Nomination d’une directrice générale par intérim à SUCO

 

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

 

Montréal, le 21 septembre 2017 – Le président du conseil d’administration de SUCO, M. Claude Provencher, annonce la nomination de Mme Linda Gagnon à titre de directrice générale par intérim à compter du 20 septembre 2017, jusqu’à l’entrée en fonction de la prochaine personne titulaire du poste.

Chargée de programme depuis 2006 à SUCO, Mme Gagnon travaille plus spécifiquement sur les questions liées à l’égalité entre les femmes et les hommes, l’agriculture durable et l’environnement. Elle est d’ailleurs l’instigatrice de l’approche agroenvironnementale de SUCO. Mme Gagnon a travaillé durant plus de 16 ans en Amérique latine (Bolivie, El Salvador et Nicaragua) en tant que représentante et gestionnaire de programmes pour divers organismes de coopération internationale. Au Guatemala, elle a pris part à la mission de paix des Nations Unies comme vérificatrice des accords de paix, spécifiquement ceux liés aux conflits agraires, de travail, de liberté syndicale et d’association. Elle a été membre de plusieurs conseils d’administration d’organismes communautaires.

 

-30-

À propos de SUCO
SUCO est un organisme de coopération internationale fondé en 1961. Il réalise des projets de développement durable visant à renforcer l’autonomie des personnes, des organisations et des collectivités dans sept pays : Burkina Faso, Haïti, Honduras, Mali, Nicaragua, Pérou et Sénégal. L’expertise de SUCO se situe principalement dans les domaines de l’agriculture durable, du développement local, de la mobilisation citoyenne et de l’entrepreneuriat rural.

 

Renseignements :
Mélissa Cabana
Chargée des relations externes, SUCO
melissacabana@suco.org
Tél. : 514 272-3019, poste 225


Sept semaines pour changer le monde

 

UNE ÉTOILE FILANTE VISIBLE DE L’ARTIBONITE

Quand Odette Isabel est venue prêter main-forte comme volontaire de SUCO à l’organisation haïtienne Solidarite Fanm Ayisyèn (SOFA), à sa Ferme-école de St-Michel-de-l’Attalaye, elle ne se doutait pas qu’elle allait laisser des traces aussi visibles de son passage éclair dans l’Artibonite.

En sept semaines à peine, cette bachelière en géographie-pédagogie a su tirer profit de ses compétences en commercialisation et en encadrement. Elle les a mises au service du projet phare de cette organisation féministe populaire à caractère revendicatif, visant la promotion et la défense des droits des femmes.

« Mon mandat en commercialisation a consisté à développer des modules de formation auprès de six agronomes sans spécialisation formelle en entrepreneuriat. Pour assurer l’attestation d’études délivrée par l’Institut national de formation professionnelle (INFP), il fallait que ces agronomes puissent dispenser un module sur la commercialisation à la Ferme-école. Une fois formés, ils ont pu à leur tour former une première cohorte de personnes diplômées (55 femmes, 6 hommes) à la fin juillet 2017. Les 2e et 3e cohortes sont elles-mêmes attendues cet automne, dont au moins un groupe à Saint-Michel de l’Attalaye, un autre à Lalomas ainsi qu’à Bas-de-Sault », a expliqué la dynamique volontaire.

Le projet de Ferme-école, prévu initialement pour deux ans, devrait bientôt produire des légumes et des fruits, à petite échelle, et générer du compost biologique dans une zone où les pluies sont parfois très rares. Le fait que l’entrée d’eau soit située à plusieurs mètres du lieu de production pose problème. « Il faudra le régler », constate Odette Isabel.

 

Une Ferme-école féministe

Traditionnellement, en milieu rural haïtien, tout ce qui touche aux cultures de rente, c’est-à-dire aux cultures vouées à la commercialisation, comme la canne à sucre ou le manioc, est réservé aux hommes. Ce sont des produits de la terre qu’on peut écouler facilement sur les marchés.

D’où l’importance, selon Odette Isabel, de donner des outils aux agricultrices pour qu’elles obtiennent des rendements leur permettant d’exporter leurs produits à l’extérieur de la zone locale où elles sont confinées. « Il faut, dit-elle, faire avancer les femmes dans leur autonomie financière. »

La Ferme-école est située dans une zone enclavée, loin de tout lieu d’irrigation et des centres de commerce où doit s’écouler la production, ce qui vient compliquer les travaux de production et de commercialisation.

Mais qu’a-t-on vraiment le temps d’accomplir en seulement deux mois comme volontaire chez SUCO? « Tout est dans la définition du mandat qui vous est confié et dans votre sens de l’initiative et de la débrouillardise », réplique Odette Isabel.

De plus, celle-ci a donné une formation sur la préparation des denrées à sécher, l’objectif étant de proposer une autre stratégie destinée à améliorer la sécurité alimentaire des ménages.

