador de Bahia, au Brésil, du 13 au 17 mars prochain, SUCO se joint au Collectif québécois vers le FSM 2018 qui permettra à près d’une centaine de personnes de participer à ce grand rassemblement international.

Fiers d’une expertise développée au cours de la dernière décennie, les YMCA du Québec, en partenariat avec la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec et l’Association québécoise des organismes de coopération internationale, chapeautent le Collectif québécois de la société civile qui participera au prochain Forum social mondial. SUCO, qui s’était déjà démarqué par son expertise en agriculture durable ainsi que sur les thèmes de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la lutte aux changements climatiques lors de sa participation au Collectif de la société civile à Paris pour la COP 21 en 2015, rejoint à nouveau cette année ces trois organisations en tant que fier collaborateur.

Participer au Collectif : une expérience qui commence bien avant la tenue du FSM

Le Collectif débute plusieurs mois avant la tenue du FSM afin de bien préparer les participants à leur séjour, tant par rapport à l’acquisition d’une meilleure connaissance des enjeux discutés au FSM, qu’à l’esprit de groupe ou à l’organisation technique du séjour. Les membres du Collectif entameront donc leur préparation dès septembre en participants à six formations avant-départ qui aborderont des problématiques sociales actuelles animées par des experts chevronnés. De plus, cette année, des cours de portugais seront offerts à faibles coûts aux participants qui le désirent, et ce, dès janvier 2018. Pendant le séjour, les organisateurs du Collectif proposent une programmation active qui s’adapte aux intérêts de chacun, tout en permettant aux participants de se revoir à différents moments pour des séances de « débriefing » ainsi que pendant plusieurs activités de réseautage. De plus, la participation au Collectif ne s’arrête pas à la fin du FSM en mars puisque des occasions d’engagements et de réseautage sont prévues au retour.

Séance de débriefing et de formation avec la soixantaine de participants du Collectif de la Cop 21 à Paris.

Le Forum Social Mondial en bref

Il s’agit de l’un des plus grands rassemblements de la société civile au monde. Espace de rencontre ouvert, il vise à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratiques et à trouver des solutions aux problèmes actuels de notre société. Créé en 2001 au Brésil, à chaque édition, le FSM rassemble plusieurs dizaines de milliers de participants pour plus de mille activités (ateliers, conférences, performances artistiques…) portant sur diverses thématiques (développement social, économie solidaire, environnement, droits de la personne, démocratisation…). SUCO avait d’ailleurs participé au dernier FSM qui a eu lieu à Montréal en 2016. En 2018, le thème sera la Traite des peuples, des territoires et des mouvements en résistance.

Pour vous inscrire, c’est ici !

Pendant le FSM 2016 à Montréal.

 


Le théâtre forum, un outil participatif qui fait écho à l’approche de SUCO

 

20160811_165921
Notre collègue Linda Gagnon en pleine action.

Le 11 août dernier, dans le cadre du Forum social mondial, SUCO a lancé en collaboration avec l’organisme Mise au jeu, « Allons voir là-bas si j’y suis », un atelier de théâtre forum qui pose un regard sur la coopération internationale et permet de nous questionner sur ses différentes pratiques. Dans la salle, une vingtaine de participants provenant d’horizons différents, des animateurs scolaires, employés d’organismes de coopération internationale ou simples individus ayant vécu une expérience à l’international,  étaient animés par le désir de réfléchir ensemble sur ce que peut nous apporter une telle expérience.

Mais avant tout, qu’est-ce que le théâtre forum?

C’est un spectacle de théâtre interactif qui permet par le biais du jeu théâtral de faire émerger la parole. Tout d’abord, les acteurs jouent plusieurs courtes scènes évoquant des situations quotidiennes pouvant être vécues comme des impasses. Puis ces scènes sont rejouées autant de fois que nécessaire, de telle manière à ce que les spectateurs, dans un contexte convivial, soient amenés à intervenir à certains moments de la pièce pour proposer des solutions.

 

Une méthode qui rejoint l’approche de SUCO sur le terrain

Cette méthode d’intervention participative développée par le brésilien Augusto Boal dans son théâtre de l’Opprimé trouve un écho dans le travail  réalisé par  SUCO dans ses différents pays d’intervention. En effet, nous travaillons de près avec les gens, dans l’objectif de promouvoir un réel échange de connaissances, d’expertises, de vécus et de compétences. Nous croyons que cette façon de faire très participative permet de développer et de favoriser davantage l’apprentissage puisque les personnes sont impliquées directement dans le processus.

Alors, pourquoi ne pas être conséquent avec nous-mêmes en tant qu’organisation et prioriser ce type d’outil de sensibilisation du public ici, au Québec et au Canada pour faire réagir, réfléchir, débattre, apprendre sur les enjeux qui nous touchent?  Et quelle meilleure tribune que le Forum social mondial pour le lancer? En tout cas, le pari est réussi et nous renouvellerons à coup sûr l’expérience dans le courant de l’année.

Avis aux intéressés!

 


Du miel béton !

