Projet QSF au Pérou : L’art comme outil pour promouvoir les droits des femmes et des filles

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans frontières (QSF) par les participant·e·s de la cohorte 2018-2019 avec Centro Ideas au Pérou: Camille Cardenas Benoit, Rosalie Marquis-Angulo, Gabrielle Morin, Loulie Dionne, Max-Alexandre Trahan et Frédérique Forest. Le groupe est accompagné par Janis Laveix.


Pour une durée de 70 jours, notre groupe QSF travaille à Ocoto Alto afin de mettre en place une méthodologie axée sur l’autoestime, le leadership et la participation citoyenne pour les classes de tutorat des élèves du secondaire. Cette méthodologie, qui sera distribuée aux différentes autorités et institutions scolaires de la région de Piura, est un outil supplémentaire qui appuiera Centro IDEAS, l’organisme partenaire, dans ses démarches préventives aux grossesses adolescentes.

 

Participant·e·s de la cohorte QSF 2018-2019 avec Centro Ideas au Pérou
 

Centro IDEAS travaille dans plusieurs communautés où il aborde, entre autres, l’importance de la participation des femmes à la vie politique et communautaire, les problématiques de santé et nutrition, la santé reproductive, la violence contre les femmes, la promotion des droits économiques et sociaux des femmes et la sensibilisation des hommes aux dynamiques machistes et patriarcales.

Au cours de ce stage, nous avons côtoyé quotidiennement des acteur·trice·s essentiel·le·s d’Ocoto Alto, tant au niveau social que scolaire. Leur implication assure la pérennité d’activités et traditions qui alimentent une vie communautaire active.

Maria Eugenia Mendoza Reymundo

Le jour de notre arrivée à Ocoto Alto, Maria Eugenia Mendoza Reymundo, alias Keña, avait organisé un souper de bienvenue. Avec nos familles d’accueil, elle nous a reçu·e·s avec un gâteau décoré du drapeau canadien. Keña est la facilitatrice de notre projet, notre contact avec la communauté. C’était vraiment la personne idéale pour ce rôle puisqu’elle connait tout sur tout le monde. Elle est très impliquée à Ocoto Alto et participe à tous les projets en cours, comme en témoignent les nombreux certificats qu’elle possède et qu’elle nous a fièrement montrés un soir, en dégustant des sucreries d’alga robina. Keña a été retirée de l’école à un très jeune âge pour aider sa famille dans les champs, puis s’est mariée à l’âge de 15 ans. N’étant pas satisfaite de sa vie de femme au foyer, elle a décidé de participer à des programmes de Plan international, une organisation de développement international. Ce sont toutes ces expériences qui ont forgé son caractère à la fois revendicateur et empathique. Elle a réussi à convaincre son mari d’assister avec elle au programme. Avec le temps, il en a appris davantage sur les relations femmes-hommes et entretient une relation d’égal à égale avec elle. Aujourd’hui, Keña est une collaboratrice de l’institution privée de responsabilité sociale nommée PAN-SOY, un programme d’appui nutritionnel s’appuyant sur le soya. Elle est également la « Mamie Gâteau » du village et possède son service de traiteur sur commande. Elle raconte qu’elle cuisine ses gâteaux, le soir, avec son mari et son fils. C’est elle qui a pris l’initiative de faire venir notre projet QSF à Ocoto Alto. C’est également elle qui va poursuivre notre travail après notre départ, auprès des adolescentes et des femmes de la communauté.

 

Maria Eugenia Mendoza Reymundo, facilitatrice du projet QSF

 

Blanca Luz Maza Pulache

Alors qu’on planifiait une activité de tutorat, Señora Blanca Luz Maza Pulache s’est assise avec nous pour dîner. Nous l’avions vu plusieurs fois dans nos classes, mais nous n’avions pas encore eu l’occasion de converser avec elle. C’est ce midi-là que Blanca nous a raconté les multiples facettes de sa vocation. En plus d’enseigner depuis 10 ans à l’institution éducative du Divino Niño Jesus, elle contribue à fournir une éducation basique alternative aux femmes âgées de 15 à 75 ans, via le Programa de continuidad educativa. Du lundi au samedi, après les cours à Ocoto Alto, elle se rend dans les caserios voisins afin d’aider les enseignantes avec leur méthodologie. Par exemple, les femmes apprennent à compter à travers des activités de joaillerie : tout en créant des bracelets, elles stimulent leur esprit mathématique en créant des suites logiques ou en estimant le nombre de pierres nécessaires à la confection. Ce programme donne l’opportunité aux femmes d’entamer ou de poursuivre des études de niveau primaire. Plusieurs d’entre elles ont quitté les institutions scolaires à un très jeune âge, pour cause de mariage, de grossesse précoce ou pour aider leur famille en travaillant dans les champs. Ce qui émeut Blanca, c’est de voir ces femmes se remettre aux études et retrouver le goût d’apprendre, tant pour elles que pour aider leurs enfants dans leur instruction.