Plus d’un tour dans son sac de volontaire

Odette, qui avait auparavant réalisé deux mandats en Haïti et assimilé ainsi les rudiments du créole haïtien, s’est vite sentie en terrain connu avec cette langue parlée par la totalité des travailleurs paysans. Ce désir de s’intégrer totalement à son milieu de travail lui a d’ailleurs valu d’être fort appréciée par les élèves et les professeurs de la Ferme-école.

 

« Au départ, je devais m’en tenir à former des professeurs dans la transmission de connaissances techniques sous forme d’ateliers, en tentant de résoudre des problèmes concrets de commercialisation. Mais j’ai vite compris que mon mandat serait à la mesure de ce que j’étais disposée à y investir en matière de temps et d’expérience », explique la formatrice de SUCO.

Avant d’arriver en Haïti, Odette avait œuvré dans d’autres pays en développement, dont cinq ans dans l’extrême-nord camerounais (culture maraîchère des tomates) et au Sénégal (gestion des déchets et recyclage de bidons de plastique).

« Le succès d’un mandat dépend surtout de sa clarté, à laquelle il faut ajouter une bonne connaissance du milieu et le flair nécessaire pour saisir les occasions. Dans mon cas, j’ai simplement étendu mon mandat aux transformateurs de la Ferme-école, sans me limiter aux seuls professeurs à former », souligne Odette Isabel, la mine un peu triste à l’idée de quitter les occupants de la maison familiale où elle a habité pendant sa mission en Haïti.

Un projet de Ferme-école qui fait recette

Le projet de Ferme-école connaît un succès tel que lors de son inauguration, le 22 janvier 2017, bon nombre de dignitaires et de représentants communaux s’y sont donné rendez-vous, histoire de bien faire sentir leur appréciation de l’apport de la volontaire de SUCO dans la réussite du projet.
Devant l’originalité du projet de Ferme-école, une initiative d’ONU Femmes, SUCO a décidé de le proposer comme événement phare d’une activité-bénéfice baptisée « Au goût du monde, d’Haïti à votre assiette », qui doit avoir lieu cet automne, à Montréal. Les profits de l’événement serviront à pérenniser les activités de la ferme lorsqu’elle reviendra dans les mains de SOFA, après le départ prévu d’ONU Femmes.

Une moisson d’éloges

« Odette, qui est arrivée ici le 4 juillet 2017, s’est immédiatement intégrée à sa nouvelle communauté et à son milieu rural. J’ai d’abord été étonnée de la voir parler créole. Ensuite, je l’ai vue échanger avec notre agronome dans un sens de partage de connaissances, en particulier sur les modèles d’entrepreneuriat agricole. Odette nous a permis d’axer les activités de la Ferme-école sur des pratiques de commercialisation, non seulement avec les professeurs, comme prévu au départ, mais aussi avec les apprenantes et nos partenaires », témoigne Margaret Bien-Aimé, coordonnatrice de SOFA.

Quant à l’ingénieur agricole attitré à la Ferme-école, Giovanni Bien-Aimé, il estime que le travail de la volontaire de SUCO a été accompli avec dextérité. « Odette a même mis en œuvre des projets positifs à l’extérieur de son mandat. Et SUCO, qui l’a encouragée à aller plus loin, a ainsi donné un bon coup de pouce au projet de Ferme-école. »

À terme, ce projet devrait permettre à 240 femmes de suivre ce programme dans le cadre de 11 modules de formation répartis sur 48 jours de formation. Parmi les modules enseignés, soulignons les techniques de sécurité, le compostage, la préparation des semences, les techniques de multiplication des plantes et la gestion agricole.

Le mot de la « faim »

« Comme les activités de la Ferme-école vont s’étendre à d’autres villages, cela entraînera des retombées économiques ailleurs que dans la seule localité où se trouve l’établissement. Ce sera la version 2.0 améliorée du projet », prévoit Odette Isabel, qui retient une larme avant de dire au revoir à son petit monde de Saint-Michel de l’Attalaye.

Et dans un créole imagé où on détecte un brin de nostalgie et beaucoup d’amour, Odette Isabel improvise un dernier message: « Mèsi anpil à tout’ moun, tout’zami, tout’apprenantes. C’est bon bagay.»

Tel un météore qui aurait survolé ce territoire de cinq acres, situé à 400 mètres d’altitude dans l’Artibonite, Odette Isabel, une volontaire hors du commun, en très peu de temps, a su laisser sa marque sur l’une des zones agricoles les plus importantes du pays.

Par Roger Clavet, conseiller en communication en Haïti 

 

 


SUCO au prochain Forum social mondial (FSM)

 

Pour cette nouvelle édition du Forum social mondial qui aura lieu à Salvador de Bahia, au Brésil, du 13 au 17 mars prochain, SUCO se joint au Collectif québécois vers le FSM 2018 qui permettra à près d’une centaine de personnes de participer à ce grand rassemblement international.

