Redonnez au suivant !

 

5 raisons de devenir mentors pour les stagiaires de SUCO

Vous aimeriez contribuer au développement professionnel de la relève mais ne savez pas quelle forme cela pourrait prendre ? Pourquoi ne pas devenir mentor pour une personne qui effectue un stage à l’international ?

Dans le cadre de son Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), financé par Affaires mondiales Canada, SUCO offre un programme de mentorat qui vient bonifier l’accompagnement des stagiaires et maximiser leur développement professionnel durant le stage. L’objectif est de permettre aux personnes stagiaires, âgées entre 19 et 30 ans, de développer leurs compétences grâce à un contact privilégié auprès d’un ou une professionnelle du développement international.

Une activité bénévole valorisante au service de la coopération internationale

« Chez SUCO, nous souhaitons faire vivre une expérience complète à nos stagiaires, tant sur le plan de l’expérience internationale que sur celui du développement personnel et professionnel ! La contribution d’un mentor est d’être à l’écoute, avoir un regard objectif et une vision élargie qui aideront le mentoré à recadrer les problèmes, explorer des manières différentes de penser et d’entreprendre, valider des choix ou décisions. Il s’agit d’un excellent moyen de développement et d’apprentissage de nouvelles compétences et habiletés à acquérir pour poursuivre une carrière dans un domaine privilégié ! C’est en quelque sorte, une façon de redonner au suivant. » Éléonore Durocher-Bergeron, agente de programme, stages internationaux

Une  contribution qui prend peu de temps et qui rapporte

Le mentorat se fait au moment qui vous convient et selon votre disponibilité.  Notre programme requiert d’être disponible, à distance, sur une période de 6 mois à compter de juin 2018 ou de janvier 2019, pour une formation initiale, 4 rencontres d’une heure de mentorat par vidéoconférence, un suivi de mi-étape et un sondage final. En tant que mentor, vous aurez l’occasion de réfléchir à vos objectifs et pratiques personnelles, pourrez développer votre style de leadership personnel et de mentorat, aurez la reconnaissance en tant qu’expert sur un sujet et serez exposé(e) à de nouvelles perspectives, idées et approches.

Favoriser l’intégration au marché du travail après le stage

Votre contribution favorisera aussi l’insertion en emploi des stagiaires, un objectif clé du programme de SUCO. Entre 2015 et 2017, 73 % des personnes stagiaires ayant participé au PSIJ se sont trouvé un emploi dans leur domaine entre deux semaines à 4 mois après leur stage grâce à l’appui en employabilité offert. Aussi, lors du dernier programme, 93 % des stagiaires croiyaient fermement pouvoir se trouver un emploi après le stage, étaient satisfaits de l’amélioration de leurs compétences ainsi que des  connaissances et de la compréhension acquises par rapport aux enjeux de développement international!

Une multitudes de domaines à mentorer

Que vous soyez chargé de projet en coopération, spécialiste en égalité femmes-hommes ou agronome, vous pouvez participer à notre programme. Vous n’êtes pas certain si votre profil professionnel a le potentiel de capter l’intérêt des stagiaires? Laissez-nous la chance d’en discuter avec vous! Nous recherchons des professionnels avec au moins 2 à 3 ans d’expérience dans les domaines suivants (et pas nécessairement en coopération internationale) :

  • Développement économique communautaire
  • Agriculture durable : production maraîchère et animale, gestion des sols et des eaux
  • Développement organisationnel
  • Marketing et commercialisation de produits agricoles
  • Gestion de projet
  • Entrepreneuriat
  • Communication, animation et mobilisation communautaire
  • Nutrition
  • Égalité entre les femmes et les hommes

Bonifiez votre propre CV

De nombreux employeurs considèrent l’implication bénévole comme un critère d’embauche. De plus, cette expérience vous permettra d’acquérir des compétences en accompagnement et fonction conseil, un atout à plusieurs parcours professionnels.

Comment participer ?

Les professionnels qui souhaitent devenir mentor doivent :

  1. Soumettre leur formulaire de candidature par courriel à eleonoredurocher@suco.org avant le 25 mai 2018.
  2. Participer à l’entrevue de sélection auprès de l’agente de programme en juin.
  3. Participer au webinaire de démarrage en juin, puis au jumelage.