 

Blanca Luz Maza Pulache, enseignante offrant aussi une éducation basique alternative aux femmes
 

Une murale sur le thème de l’égalité femme-homme

À chaque semaine, nous en apprenons un peu plus sur les étudiant·e·s de l’institution éducative qu’est le Divino Niño Jesus, entre autres au travers des classes de tutorat auxquelles nous participons. Pour conclure notre stage, nous avons comme mandat de réaliser une murale sur le thème de l’égalité femme-homme en collaboration avec les étudiant·e·s du secondaire. Avec la recommandation du professeur d’arts, lui-même très impliqué dans les activités parascolaires des adolescent·e·s, nous avons formé notre comité. Celui-ci se compose surtout d’un noyau de quatre étudiant·e·s qui, durant trois semaines, réaliseront avec nous plusieurs activités artistiques et engagées, afin d’éveiller leur créativité et leur esprit critique.

Mayuri

Maryuri est en 4e secondaire. Bien qu’elle puisse paraitre gênée à sa quiceañera ou dans les classes de tutorat, elle est la leader positive du groupe. Lors des séances de création, elle est très entreprenante et dégage une bonne énergie.

Lennert

Lennert est un élève de 3e secondaire. En dehors des cours, il est membre de la banda de musica. Sa participation en tant que musicien de bombo fait de lui un élève très impliqué au sein de sa communauté. Avec les autres membres du groupe de musique, ils mettent l’ambiance lors de toutes les fêtes et cérémonies : Dia de la bandera, Fête des pères, fête du Divino Nino Jesus, fête du Pérou.

Jhoncer

Jhoncer, aussi en 3e secondaire, est également membre de la banda. Le joueur de tambour est une force tranquille. Il est très réfléchi, posé et, comme Lennert, il s’applique lors des projets artistiques. Il aime partager sa vision des choses et sa réalité lors des discussions de groupe.

Ivan

Finalement, Ivan complète le trio d’élèves de secondaire 3. Le trompetista est rieur et a l’imagination fertile. Il est toujours le premier à entamer les projets de création proposés et à les réaliser. Il se laisse rarement influencer par les autres et va de l’avant avec ses idées.

 

Le comité du projet de murale
 

C’est avec ces élèves inspirant·e·s et allumé·e·s que nous aurons la chance de réaliser la murale de l’école portant sur notre projet. Ils et elles pourront mettre à l’épreuve leurs capacités artistiques et leur perception des enjeux auxquels fait face leur communauté.


Projet QSF au Sénégal : L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans Frontières (QSF) par les participants de la cohorte 2018-2019 au Sénégal : Karine Brière, Vanessa Damiani, Félix Garneau, Helga Ordonez Leon, Marie Jeanne Sidibé et Sandrine Terrault. Le groupe est accompagné par Josiane Yimbou.

 

Dans le cadre du projet QSF « L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques » au Sénégal, cet été 2019, dans la ville de Thiès au Sénégal, nous avons comme mandat d’accompagner Le Centre d’Écoute et d’Encadrement pour le Développement Durable (CEEDD) pour l’installation d’un système aquaponique expérimental et aussi de participer à la diffusion de savoirs en lien avec l’agroécologie et l’aquaponie, aux femmes relais du CEEDD. L’objectif étant de renforcer leurs capacités dans le but de faciliter leur adaptation et leur résilience aux changements climatiques dans leur communauté.

Rencontre entre les femmes relais du CEEDD et les participant·e·s QSF (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les changements climatiques et la désertification

Dans le contexte actuel auquel nous faisons face mondialement, le besoin d’appliquer des méthodes agronomes plus économes en eau se fait sentir au Sénégal, et ce, en réaction à de multiples facteurs. La saison des pluies se fait de plus en plus courte : ses pluies sont plus intensifiées, mais réduites en durée : ainsi, les différents végétaux sont beaucoup moins irrigués. L’arrivée de cette saison se faisant plus tardive, les mois d’avril à juillet deviennent de plus en plus rudes d’années en années pour l’agriculture dans la région de Thiès. De plus, les températures très élevées de la région affectent l’irrigation des plantes, puisque l’évaporation des sols diminue la capacité d’absorption des terres. L’eau est alors moins retenue dans les sols et les racines des plantes sont moins bien hydratées. Or, ce phénomène se répète, ce qui amplifie et répand la désertification dans le pays, qui se situe déjà dans la zone désertique du continent africain.