Fiers d’une expertise développée au cours de la dernière décennie, les YMCA du Québec, en partenariat avec la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec et l’Association québécoise des organismes de coopération internationale, chapeautent le Collectif québécois de la société civile qui participera au prochain Forum social mondial. SUCO, qui s’était déjà démarqué par son expertise en agriculture durable ainsi que sur les thèmes de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la lutte aux changements climatiques lors de sa participation au Collectif de la société civile à Paris pour la COP 21 en 2015, rejoint à nouveau cette année ces trois organisations en tant que fier collaborateur.

Participer au Collectif : une expérience qui commence bien avant la tenue du FSM

Le Collectif débute plusieurs mois avant la tenue du FSM afin de bien préparer les participants à leur séjour, tant par rapport à l’acquisition d’une meilleure connaissance des enjeux discutés au FSM, qu’à l’esprit de groupe ou à l’organisation technique du séjour. Les membres du Collectif entameront donc leur préparation dès septembre en participants à six formations avant-départ qui aborderont des problématiques sociales actuelles animées par des experts chevronnés. De plus, cette année, des cours de portugais seront offerts à faibles coûts aux participants qui le désirent, et ce, dès janvier 2018. Pendant le séjour, les organisateurs du Collectif proposent une programmation active qui s’adapte aux intérêts de chacun, tout en permettant aux participants de se revoir à différents moments pour des séances de « débriefing » ainsi que pendant plusieurs activités de réseautage. De plus, la participation au Collectif ne s’arrête pas à la fin du FSM en mars puisque des occasions d’engagements et de réseautage sont prévues au retour.

Séance de débriefing et de formation avec la soixantaine de participants du Collectif de la Cop 21 à Paris.

Le Forum Social Mondial en bref

Il s’agit de l’un des plus grands rassemblements de la société civile au monde. Espace de rencontre ouvert, il vise à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratiques et à trouver des solutions aux problèmes actuels de notre société. Créé en 2001 au Brésil, à chaque édition, le FSM rassemble plusieurs dizaines de milliers de participants pour plus de mille activités (ateliers, conférences, performances artistiques…) portant sur diverses thématiques (développement social, économie solidaire, environnement, droits de la personne, démocratisation…). SUCO avait d’ailleurs participé au dernier FSM qui a eu lieu à Montréal en 2016. En 2018, le thème sera la Traite des peuples, des territoires et des mouvements en résistance.

Pour vous inscrire, c’est ici !

Pendant le FSM 2016 à Montréal.

 


Agroécologie et transition vers des systèmes alimentaires durables

 

Opportunité pour la mise en œuvre des priorités de la politique d’aide internationale féministe du Canada

Madame Marie-Claude Bibeau, Ministre du Développement international et de la Francophonie,

Nous saluons l’engagement du gouvernement du Canada envers la promotion du plein exercice des droits des femmes et des filles, condition indispensable pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). Nous espérons que la mise en place d’une politique d’aide internationale féministe pourra également inspirer d’autres États.

Nous sommes reconnaissants à votre gouvernement d’avoir accordé une place importante aux organismes de coopération internationale dans le cadre des consultations publiques pour l’élaboration de la nouvelle politique. De plus, nous accueillons favorablement l’initiative donnant priorité aux populations les plus vulnérables, ainsi qu’à l’adaptation et la mitigation des effets des changements climatiques.

Dans le monde, les femmes jouent un rôle majeur dans le domaine de l’agriculture, l’une des activités les plus affectées par les changements climatiques. Nous vous encourageons à soutenir davantage l’agriculture durable et la transition vers des systèmes alimentaires diversifiés et agroécologiques. Ces modèles, axés sur la diversification des exploitations et des paysages agricoles, la substitution des intrants chimiques par des techniques écologiques, l’optimisation de la biodiversité, ainsi que les interactions entre différentes espèces, peuvent renforcer l’autonomisation économique des femmes et des filles qui pratiquent, pour la majorité d’entre elles, une agriculture à petite échelle.

Plus d’un demi-siècle d’expérience nous permet d’observer les répercussions positives de la diversification des systèmes agroécologiques sur le développement économique local et régional, ainsi que sur la résilience des populations qui doivent faire face à des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, graves et imprévisibles. De plus, les systèmes alimentaires durables peuvent devenir une stratégie d’adaptation, mais aussi de mitigation des effets des changements climatiques. Un nombre croissant de recherches démontrent que ces systèmes augmentent la concentration en carbone des sols, préservent la biodiversité, permettent aux sols de retrouver leur fertilité à long terme, maintiennent les rendements, et offrent une base solide pour soutenir les moyens de subsistance des familles d’agriculteurs et d’agricultrices.

Le Canada investit déjà dans ce secteur en renforçant les capacités des communautés paysannes. Cet appui a permis aux communautés de passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture de marché, tout en améliorant la qualité de leur environnement et en assurant la pleine inclusion des femmes dans l’économie et la société. L’agriculture est devenue un secteur de choix pour accroître et diriger les investissements.