Renseignements :
Éléonore Durocher-Bergeron
Agente de programme – stages internationaux
eleonoredurocher@suco.org
(514) 272-3019, p.224


5 raisons de faire un stage à l’international

 

Vous aimeriez vivre une expérience professionnelle hors du commun, mais vous ne savez pas si un stage à l’international est le chemin à suivre?

Les stages internationaux offrent non seulement la chance d’obtenir une première formation en lien avec votre domaine d’études, mais vous permettent aussi de vivre une expérience à l’étranger, dans le milieu de la coopération internationale. Cette expérience peut avoir un grand impact sur un parcours professionnel et personnel. Chose certaine, un stage à l’international est l’occasion de sortir des sentiers battus et de vivre quelque chose d’unique!

Ce type de stage amène bien plus que de simples connaissances techniques. Il permet d’en apprendre beaucoup sur les échanges humains, particulièrement sur soi-même. Pour plusieurs, cette expérience est une étape permettant de découvrir de nouvelles passions, d’enrichir ses connaissances et de renforcer ses compétences, telles que l’autonomie ou même son leadership.

L’exemple parfait pour illustrer ces propos est l’expérience professionnelle des employés et employées qui composent l’équipe de SUCO du siège social à Montréal. Bien que la plupart d’entre nous aient des parcours professionnels complètement différents, plus de la moitié de l’équipe a commencé sa carrière par un stage international. Nous nous accordons tous sur un point : ce volontariat constitue un tournant dans nos vies.

Cinq grandes raisons ressortent des différentes expériences des stagiaires et de l’équipe de SUCO :

Apprendre à changer le monde

« Apprendre à changer le monde, voilà ce qui caractérise une expérience de stage en développement international. Un stage professionnel est un apprentissage en soi, mais imaginez le faire dans un autre pays, dans une autre langue. Imaginez le faire pour contribuer au développement durable dans des communautés d’Afrique ou d’Amérique latine. Les apprentissages qui en ressortent sont multiples et serviront pendant tout le parcours professionnel des stagiaires. » Anne Vincent, chargée de programme, volontariat (ancienne stagiaire Québec sans frontières (QSF)).

 Une première expérience dans le milieu de la coopération internationale

« Si je n’avais pas fait un premier stage en coopération internationale, je ne serais sans doute pas dans le domaine aujourd’hui! C’est cette expérience qui m’a permis d’abord de découvrir les défis stimulants qu’offre le milieu de la coopération internationale, puis de valider mon intérêt pour la gestion de projets. J’ai, par la suite, décidé d’ajouter un certificat en coopération internationale à mon parcours universitaire pour me spécialiser. Ce premier stage m’a aussi permis d’acquérir un plus grand leadership et des compétences essentielles au travail dans le domaine international : travailler dans un contexte interculturel, être capable de lire des enjeux liés à des thèmes transversaux, surtout l’égalité entre les femmes et les hommes et la gouvernance communautaire! » Éléonore Durocher-Bergeron, agente de programme, stages internationaux (ancienne stagiaire Québec sans frontières (QSF)).

Apprendre ou perfectionner une nouvelle langue, tout en développant son réseau

«Mon expérience en tant que stagiaire au programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) a contribué à mon développement tant sur le plan personnel que professionnel. Mon stage m’a permis de maîtriser l’espagnol et de perfectionner mes capacités en production audiovisuelle. Grâce à ce stage, j’ai pu continuer mon parcours professionnel en coopération internationale en devenant coopérante volontaire avec SUCO. Ce cheminement m’a ensuite donné la possibilité d’entrer en poste comme adjointe aux communications au siège social, à Montréal. Toutes ces expériences ont été un moyen d’élargir mon réseau, de rencontrer des professionnels du milieu des communications et de relever de nouveaux défis tel que l’animation d’ateliers de formation.» Nitsé Mathelier, adjointe aux communications (ancienne stagiaire du Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ)).

Plus de confiance pour entamer sa carrière

« Mon niveau de confiance pour trouver un emploi a augmenté. Lors d’une récente entrevue, la responsable des ressources humaines m’a indiqué que mon profil était très intéressant et qu’elle était impressionnée par mon expérience à l’international. Je ne doute pas que plusieurs occasions s’offriront à moi à la suite de cette expérience. » Constance Morel, conseillère en gestion des eaux au Pérou (ancienne stagiaire PSIJ en environnement au Nicaragua)

Vivre une expérience à la fois professionnelle et personnelle permettant d’acquérir de l’expérience de travail

« Bien que je possède une formation générale en communication, je n’avais pas eu l’occasion d’acquérir de l’expérience pour accéder au poste de responsable des communications. En réalisant ce stage, j’ai pu mieux me qualifier pour ces postes. Le stage m’a permis de découvrir comment fonctionnent les ONG, c’est tout un univers qui s’est ouvert à moi. J’ai maintenant vraiment envie de poursuivre ma carrière auprès d’organismes communautaires. » Rébecca Bleau, ancienne stagiaire PSIJ en communication au Sénégal.