C’est pourquoi les ateliers dans le cadre de ce projet visent à informer notamment sur des méthodes qui rentabilisent l’utilisation de l’eau pour combler les besoins d’irrigation. En partageant des connaissances et en renforçant les notions en agriculture des femmes de la communauté de Thiès, elles deviendront mieux outillées pour répondre à leurs besoins agricoles en tenant compte de cette réalité.

L’autonomisation des femmes : un enjeu plus pressant que jamais

Dans cette communauté, comme dans la plupart des zones rurales des pays en voie de développement, nous avons pu observer qu’en plus de l’approvisionnement en alimentation (achat alimentaire, culture maraîchère, cuisiner, élevage d’animaux, etc.) et en eau (s’assurer de combler les besoins en eau au quotidien pour la famille), les femmes s’occupent de l’entretien de la maison, de l’éducation des enfants, de l’organisation familiale, etc.

Avec les changements climatiques, au cours desquels la souveraineté alimentaire ainsi que la gestion de l’eau se complexifient continuellement, l’autonomisation des femmes devient un enjeu plus pressant que jamais.

Ces inégalités persistantes, en termes de répartition des tâches, mettent les femmes dans une position de vulnérabilité, car elles assument toutes ces charges sans pour autant être incluses dans le cadre décisionnel de la maison comme de la société. Pourtant, ce sont elles qui possèdent les savoirs sur le terrain en ce qui a trait aux répercussions des changements climatiques et qui bénéficieraient de méthodes alternatives pour palier à ces changements.

Partage de connaissances entre les participant·e·s QSF et les femmes relais du CEEDD (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les femmes : premières victimes des changements climatiques

Dans une autre optique, il est intéressant de souligner que les projets touchant le développement durable dans les pays en voie de développement sont majoritairement entrepris par les femmes, or le financement de tels programmes manque cruellement. Selon Alexandre Shield (Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques, 2017), « le financement de projets traitant à la fois des femmes et des changements climatiques ne représente que 0,01 % des financements mondiaux ». Il est ironique de constater que malgré l’amplification de ces bouleversements environnementaux, le support financier accompagnant ces programmes menés par les femmes n’est pas bonifié. Cependant, toute la société bénéficierait de ce type de subvention.

Dans la continuité de cette réflexion, quelques mesures peuvent être prises pour soutenir l’autonomisation des femmes dans un contexte de développement durable. D’abord, inclure les femmes dans les processus décisionnels; ensuite, supporter davantage économiquement leurs initiatives; enfin, rééquilibrer la répartition des tâches domestiques.

Référence

Alexandre Shield. 2017. « Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques ». Le Devoir. En ligne : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/515222/les-femmes-premieres-victimes-des-bouleversements-climatiques (page consultée le 7 juillet 2019).


À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229

 


C’est l’été, c’est le moment pour nos groupes Québec sans frontières de s’impliquer pour un monde plus durable, égalitaire et solidaire

 

 

C’est lors de la première semaine de juin que les 3 groupes Québec sans frontières (QSF) de cette année se sont envolés vers leurs destinations respectives au Pérou et au Sénégal. Cette année, ce sont 20 jeunes âgé·e·s entre 18 et 35 ans qui se sont engagé·e·s pour l’été en tant qu’actrices et acteurs de changement.

Les projets 2019 : Droits des femmes, mise en valeur de produits locaux, et aquaponie et agroécologie

Les 3 projets toucheront les 3 grands axes d’intervention de SUCO, soit les droits et participation des femmes en appuyant des femmes et filles du Pérou afin au niveau de la prise de parole et du leadership grâce à un projet artistique, les systèmes alimentaires viables grâce à un projet de mise en valeur de produit locaux par la vidéo au Pérou,  ainsi que l’adaptation aux changements climatiques grâce à un projet d’agriculture urbaine au Sénégal.