Nous sommes convaincus que le Canada peut en faire davantage et devenir un leader de ce secteur innovateur, qui permet de répondre à plusieurs des défis auxquels les pays en développement font face. Nous encourageons le Canada à investir davantage dans le secteur de l’agriculture durable à petite échelle. Un investissement accru dans ce seul secteur permettrait de contribuer à l’atteinte de douze des objectifs de développement durable, de réduire la pauvreté, d’autonomiser les femmes, de créer des possibilités d’emploi pour les jeunes et de lutter contre les effets des changements climatiques.

 

Richard Veenstra

Directeur général

 

Émile Frison

Membre du Groupe international d’experts sur les systèmes alimentaires durables

Crédit photo : Nitsé Mathelier

 

 

 


Rencontre avec des femmes inspirantes

 

J’ai récemment participé au colloque Bruxelles-sur-Seine II, de la défense des droits des femmes à la promotion de l’égalité de genre, qui avait lieu à Paris, du 8 au 10 décembre dernier. Ce colloque réunissait des praticiennes et praticiens, des chercheuses et chercheurs de Belgique et de France, en plus de trois déléguées québécoises dont la participation a été financée par Les Offices jeunesse internationaux du Québec. J’y représentais SUCO et le Comité québécois femmes et développement, comité chapeauté par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI). Une belle expérience pour partager et échanger sur nos bonnes pratiques en égalité entre les femmes et les hommes !

Des rencontres inspirantes

Notre séjour a commencé, pour moi et les deux autres déléguées québécoises, par une journée organisée spécialement en notre honneur par l’Office franco-québécois pour la jeunesse à Paris. Cette journée a donné lieu à d’intéressantes rencontres avec quatre femmes impliquées depuis longtemps dans le mouvement des femmes. Nous avons ainsi pu connaître les actions de la fédération française de Business and Professional Women qui fait la promotion des droits des femmes dans le domaine économique. Au niveau communautaire, les intervenantes de la Maison des femmes de Montreuil nous ont présenté leurs activités sur la dénonciation des violences faites aux femmes. Du côté de l’institutionnel, nous avons pu rencontrer une chargée de mission pour le Réseau des femmes parlementaires à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et une spécialiste en égalité entre les femmes et les hommes au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie. Quatre rencontres extrêmement inspirantes, avec des femmes qui luttent à différents niveaux et chacune à leur façon pour les droits des femmes. Mais peu importe l’organisation, le même besoin criant est ressorti : tandis que les politiques nous disent que l’égalité entre les femmes et les hommes est une priorité, les ressources, quant à elles, sont insuffisantes.

apf-n-dazy-et-oif-d-elveren

Des inégalités encore trop présentes

Le colloque a aussi été très riche en échanges grâce à son panel, ses tables rondes et de multiples rencontres qui nous ont amenés à cette réflexion : bien que de nombreux droits pour les femmes soient inscrits dans la loi, dans les faits, les inégalités sont encore très présentes et beaucoup trop nombreuses. Comment rendre ces lois plus efficaces ? Par des quotas, des sanctions ? Comment améliorer davantage les conditions de vie des femmes, que ce soit dans le monde du travail, dans les sphères domestique et politique, dans leur mobilité, dans le domaine des sports et celui des arts par exemple ?Comment combattre le sexisme ordinaire, si persistant ? Comment valoriser l’histoire des femmes, les faire sortir de l’ombre dans le milieu scolaire ? Comment atténuer les effets des stéréotypes de genre ?

maison-des-f-de-montreuil

Des marches exploratoires

Parmi les outils présentés pendant ce colloque, ce sont les marches exploratoires de femmes qui m’ont certainement le plus marquée par leur pertinence. Élaborées à Montréal et à Toronto, ces marches permettent de rendre des femmes actrices de leur milieu afin de le rendre plus sécuritaire. Le concept est simple : un groupe de femmes se rassemble afin de marcher dans son quartier et d’identifier, à l’aide d’une liste de questions, les endroits où elles se sentent moins en sécurité et pourquoi. Ensuite, elles réfléchissent ensemble aux mesures qui pourraient être mises en place pour améliorer leur sécurité. Elles sollicitent des représentants de la mairie à venir marcher avec elles afin de voir et d’entendre leurs propositions. Les marcheuses établissent au final un suivi pour assurer la mise en place de ces mesures. Ces marches sont un puissant outil d’autonomisation par lequel des femmes, souvent isolées, identifient elles-mêmes des solutions et influencent la politique municipale. Elles favorisent une plus grande mobilité des femmes, leur permettent de se réapproprier l’espace, de participer aux décisions politiques et de briser leur isolement en créant des liens avec d’autres femmes. De plus, cet outil s’exporte facilement d’un pays à l’autre.

 

L’égalité entre les femmes et les hommes, un axe transversal pour SUCO

Pour SUCO, participer à un colloque de ce genre est très enrichissant pour améliorer et échanger sur nos pratiques puisque l’égalité entre les femmes et les hommes est un axe transversal dans tous nos projets. En effet, l’utilisation d’outils variés pour mieux appuyer nos partenaires du Sud en égalité ainsi que l’identification de nos propres stéréotypes pour ne pas les reproduire demeurent des aspects primordiaux qui se retrouvent à la base de tous nos projets.