Alors, vous avez envie de vous lancer? SUCO est actuellement à la recherche de 18 stagiaires internationaux!

Consultez notre site suco.org/stages pour découvrir toutes les occasions.

Vous avez des questions sur le Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), souhaitez discuter de carrière en développement international ou voulez en apprendre plus sur ce que l’on fait? Écrivez à michelelemoeligou@suco.org ou à eleonoredurocher@suco.org.


Une volontaire de fer pour la terre nourricière

 

Isabelle Tracy Laudé n’en est pas à ses premiers pas en matière d’accompagnement et de soutien communautaire. Cette bachelière en animation et recherches culturelles, avec spécialisation en relations interethniques et développement des communautés, poursuit son troisième mandat de volontaire avec SUCO.

Riche de son expérience en collaboration multipartenaires, tant sur la scène nationale qu’internationale, Isabelle Tracy Laudé a acquis, au fil des cinq dernières années, une approche de communication participative et inclusive. Il faut dire que la mobilisation et la participation citoyenne ne sont pas des champs d’intervention nouveaux pour cette jeune femme dynamique qui, de 2012 à 2015, a participé au Programme canadien de revitalisation urbaine et intégrée.

En 2015, à titre de conseillère en animation avec SUCO Haïti, elle a notamment accompagné et formé une vingtaine de femmes en leadership et mobilisation communautaire dans le cadre d’un projet de relance agricole et d’amélioration de la nutrition (PRAN), financé par l’Union européenne et le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) du Québec.

 

« Établie à Jacmel (sud-est), dans la commune de Marigot, mon travail consistait à améliorer les interventions du projet en matière de campagne de sensibilisation autour de projets collectifs de nature sociale et économique », précise Isabelle avec beaucoup de fierté dans la voix et le sentiment du devoir accompli.

Œuvrant auprès d’associations paysannes, de groupes de mères et de femmes leaders, elle avoue avoir développé une écoute proactive basée sur l’identification des besoins de la population.

Ces atouts lui sont fort utiles dans son mandat actuel, toujours avec SUCO Haïti.

Suivez le Guide

Isabelle a ainsi participé à la conception et à la diffusion d’un guide méthodologique (Manyèl Akonpayman) devant faciliter l’utilisation du Guide alimentaire haïtien (Gid Alimentè) élaboré par SUCO, en partenariat avec Cercles Divers (CED), une organisation non gouvernementale haïtienne établie à Jacmel.

Isabelle fait aussi la promotion du Djakout Peyizan, un outil créé par SUCO en collaboration avec de multiples partenaires, dont le MARNDR (ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural), pour renforcer les capacités des familles paysannes, des agronomes et des ONG en techniques de gestion et de valorisation d’une exploitation agricole.

« Il s’agit de promouvoir l’autosuffisance alimentaire. Je participe également à la réalisation d’ateliers de formation et de réflexion avec l’équipe terrain et les partenaires afin de former des personnes vulgarisatrices en saine alimentation, allaitement et hygiène de base, le tout articulé autour du contenu du Gid Alimantè et de son Manyèl Akonpayman », résume Isabelle.

Agente de milieu douée et sensible aux différences culturelles, animatrice citoyenne reconnue pour son efficacité et sa forte personnalité, Isabelle Tracy Laudé contribue, à sa manière, à faire la promotion de l’approche de développement local de l’organisation ainsi qu’à affirmer et à consolider la présence de SUCO en Haïti.


Chaque volontaire a une histoire à raconter !

 

Depuis 2015, près de 2500 volontaires ont participé aux programmes de coopération volontaire financé par Affaires mondiales Canada pour créer un changement dans des pays du Sud et au sein de leurs communautés au Canada. Le 18 janvier dernier, 60 volontaires se sont réunis à Ottawa pour raconter leurs histoires dans le cadre d’une expérience de bibliothèque humaine. Découvrez les histoires de Sophie, Éléonore et Catherine, volontaires de SUCO au Sénégal et Nicaragua !