Pérou : valoriser avec l’art les droits des femmes et filles dans des milieux traditionnellement patriarcaux

Un premier groupe travaille avec Centro Ideas Peru à Ocoto Alto pour promouvoir le droit des femmes et des filles par l’art. Centro Ideas travaille dans plusieurs communautés où il aborde, entre autres, l’importance de la participation des femmes à la vie politique et communautaire, les problématiques de santé et nutrition, la santé reproductive, la violence contre les femmes, la promotion des droits économiques et sociaux des femmes et la sensibilisation des hommes aux dynamiques machistes et patriarcales. Le groupe appuie Centro Ideas en organisant et animant des ateliers dans les institutions scolaires à Ocoto Alto sur des thèmes tels que l’estime de soi, le leadership et la citoyenneté active avec comme objectif d’exprimer la compréhension des jeunes sur les droits et la participation des femmes et des filles à travers l’art. De plus, le groupe accompagnera les jeunes dans la réalisation de leur projet artistique.

Sénégal : vers une autonomie alimentaire viable grâce à l’agriculture urbaine

Un deuxième groupe travaille avec le Centre d’Ecoute et d’Encadrement pour le Développement Durable (CEEDD) à Thiès, au Sénégal, sur un projet en aquaponie et en agroécologie. Le CEEDD regroupe un grand réseau de femmes de la région de Thiès autour d’activités complémentaires telles que l’agriculture, l’artisanat et l’éducation. L’objectif de la promotion de l’agriculture en milieu urbain est à la fois de permettre aux familles d’avoir accès à des produits issus de l’agriculture saine et durable et également d’avoir une activité génératrice de revenu en vendant les surplus. Le groupe travaille à l’accompagnement de l’installation d’une système aquaponique avec l’appui de l’Agence Nationale de l’Aquaculture du Sénégal et à l’organisation et l’animation d’ateliers sur l’agroécologie, l’impact des changements climatiques et la protection de l’environnement.

Pérou : promouvoir les bienfaits de la consommation de produits locaux avec la vidéo et la formation

Un troisième groupe travaille avec IDMA – Instituto de Desarrollo y Medio Ambiente à Pacaran, au Pérou, pour promouvoir les produits locaux par la vidéo. Les initiatives d’IDMA sont basées sur cinq axes de développement : agriculture durable et sécurité alimentaire, éducation environnementale, la citoyenneté et gouvernabilité, les marchés agroécologiques, et le changement climatique et la gestion des risques. Le groupe appuie IDMA en réalisant des capsules vidéos promotionnelles sur les producteurs et productrices de la région de Pacaran, leur travail au marché écologique de Lunahuana et la promotion des produits locaux. De plus, le groupe organise des ateliers dans les écoles de Pacaran et de Lunahuana sur l’environnement, les bienfaits de la consommation des produits locaux et la saine alimentation.

 

À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229

 

 


Notre directrice générale de retour de mission du Sénégal

 

Le mois dernier, Geneviève Giasson, directrice générale de SUCO, est allée rencontrer nos principaux partenaires et explorer les opportunités de développement au Sénégal.

SUCO et le Sénégal : des liens solides

Avec 15,4 millions d’habitants, le Sénégal est l’un des pôles économiques les plus importants d’Afrique de l’Ouest. Présent depuis 2012 dans ce pays sahélien situé dans la partie la plus occidentale de l’Afrique, SUCO a tissé des liens solides au fil des années et des projets. Qu’il s’agisse de besoins en agriculture, égalité femmes-hommes, efficacité énergétique, changements climatiques, etc., SUCO a épaulé ses partenaires locaux par l’envoi de 71 stagiaires et volontaires. Actuellement, six stagiaires et volontaires sont en poste au Sénégal et 13 autres seront recrutés entre juin et août 2019.

Compte rendu de mission

Geneviève Giasson lors d’une réunion de travail avec des membres du GRAIM

Accompagnée du représentant de SUCO au Sénégal, Geneviève s’est entretue avec l’équipe du Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Mutualistes (GRAIM), au sujet de l’avancée de « Dund ak keew bi »,. En partenariat avec Réseau Environnement, ce projet de gouvernance locale vise à renforcer les capacités d’adaptation et de résilience aux changements climatiques de six communes du Plateau de Thiès.

Elle a également été accueillie par des membres de l’Association des Apiculteurs du Sénégal. Cette organisation formée de membres bénévoles intervient dans l’élevage des abeilles, la production et la transformation du miel, dans le respect de l’environnement.