 

huari-abr2014-130

 

 

 

 

 


En 2017, SUCO vous propose une expérience interactive et collective de théâtre-forum!

 

photo2

Le 11 août dernier, dans le cadre du Forum social mondial, SUCO avait lancé en collaboration avec l’organisme Mise au jeu « Allons voir là-bas si j’y suis » et « Les femmes au cœur des solutions face aux changements climatiques ». En 2017, comme promis, nous réitérons l’expérience avec une tournée dans les institutions scolaires (écoles secondaires, cégeps, universités) et événements grand public, l’idée étant de contribuer à la formation d’une jeunesse engagée, critique et sensibilisée à la solidarité Nord-Sud.

Pourquoi  des ateliers de théâtre forum ? Parce que c’est un moyen participatif et ludique d’observer, de réfléchir et d’agir face à des défis et questionnements particuliers. Les participantes et participants sont invités à devenir « spect-acteurs » en prenant part au jeu, en exprimant leurs idées, réactions et perspectives. Ces ateliers se veulent un échange de proximité et une prise de conscience, de parole et d’action.

 

Et plus concrètement, ça ressemble à quoi ?

 LES FEMMES AU CŒUR DES SOLUTIONS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Les catastrophes naturelles et les changements climatiques affectent principalement les personnes les plus vulnérables, qui sont à 70 % des femmes. Quel est l’impact de ces changements sur les femmes et comment s’y adaptent-elles ?

Suivez l’histoire d’une famille sénégalaise dans un village touché par des inondations sévères et celle de Camille, jeune québécoise en pleine réflexion face aux changements climatiques. Catastrophes naturelles, résilience, systèmes d’adaptation, rapports hommes-femmes et solidarité Nord-Sud sont parmi les thèmes abordés. Une activité qui sensibilise vos élèves de manière simple et imagée sur les dynamiques des changements climatiques.

DURÉE : 1H30

 

ALLONS VOIR LÀ-BAS SI J’Y SUIS

Quel est le regard que nous portons sur la coopération internationale et sur les populations du Sud ? Quel est notre rapport à l’autre ?

Dans cet atelier de théâtre forum, suivez les expériences de Justin, jeune étudiant qui réalise un stage de 2 mois en agriculture auprès d’une association de producteurs au Burkina Faso. Cet atelier explore les thématiques des relations interculturelles et tente de démystifier certains préjugés face aux relations Nord-Sud. Il permettra à vos élèves de réfléchir à des situations concrètes et de favoriser une résolution collective aux situations que peuvent vivre les jeunes à l’étranger.

DURÉE : 1H30

photo-1
Crédit-Photo: Mise au Jeu

 

Une méthode qui rejoint l’approche de SUCO sur le terrain

Cette méthode d’intervention participative développée par le brésilien Augusto Boal dans son théâtre de l’opprimé trouve un écho dans le travail réalisé par SUCO dans ses différents pays d’intervention. En effet, nous travaillons de près avec les gens, dans l’objectif de promouvoir un réel échange de connaissances, d’expertises, de vécus et de compétences. Nous croyons que cette façon de faire très participative permet de développer et de favoriser davantage l’apprentissage puisque les personnes sont impliquées directement dans le processus.

 

 

Cette activité est rendue possible en partie grâce au Fonds pour l’éducation et l’engagement du public à la solidarité internationale (FEEPSI) financé par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF).

 


Glenda, une agricultrice qui défie les stéréotypes de genre

 

 

glenda 1

Glenda Medaris Lagos Vazquez suit depuis bientôt trois ans une formation en agroécologie dans le cadre du projet PROGA-Jeunes. Je lui ai récemment rendu visite et elle m’a impressionnée par sa détermination et sa persévérance à toute épreuve.

La jeune femme a désormais la charge de la terre familiale. Son père lui a offert le terrain afin qu’elle puisse mettre en pratique ses nouveaux acquis et partager ses connaissances avec le reste de sa famille. Elle pratique ainsi l’horticulture maraîchère et l’arboriculture fruitière qui permettent à sa famille de s’approvisionner d’une diversité de légumes et de fruits frais auxquels elle n’avait pas accès autrefois.Mais Glenda ne s’arrête pas là. Elle a récemment entrepris la pisciculture du tilapia, un poisson d’eau douce à chair blanche et ferme pratiquement dépourvue d’arêtes. Cette pratique n’étant pas commune dans les régions montagneuses, la communauté a rapidement démontré un intérêt pour la nouvelle activité économique de la jeune femme. Cette dernière a déjà reçu quelques commandes de ses voisins, et certaines personnes des communautés voisines lui ont même demandé si elle était disposée à leur enseigner les techniques de pisciculture afin qu’elles reproduisent cette activité dans leur communauté. Grâce au travail acharné de Glenda, la région bénéficiera désormais d’une nouvelle source alimentaire.

glenda 2
Glenda a reçu l’aide de sa famille pour construire l’étang de pisciculture.