 

« Un jour, j’ai fait goûter le miel de mes abeilles à un jeune du quartier. Je lui ai demandé : alors ? – Il me répond : C’est béton ! »

Alors que les négociations sont en cours et que plusieurs activités ont lieu aux quatre coins de Paris, que ce soit à l’Espace Génération Climat du Bourget, à la Zone d’action climat ou au Grand Palais, quelques membres du collectif québécois dont je fais partie et moi-même, avons fait une petite pause de toute cette agitation dans un quartier pourtant très connu, et malheureusement pas pour de bonnes raisons, Seine-Saint-Denis. Cette ville, située en banlieue nord de Paris, a été le théâtre d’un assaut spectaculaire des forces policières suite aux attentats du 13 novembre, pour déloger un groupe de terroristes. C’est un quartier très peuplé, à forte tendance multiethnique, très défavorisé et particulièrement vulnérable aux dérèglements climatiques.

Un Parti Poétique qui fait du miel béton !

Après une bonne heure de RER et de métro, nous débarquons dans un endroit caché au fond d’une jolie rue. À la porte, Olivier Darné, fondateur du Parti Poétique, nous accueille le sourire aux lèvres, pour nous accompagner dans une jolie pièce réchauffée par un poêle à bois. Autour de la table et après nous avoir servi une bonne tisane avec du miel fait maison, Olivier nous enchante avec ses mots et sa poésie colorée. Je comprends ainsi que le Parti Poétique est un collectif d’artistes qui relie la question des abeilles et du territoire en installant des ruches sur les toits et en fabriquant du miel urbain. Olivier est un apiculteur mais aussi un artiste. Pour lui, les abeilles et l’espace public des villes sont interreliés. Avec le quartier Saint-Denis pour point d’ancrage, le Parti Poétique possède un lieu baptisé « Zone sensible », c’est là que nous avons été reçus. Pour Olivier, ce laboratoire à ciel ouvert » est à la fois un centre de recherche, un observatoire de la ville, un lieu de débats et d’expérimentations. Nouveau « quartier général » du Parti Poétique, il est le lieu de convergence, de controverse, de permanence artistique, culturelle et scientifique du projet mené par le collectif. Il abrite un ensemble de 6 pièces de différentes dimensions qui deviennent, en fonction des rendez-vous programmés, des salles de projection, d’ateliers et d’expositions.

20151209_054440

La Banque du miel

« Zone sensible » héberge également sur son toit un rucher expérimental et le point d’ancrage de la « Banque du miel », un autre projet de l’organisation. Olivier nous en parle «comme d’une vaste mission de pollinisation et d’essaimage» et je comprends ainsi que, par le biais d’installations artistiques dans l’espace public, la «Banque du miel» sensibilise le grand public à la lecture et à la compréhension des pressions que l’humain opère sur les milieux qu’il habite. Pour moi, alors que la COP21 bat son plein, cette visite me paraît encore plus pertinente puisque les problématiques soulevées par ce projet sont mises en évidence par deux crises actuelles: l’une écologique (la dégradation des écosystèmes, la diminution des populations d’abeilles), l’autre économique et sociale.

20151209_060027

La Ferme des possibles

En après-midi, Olivier nous accompagne à la « Ferme des possibles », un autre endroit extrêmement porteur d’espoir situé dans le quartier Seine-Saint-Denis, qui ouvrira ses portes au printemps 2017. Il s’agit d’une ferme expérimentale, résultat de collaboration entre 5 structures d’accompagnement de clientèles fragilisées : les jeunes sans qualification et en recherche d’emploi et les personnes handicapées. Selon nos hôtes, cette combinaison, qui au départ pouvait sembler risquée, fonctionne très bien et permet la réinsertion à l’emploi de ces jeunes. La ferme, qui a choisi un modèle de gestion coopératif, offrira une multitude d’activités d’apprentissages et de loisirs aux habitants du quartier, mais proposera aussi un lieu de production et d’expérimentation agricole. Ainsi, les récoltes produites sur place permettront la vente de paniers de fruits et de légumes biologiques et l’ouverture d’un service-traiteur, en plus d’être un lieu d’échange et de conseils sur les pratiques agricoles innovatrices.

20151209_081628

Après toutes ces explications que nos hôtes nous ont données, dans la serre où nous étions confortablement assis sur des bottes de foin, les membres du collectif ont posé un geste symbolique en plantant un arbre à la ferme, un arbre porteur d’espoir dans le pays hôte de la COP21 et dans un quartier très vulnérable aux dérèglements climatiques.

Thiago et Yas yasmina

– Un article de Yasmina Britel, agente d’engagement du public, SUCO.

 


Le village mondial des alternatives, un sommet citoyen à Paris

 

SUCO au Sommet citoyen sur le climat en marge de la COP21 !

Yasmina Britel, notre agente responsable de l’engagement du public, est à Paris afin de participer au Sommet citoyen sur le climat organisé en marge de la grande conférence sur les changements climatiques se déroulant au Bourget jusqu’au 11 décembre. Elle nous livre ses impressions sur le Village des alternatives, le Forum sur le climat et le Marché paysan, des activités organisées dans la ville de Montreuil, aux portes de Paris.

Continuer à lire « Le village mondial des alternatives, un sommet citoyen à Paris »