Soutenir les femmes est au cœur de la mission de SUCO. C’est la raison pour laquelle Geneviève a rencontré des associations de femmes qui œuvrent en pisciculture et aquaculture ainsi qu’en transformation et commercialisation de produits issus de l’agriculture urbaine.

Lors de son passage à Dakar, Geneviève a pu expliquer l’approche de SUCO à l’occasion des rencontres avec des représentants d’autres organismes de coopération, de l’Ambassade du Canada et de la Délégation du Québec. Elle a aussi participé à une journée de réseautage organisée par l’Ambassade du Canada.

Un avant-goût culturel

De retour au Québec avec de nouvelles idées plein la tête, Geneviève a ramené dans ses bagages quelques objets qui serviront à l’encan de l’événement philanthropique phare de SUCO « Au goût du monde ». Le Sénégal sera ainsi à l’honneur le 24 octobre 2019. Notez-le à vos agendas !


Souvenirs du terrain

 

Notre cohorte 2018 de stagiaires du Programmes de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) est de retour depuis plus de trois mois maintenant, mais continue de nous écrire des souvenirs du terrain. Ce mois-ci, Zoé nous partage son engouement pour les foires d’aliments agroécologiques qu’elle visitait quand elle habitait Lima au Pérou. Christine, quant à elle, se rappelle le premier atelier de formation sur la commercialisation qu’elle a donné, et comment elle a constaté son impact par la suite. Depuis février, 13 nouveaux et nouvelles stagiaires ont atterris au Honduras, au Pérou, au Sénégal et au Burkina Faso. Suivez leurs aventures à stages.suco.org

 

Crédit photo : Christine Latendresse


Ajoute une expérience internationale hors du commun à ton CV !  

 

SUCO cherche 25 stagiaires internationaux pour des départs en août 2019

Date limite pour postuler :  19 mai 2019

 

Qu’ont en commun Dahlia et Caroline sur cette photo? Un intérêt marqué pour les enjeux d’égalité femmes-hommes et de souveraineté alimentaire; jumelé au cran de réaliser un mandat de six mois au sein de la communauté de Santa Eulalia au Pérou! De juin à décembre 2018, elles ont participé au Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) de SUCO et ont acquis de nouvelles compétences professionnelles en les mettant à profit pour appuyer un projet de formation agricole.

« Le principal avantage et apprentissage que j’ai retiré d’une expérience comme celle-ci, c’est sans nul doute la compréhension des enjeux liés à l’environnement et l’agriculture. J’ai tellement appris sur les principes d’agroécologie et surtout sur l’impact des changements climatiques en Amérique latine que je me suis jurée de chercher un emploi ayant un impact sur cela au retour au Canada ! » – Caroline Wegner Tolio, ancienne stagiaire en commercialisation de produit agricole et maintenant chargée de projet en sécurité alimentaire

Fais comme Dahlia et Caroline, postule à suco.org/emploi et vois où l’aventure PSIJ te mène !


Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs, prise 2 !

 

Des jeunes adultes de Montréal-Nord s’intéressent au gaspillage alimentaire

La deuxième cohorte du projet DAIA, Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs, vient tout juste de terminer la réalisation d’un court métrage documentaire intitulé Sillages alimentaires. Cette année, ce sont des jeunes adultes de Montréal-Nord qui ont participé au projet et se sont intéressé à l’enjeu du gaspillage alimentaire. Après des ateliers de formation et de sensibilisation, le groupe a visité différentes initiatives positives en alimentation durable. Le groupe était accompagné par Funambules Médias et par la documentariste d’intervention sociale, Stéphanie Lessard-Bérubé ; ils et elles ont ainsi acquis des connaissances en scénarisation, en jeu, en manipulation de caméra et en son.

L’année dernière, le premier court-métrage produit dans le cadre de DAIA, Sortir du désert, a été présenté à l’occasion d’une vingtaine de soirées de projections organisées en collaboration avec des organismes communautaires/environnementaux et dans le cadre de Cinéma sous les étoiles. On y suivait des jeunes adultes du Sud-Ouest de Montréal qui s’interrogaient sur l’accessibilité à des aliments frais et sains dans leur quartier et qui exploraient différentes solutions citoyennes.

Une soirée de lancement aura lieu dans le quartier de Montréal-Nord durant le mois de juin et le film sera aussi présenté à trois reprises lors de la dixième édition de Cinéma sous les étoiles cet été.

Ce projet est une production de SUCO et L’OEUVRE LÉGER, réalisé en partenariat avec Funambules Médias et les Fourchettes de l’espoir.