Le succès de la jeune femme a certes un impact positif sur sa communauté. Il défie également les stéréotypes de genre véhiculés en région rurale. Glenda m’a raconté qu’un homme de la communauté la critiquait parce qu’elle passe la majorité de la journée à travailler dehors sur la terre familiale au lieu de s’occuper des tâches domestiques, comme le font une majorité de femmes. Ce dernier se moquait également de l’habillement de la jeune femme qui porte des bottes et des pantalons afin de travailler confortablement. Au lieu d’ignorer celui qui la harcèle, Glenda l’a invité à lui rendre visite sur sa terre pour lui montrer ce qu’elle fait. Elle lui a même enseigné une technique pour tuer les vers présents dans les choux de façon biologique. L’homme est reparti en étant très impressionné de sa visite. « Maintenant celui qui me causait du trouble ne rit plus de moi et me respecte ! », raconte-t-elle tout sourire.

La majorité des jeunes femmes qui reçoivent la formation n’avaient aucune expérience en agriculture, et encore moins en agroécologie. L’exemple de Glenda en est un parmi tant d’autres qui démontre une réelle volonté des femmes d’assumer pleinement leur rôle d’agricultrices. Celles-ci sont désormais des femmes exemplaires au sein de leur communauté.

Par Dominique Cardinal, conseillère en égalité entre les femmes et les hommes au Nicaragua.

 


Femmes au cœur des luttes contre les changements climatiques

 

13921128_10154225314155239_8905357413089842461_n

«Dis-moi, et j’oublierai. Enseigne-moi, et je me souviendrai.  Implique-moi, et j’apprendrai».

Cette citation de Benjamin Franklin résume le constat réalisé lors de la présentation de  la capsule de  théâtre forum sur les femmes et les changements climatiques  que nous avons faite en collaboration avec Mise au jeu dans le cadre du Forum social mondial. Ce constat n’est toutefois pas nouveau. Dans ses pays d’intervention, SUCO emploie des méthodologies participatives pour promouvoir un véritable échange de connaissances, compétences et habiletés entre volontaires du Canada et populations du Sud. Ce type de méthodologies favorise le développement des apprentissages significatifs, puisque les personnes sont impliquées dans le rythme, le contenu et la mise en œuvre de leur formation. De plus, l’emploi de ces méthodologies permet de vivre au quotidien des valeurs telles que le respect, la liberté et l’autonomie.

passez-action-banner

Le thème de l’atelier, qui porte sur le lien entre les femmes et les changements climatiques, n’a pas été choisi au hasard. En effet, celles-ci sont touchées de façon disproportionnée par les effets des changements climatiques. En fait, à l’échelle mondiale, les femmes représentent la majorité des petits exploitants agricoles et dépendent donc fortement des ressources naturelles qui sont menacées par les effets des changements climatiques. En raison des rôles sociaux qui leur sont attribués pour combler les besoins de leurs familles (santé, production de nourriture, approvisionnement en eau et sources d’énergie), elles font face à davantage de contraintes pour avoir accès à une formation ou à des activités productives dans des secteurs moins vulnérables au climat. De plus, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des catastrophes climatiques (sécheresses, tempêtes, inondations, fonte des glaces) affecte davantage les femmes. En effet, le risque de décès lors d’une catastrophe naturelle est 14 fois plus élevé pour les femmes et les enfants,  particulièrement lorsque ces derniers vivent en situation de pauvreté.

HON2016_Dia mujer_CassandreHervieuxGaudreau_8

Bien que les femmes soient victimes des effets des changements climatiques, elles ont un rôle primordial dans la recherche de solutions. L’expérience de SUCO démontre l’impact positif de l’empowerment des femmes. À travers des solutions comme la formation ciblant les jeunes femmes pour l’adoption de pratiques d’agriculture durable, SUCO renforce leur capacité à relever le double défi de s’adapter aux effets du réchauffement de la planète et de développer une plus grande résilience économique et sociale. En amont, le travail de SUCO pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes influence positivement les communautés et permet de mettre en place des conditions favorables pour que les femmes puissent gagner ou augmenter leur revenu (accès à la terre, changements dans les rôles traditionnels déterminés par le genre), participer à des formations et aux processus décisionnels.

Ce travail ne peut pas se faire sans la précieuse contribution des volontaires du Canada et des membres de la population qui appuient nos efforts. Leur apport est primordial pour mobiliser les femmes en tant qu’actrices de leur développement et agentes de changement, améliorant ainsi les possibilités de trouver des solutions économiques ou environnementales dans des pays vulnérables aux aléas du climat.

Le théâtre forum a été une belle occasion d’approfondir des connaissances, de susciter un plus grand sentiment de solidarité et de rappeler l’importance de passer à l’action!

Par Nadia Ponce-Morales, chargée de programmes  chez SUCO

Campo Yanama2


Entrepren’Elle, un espace de partage pour les femmes entrepreneures

 

Il est 10 heures du matin et j’ai la sensation qu’il est 17 heures. C’est à moitié réveillée de mon escapade matinale Jacmel/Port-au-Prince, encore étourdie des virages interminables de la montagne « mòn karaté », que j’ai le plaisir de rencontrer ma nouvelle collègue. C’est avec ma mine de dormeuse que je salue brièvement notre passagère, Luckny Guerrier, nouvelle volontaire pour SUCO en Haïti comme conseillère en entrepreneuriat à St-Marc, dans le département de l’Artibonite.

Rencontre avec Luckny, une héroïne optimiste 

Avant de connaître notre prochaine destination, je m’empresse de prier la cheffe de projet de la mission exploratoire Entrepren’Elle de m’accorder un « 5-10 minutes pas plus » pour un entretien. Notre volontaire n’en est pas à sa première visite dans son pays d’origine. Cela fait maintenant plus de 2 ans qu’elle vient régulièrement en Haïti.

Petit détour chez notre représentante pour une brève entrevue « Ca va être long ? Non, non, mais il vaut mieux être confortable ! » Assise autour de la table à l’ombre de la chaleur du début d’après-midi, je me plonge dans ma mission exploratoire : connaître Luckny. Réveillée par l’appréhension de faire la connaissance de la cheffe de projet, je me retrouve face à une jeune femme réservée qui est dévouée au développement économique d’Haïti. Diplômée en marketing, elle travaille tout d’abord dans un centre local de développement à Montréal. C’est pour assouvir sa quête d’identité et d’opportunité que Luckny participe au forum jeunesse ÉLAN Haïti.

Durant sa semaine au Cap-Haïtien, Luckny crée des liens avec des jeunes Haïtiens « natifs natals ». Ces jeunes ont fait des études et ont des aspirations et des idées, mais surtout des compétences pour développer leur pays. En eux, elle découvre une richesse inconnue des jeunes entrepreneurs de la diaspora haïtienne montréalaise. La jeune entrepreneure perçoit les possibilités de réseautage et de développement dans la perle des Antilles. Sa participation au forum lui vaut d’être nommée jeune déléguée du gouvernement jeunesse d’Haïti. C’est alors que Luckny se donne comme mission de reconstruire les ponts entre la diaspora haïtienne de Montréal et Haïti. Les ponts détruits par l’instabilité politique, la pauvreté et la peur. « Je voulais briser la barrière du danger »

13147657_494885360719669_8257248195978740424_o

 

Entrepren’Elle, un pont entre les entrepreneures de la diaspora montréalaise et d’Haïti

C’est ainsi que naît la mission exploratoire Entrepren’Elle 2015. L’objectif est de valoriser les initiatives de femmes entrepreneures issues de la diaspora montréalaise et de femmes haïtiennes natives natales. « Je voulais créer un espace de partage international ». Bien que Luckny ait été seule pour tout orchestrer, la première édition fut une belle réussite qui a inspiré les participantes à revenir séjourner dans le pays. Avant d’accepter de participer au projet de Luckny, les participantes de la délégation 2015 avaient exprimé leurs inquiétudes devant le fait de s’aventurer en Haïti. Suite à ce séjour enrichissant, elles ont décidé de se lier au projet et de renouveler l’expérience. C’est ensemble qu’elles ont organisé la mission Entrepren’Elle 2016. L’équipe est donc de retour avec une nouvelle délégation et a créé des partenariats importants notamment avec l’Ambassade du Canada en Haïti, le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger (MHVE) et, bien sûr, SUCO.

Mission 2017 : faire l’inverse et inviter une délégation haïtienne à Montréal ou ailleurs. En attendant, notre héroïne optimiste ne rêve pas de changer le monde. Elle aspire à créer des opportunités de partage et à encourager les jeunes à oser aller hors de leur zone de confort, à oser l’international !

 

 

 

 


Adaptation ou mitigation

 

Un débat entourant la lutte aux changements climatiques

Adaptation ou mitigation, voilà la question. C’est l’un des débats en cours en ce qui a trait aux changements climatiques. Où devrait se concentrer l’aide au développement international? Aider les gens à s’adapter aux effets des changements climatiques, ou aider l’humanité à mitiger le changement climatique, minimisant ainsi ses effets? La réponse peut paraître évidente : c’est la mitigation qui importe à long terme. À l’échelle globale je suis d’accord. Mais cette logique ne doit pas s’appliquer de façon unilatérale. En effet, lors de la conception de notre politique en matière d’aide au développement, nous courons le risque de commettre une erreur si nous mettons seulement l’accent, ou trop l’accent, sur la mitigation.

Il y a trois semaines, la ministre Marie-Claude Bibeau lançait un processus de consultation au sujet des enjeux de développement global. Elle veut comprendre quelles devraient être, selon les Canadiens et Canadiennes, les priorités en matière d’aide au développement. Son annonce arrivait une semaine après une série de rencontres « pré-consultation » auprès des leaders de la société civile. Lors d’une de ces rencontres, il fut mentionné que le gouvernement canadien entendait consacrer 25% de son budget alloué à la lutte contre les changements climatiques, à des mesures d’adaptation, et 75% à des mesures de mitigation. Cette nouvelle proportion fut perçue comme un progrès si on se réfère aux discussions antérieures; pourtant elle s’avère toujours insuffisante.