Informations :

Yasmina Britel
Agente de programme à la Mobilisation du public, SUCO et coordonnatrice Ciné Vert
514 272-3019, poste 234
yasminabritel@suco.org


Une volontaire de fer pour la terre nourricière

 

Isabelle Tracy Laudé n’en est pas à ses premiers pas en matière d’accompagnement et de soutien communautaire. Cette bachelière en animation et recherches culturelles, avec spécialisation en relations interethniques et développement des communautés, poursuit son troisième mandat de volontaire avec SUCO.

Riche de son expérience en collaboration multipartenaires, tant sur la scène nationale qu’internationale, Isabelle Tracy Laudé a acquis, au fil des cinq dernières années, une approche de communication participative et inclusive. Il faut dire que la mobilisation et la participation citoyenne ne sont pas des champs d’intervention nouveaux pour cette jeune femme dynamique qui, de 2012 à 2015, a participé au Programme canadien de revitalisation urbaine et intégrée.

En 2015, à titre de conseillère en animation avec SUCO Haïti, elle a notamment accompagné et formé une vingtaine de femmes en leadership et mobilisation communautaire dans le cadre d’un projet de relance agricole et d’amélioration de la nutrition (PRAN), financé par l’Union européenne et le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) du Québec.

 

« Établie à Jacmel (sud-est), dans la commune de Marigot, mon travail consistait à améliorer les interventions du projet en matière de campagne de sensibilisation autour de projets collectifs de nature sociale et économique », précise Isabelle avec beaucoup de fierté dans la voix et le sentiment du devoir accompli.

Œuvrant auprès d’associations paysannes, de groupes de mères et de femmes leaders, elle avoue avoir développé une écoute proactive basée sur l’identification des besoins de la population.

Ces atouts lui sont fort utiles dans son mandat actuel, toujours avec SUCO Haïti.

Suivez le Guide

Isabelle a ainsi participé à la conception et à la diffusion d’un guide méthodologique (Manyèl Akonpayman) devant faciliter l’utilisation du Guide alimentaire haïtien (Gid Alimentè) élaboré par SUCO, en partenariat avec Cercles Divers (CED), une organisation non gouvernementale haïtienne établie à Jacmel.

Isabelle fait aussi la promotion du Djakout Peyizan, un outil créé par SUCO en collaboration avec de multiples partenaires, dont le MARNDR (ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural), pour renforcer les capacités des familles paysannes, des agronomes et des ONG en techniques de gestion et de valorisation d’une exploitation agricole.

« Il s’agit de promouvoir l’autosuffisance alimentaire. Je participe également à la réalisation d’ateliers de formation et de réflexion avec l’équipe terrain et les partenaires afin de former des personnes vulgarisatrices en saine alimentation, allaitement et hygiène de base, le tout articulé autour du contenu du Gid Alimantè et de son Manyèl Akonpayman », résume Isabelle.

Agente de milieu douée et sensible aux différences culturelles, animatrice citoyenne reconnue pour son efficacité et sa forte personnalité, Isabelle Tracy Laudé contribue, à sa manière, à faire la promotion de l’approche de développement local de l’organisation ainsi qu’à affirmer et à consolider la présence de SUCO en Haïti.


Chaque volontaire a une histoire à raconter !

 

Depuis 2015, près de 2500 volontaires ont participé aux programmes de coopération volontaire financé par Affaires mondiales Canada pour créer un changement dans des pays du Sud et au sein de leurs communautés au Canada. Le 18 janvier dernier, 60 volontaires se sont réunis à Ottawa pour raconter leurs histoires dans le cadre d’une expérience de bibliothèque humaine. Découvrez les histoires de Sophie, Éléonore et Catherine, volontaires de SUCO au Sénégal et Nicaragua !

« Si tu vois une chèvre dans le repaire d’un lion, aie peur d’elle »
Par Sophie Bourdon

Ce proverbe sénégalais, Sophie Bourdon l’a entendu à plusieurs reprises. En s’engageant comme représentante de SUCO au Sénégal, après plusieurs mandats de volontariat, elle savait à quoi s’attendre … ou presque!

Peut-on occuper un poste de responsabilité de la même manière qu’un homme, lorsqu’on est une jeune femme blanche, en Afrique de l’Ouest? Comment exercer un leadership inclusif lorsque l’on évolue dans un environnement où nos pairs sont majoritairement des hommes? Y a-t-il de la place pour repenser l’égalité par l’accompagnement des volontaires canadiens et canadiennes? Est-ce qu’il suffit d’avoir des cibles sexospécifiques pour documenter nos actions auprès des femmes et des filles? Autant de questions que ce livre prend un malin plaisir à soulever et à nuancer.

Sophie Bourdon signe ici, avec humour et humilité, le récit surprenant des défis de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des réseaux de coopération internationale, de Montréal à Dakar. Une histoire évocatrice qui bouscule nos certitudes et nous laisse sur cette sempiternelle vérité : le vrai changement ne se fait pas tout seul!

Entre cîmes et racines, une histoire de développement organisationnel
Par Éléonore Durocher-Bergeron 

Inclure. Être incluse.
Explorer leur histoire d’abord.
Un mois, un petit mois pour comprendre.
Comprendre l’histoire d’un homme, de son projet organisationnel.

Entre la cîme et les racines du Réseau MUUD.
MUUD, ça signifie « l’union des chances » en langue sérère.
Au coeur de Ndiaganiao, au coeur de 63 Associations Villageoises de Développement, au coeur de 132 familles.
J’ai accompagné Seck Faye et son équipe dans la réalisation d’un diagnostic organisationnel participatif.
Un diagnostic pour mieux se rappeler où étaient ses racines 20 ans après la création du Réseau, sa base solide qui lui permet de faire face aux vents et tempêtes.

Puis créer de l’espace, de l’ouverture.
« Je ne savais pas que j’étais capable ; c’est grâce à toi que je m’en rends compte et que j’ai envie de continuer», m’a lancé Seck, à la sortie d’une animation de groupe qu’il venait de faciliter par lui-même.

Donner confiance.
À un homme. Également à une organisation, qui elle aussi prend de l’assurance à travers les succès qu’elle accumule.

La valeur du volontariat se trouve toute là.
Une bonne relation d’accompagnement et de mentorat va au-delà du sujet même de la conversation. Cette relation est à même de modeler une façon d’interagir et de créer un style de leadership.

Coop et bouffe
Par Catherine Fallon

L’un des défis de la personne volontaire en pays étranger est d’adapter ses pratiques culinaires aux disponibilités du pays. Qu’en est-il lorsqu’en plus d’apprendre à cuisiner ces aliments à la maison, il faut enseigner des pratiques de transformation adaptées aux coutumes, aux ressources disponibles, aux besoins nutritionnels, à la culture?

 Selon le pays d’accueil, les façons de voir l’alimentation et la variété alimentaire ne sont pas les mêmes et peuvent être très différentes du pays d’origine. Certains fruits et légumes sont tout à fait nouveaux, alors que d’autres sont transformés d’une autre façon, les classifications d’aliments sont différentes tout comme les habitudes et traditions liées aux repas.

 Pour les aider à relever ce défi supplémentaire, les personnes volontaires en sécurité alimentaire et nutritionnelle peuvent compter sur une ressource essentielle pour qui la bouffe est plus souvent au centre des préoccupations : les femmes.

Le programme de coopération volontaire de SUCO est financé par le gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada

 


Contrer l’exode rural en formant la relève agricole

 
De juin à août 2017, quatre jeunes Québécoises ont réalisé un stage Québec sans frontières à Huari, au Pérou, avec l’organisme local ALLPA, partenaire de SUCO.


Comme dans plusieurs autres pays du monde, l’exode rural est un phénomène qui affecte le Pérou et en particulier la région où nous effectuons notre stage, qui a lieu plus précisément dans la petite ville de Huari, ainsi que les zones rurales qui l’entourent
.

Notre stage Québec sans frontières sur la promotion des aliments locaux et du travail des personnes agricultrices, réalisé en collaboration avec notre partenaire local Allpa, nous a amené à nous questionner sur les raisons qui poussent les jeunes à abandonner leur terre natale pour tenter leur chance ailleurs.

La dévitalisation des milieux ruraux

À la suite de nombreuses discussions avec des familles agricultrices, ainsi qu’avec des collègues d’Allpa, nous avons tout d’abord constaté que les raisons qui poussent la plupart des gens à migrer vers de plus grandes villes ressemblent énormément à celles invoquées au Québec et au Canada : les zones rurales se dévitalisent plus ou moins rapidement, car les jeunes aspirent à un futur qu’ils peinent à imaginer en campagne. Pour vous donner une idée de la situation, il ne reste qu’une trentaine de famille à Ampas, petite communauté voisine de Huari, alors qu’il y a trente ans, on en comptait trois cents. Les répercussions sont dramatiques puisque ce genre de phénomène implique que, dans des villes comme Huari qui ne possèdent pas leur propre université, les jeunes qui veulent poursuivre leurs études doivent déménager dans une autre ville, comme Huaraz ou Lima. Parmi ceux et celles qui partent pour les grandes villes, une poignée seulement revient dans leur petite ville natale pour y faire leur vie.