Responsabiliser les pays qui génèrent le plus haut taux de gaz à effet de serre

Appliquer aux pays en développement la logique en faveur de la mitigation serait injuste et inapproprié. D’abord, pour mitiger les changements climatiques, il s’agit de réduire ou de contrer les émissions de gaz à effet de serre. Mais si l’on regarde d’où proviennent ces émissions maintenant, on remarque qu’elles proviennent surtout des pays dits développés, mais aussi de la Chine et de l’Inde et d’autres pays fortement industrialisés. Ne serait-ce que par leur population, la Chine et l’Inde se trouvent dans bon nombre de palmarès. L’Inde compte le plus grand nombre de personnes pauvres et arrive en quatrième position en terme de plus grand nombre de milliardaires. La Chine se range bon deuxième dans les deux cas (Banque mondiale, Forbes, Our World In Data). Est-ce que par cela j’insinue que la mitigation n’a pas sa place dans les pays en développement? Pas du tout. Je veux simplement dire qu’il est plus logique, et plus équitable, de responsabiliser les 20 pays qui génèrent 80% des émissions des gaz à effet de serre, et d’autres pays dont les taux sont élevés, que de responsabiliser, par exemple, les pays africains qui n’en génèrent que 2,3%.

Lutter contre la pauvreté : comment ces mesures d’adaptation contribueront à la mitigation à long terme ?

La réponse-type au débat sur la question “adapter ou mitiger” est que les pays en développement luttent maintenant, pas plus tard, contre les effets des changements climatiques : les sols s’érodent, l’approvisionnement en eau est moins prévisible, les phénomènes météorologiques le sont tout autant, provoquant tantôt sécheresses tantôt inondations. Ces enjeux affectent les vies maintenant, et dans les conditions actuelles, étant donné les pratiques courantes dans les domaines productifs comme l’agriculture, les gagne-pains de centaines de millions de personnes ne sont pas durables. En fait, ces vérités touchent autant les pays riches que les pays pauvres. Ce qui manque au débat, outre le fait que le mandat de l’aide au développement est la réduction de la pauvreté, qui est rattachée aux mesures d’adaptation, ce qui manque est une compréhension du comment ces mesures d’adaptation contribueront à la mitigation à long terme. L’illustration la plus exemplaire est la déforestation. Nous connaissons bien le rôle des arbres pour contrer la prévalence des gaz à effet de serre. La simple logique « Planter les arbres, c’est bon. Couper les arbres, c’est mal. » – sauf lorsqu’il s’agit d’une gestion durable des fermes – tient bien (il vaut mieux planter et couper que de ne jamais planter). Avec cet exemple, il est facile de comprendre pourquoi une famille en Haïti ou au Sénégal, qui n’a d’autre choix pour cuisiner que d’utiliser du bois ou du charbon, coupera bien un arbre, et brûlera bien du bois ou du charbon si elle doit cuisiner. Si des alternatives moins dommageables (gaz naturel, électricité non-carbonique, des fours améliorés) étaient accessibles et abordables sur le plan financier, de telles pratiques cèderaient leur place à des pratiques moins néfastes. Ainsi, une mesure économique, aidant les gens à s’adapter à leur condition et à bien gagner leur vie, les aiderait à mitiger les changements climatiques. Ce phénomène a été démontré au Costa Rica, où 50% de la terre est couverte de forêts, comparé à 20% il y a 30 ans. Ces résultats ont été atteints largement par le biais d’un programme de création d’emploi (Banque mondiale).

Favoriser le développement local

Une autre façon de comprendre cette dynamique est de mettre l’accent sur le développement local. En faisant la promotion de la dynamisation économique sur le plan local et régional, nous aidons les communautés à tirer profit davantage de la production alimentaire locale, réduisant ainsi leur dépendance sur des sources alimentaires externes nécessitant des transports qui émettent des gaz à effet de serre. Nous proposerions aussi aux jeunes hommes et jeunes femmes des options économiques qui leur permettraient de résister à l’appel des grandes villes qui, dans de nombreux pays en développement, ne jouissent pas encore d’une efficacité énergétique enviable. Encore une fois, l’adaptation mènera à la mitigation.

Cette question démographique est un autre enjeu qui doit être abordé, et cela renvoie au déficit de l’attention portée aux modèles scientifiques offrant des projections des effets des changements climatiques. Les modèles existent, mais les politiques et les programmes n’en tiennent pas encore assez compte. Mais ça, ça fera l’objet d’un autre billet.

 

Comment participer aux consultations publiques ?
Vous pouvez participer à la consultation via le site web d’Affaires mondiales Canada (AMC) en remplissant le formulaire de consultation et en vous informant  sur les principaux défis auxquels se heurte l’aide internationale.
.