Un autre de nos questionnements portait sur les perceptions existantes du métier d’agriculteur. Bien évidemment, elles sont différentes d’une famille à l’autre, mais la différence est d’autant plus manifeste si l’on compare les familles qui vivent dans une zone rurale, comme Ampas, à celles qui vivent dans une zone plus urbanisée, comme Huari. Les familles de Huari avec lesquelles nous avons discuté ne vivent généralement pas de leur propre agriculture, et même si certaines d’entre elles possèdent une terre, il s’agit davantage d’une activité marginale que d’un réel métier. De plus, si quelques personnes considèrent que l’agriculture est un travail difficile, d’autres vont jusqu’à dire que ce n’est pas un « vrai » travail.

Des familles qui valorisent le travail de la terre

Certaines familles nous ont toutefois fait part d’opinions tout à fait différentes. Elles nous ont par exemple parlé de l’entraide et de la solidarité qui existent entre les familles d’agriculteurs et d’agricultrices. En effet, toute la communauté travaille une journée dans les champs de l’une des familles, puis dans ceux d’une autre famille le lendemain, et ainsi de suite. Cela témoigne d’un esprit de communauté très fort. De plus, une famille d’agriculteurs et d’agricultrices qui a vécu plusieurs années à Lima pour ensuite revenir à Ampas nous a confié que la qualité de vie était selon elle beaucoup moins bonne à Lima. Il y a beaucoup de bruit, le coût de vie y est élevé et les déplacements sont rendus difficiles par le trafic constant. Ces conditions ne peuvent être comparées au calme et à la tranquillité qui règnent à Ampas ou à Huari. Selon cette même famille, la délinquance a augmenté de manière importante depuis quelques années à Lima, ce qui en fait un environnement inadéquat pour établir une famille.

Des participants aux modules de formation d’Allpa sur la production maraîchère dans le cadre du projet FORMAGRO.


Former et outiller la relève : le travail de l’organisme Allpa

Un certain nombre de défis caractérisent la vie des agriculteurs et des agricultrices. L’amélioration des conditions de vie en zone rurale se trouve justement le cœur du travail d’Allpa, un organisme qui œuvre dans plusieurs régions rurales du Pérou pour en assurer le développement durable. Allpa offre un soutien aux producteurs et productrices dans le développement de leurs activités maraîchères, d’élevage ou de production laitière, et travaille conjointement avec ceux-ci pour leur permettre de consolider leurs connaissances et techniques. Les familles productrices y voient par conséquent une opportunité d’amélioration. En effet, des changements ont été constatés à la suite de la participation aux formations. Bon nombre d’agriculteurs et d’agricultrices ont modifié leurs méthodes de production maraîchère pour se tourner vers le biologique alors qu’ils utilisaient auparavant des méthodes de production conventionnelle, lesquelles faisaient par exemple appel à des pesticides chimiques dangereux. Allpa travaille aussi à la revalorisation du métier d’agriculteur et d’agricultrice et à la construction d’un meilleur avenir pour les jeunes vivant en zone rurale. En effet, les modules de formation dédiés aux jeunes de 18 à 35 ans permettent à la relève d’être plus motivée et mieux outillée pour travailler la terre. Notre mandat en tant que stagiaires était de collaborer avec Allpa afin de sensibiliser la population à l’utilisation de produits locaux et biologiques.

À la fin de notre stage, nous avons pris conscience de l’étendue de nos apprentissages et nous avons également pu observer qu’une intervention semblable serait extrêmement pertinente chez nous, au Québec.

Claudio Estrada, un facilitateur communautaire d’Allpa, donnant une formation participative sur le contrôle biologique des maladies.


Article rédigé par nos stagiaires QSF : Éliane Voisard, Anika Ste-Marie, Laurence Dupont et Elisabeth Bergeron

Accompagnatrice du groupe  : Anne-Sophie Côté

Informez-vous sur le programme Québec sans frontières du ministères des Relations internationales et de la Francophonie du Québec.