« Si tu vois une chèvre dans le repaire d’un lion, aie peur d’elle »
Par Sophie Bourdon

Ce proverbe sénégalais, Sophie Bourdon l’a entendu à plusieurs reprises. En s’engageant comme représentante de SUCO au Sénégal, après plusieurs mandats de volontariat, elle savait à quoi s’attendre … ou presque!

Peut-on occuper un poste de responsabilité de la même manière qu’un homme, lorsqu’on est une jeune femme blanche, en Afrique de l’Ouest? Comment exercer un leadership inclusif lorsque l’on évolue dans un environnement où nos pairs sont majoritairement des hommes? Y a-t-il de la place pour repenser l’égalité par l’accompagnement des volontaires canadiens et canadiennes? Est-ce qu’il suffit d’avoir des cibles sexospécifiques pour documenter nos actions auprès des femmes et des filles? Autant de questions que ce livre prend un malin plaisir à soulever et à nuancer.

Sophie Bourdon signe ici, avec humour et humilité, le récit surprenant des défis de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des réseaux de coopération internationale, de Montréal à Dakar. Une histoire évocatrice qui bouscule nos certitudes et nous laisse sur cette sempiternelle vérité : le vrai changement ne se fait pas tout seul!

Entre cîmes et racines, une histoire de développement organisationnel
Par Éléonore Durocher-Bergeron 

Inclure. Être incluse.
Explorer leur histoire d’abord.
Un mois, un petit mois pour comprendre.
Comprendre l’histoire d’un homme, de son projet organisationnel.

Entre la cîme et les racines du Réseau MUUD.
MUUD, ça signifie « l’union des chances » en langue sérère.
Au coeur de Ndiaganiao, au coeur de 63 Associations Villageoises de Développement, au coeur de 132 familles.
J’ai accompagné Seck Faye et son équipe dans la réalisation d’un diagnostic organisationnel participatif.
Un diagnostic pour mieux se rappeler où étaient ses racines 20 ans après la création du Réseau, sa base solide qui lui permet de faire face aux vents et tempêtes.

Puis créer de l’espace, de l’ouverture.
« Je ne savais pas que j’étais capable ; c’est grâce à toi que je m’en rends compte et que j’ai envie de continuer», m’a lancé Seck, à la sortie d’une animation de groupe qu’il venait de faciliter par lui-même.

Donner confiance.
À un homme. Également à une organisation, qui elle aussi prend de l’assurance à travers les succès qu’elle accumule.

La valeur du volontariat se trouve toute là.
Une bonne relation d’accompagnement et de mentorat va au-delà du sujet même de la conversation. Cette relation est à même de modeler une façon d’interagir et de créer un style de leadership.

Coup et bouffe
Par Catherine Fallon

L’un des défis de la personne volontaire en pays étranger est d’adapter ses pratiques culinaires aux disponibilités du pays. Qu’en est-il lorsqu’en plus d’apprendre à cuisiner ces aliments à la maison, il faut enseigner des pratiques de transformation adaptées aux coutumes, aux ressources disponibles, aux besoins nutritionnels, à la culture?

 Selon le pays d’accueil, les façons de voir l’alimentation et la variété alimentaire ne sont pas les mêmes et peuvent être très différentes du pays d’origine. Certains fruits et légumes sont tout à fait nouveaux, alors que d’autres sont transformés d’une autre façon, les classifications d’aliments sont différentes tout comme les habitudes et traditions liées aux repas.

 Pour les aider à relever ce défi supplémentaire, les personnes volontaires en sécurité alimentaire et nutritionnelle peuvent compter sur une ressource essentielle pour qui la bouffe est plus souvent au centre des préoccupations : les femmes.

Le programme de coopération volontaire de SUCO est financé par le gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada

 


SUCO lance un nouveau programme de stages internationaux en développement durable

 

Une expérience de citoyenneté mondiale, un atout pour le CV !

Montréal, le 6 février 2018 – Le 5 février, la ministre du Développement international et de la Francophonie, Mme Marie-Claude Bibeau, annonçait un financement de 2,1 millions de dollars sur quatre ans destiné à l’organisme de coopération internationale SUCO pour la mise en œuvre de son initiative Jeunes, Emploi, Développement International II. C’est dans ce contexte que SUCO dévoile son tout nouveau programme de stages internationaux qui permettra à une vingtaine de jeunes stagiaires par année jusqu’en 2022 de vivre une expérience professionnelle et de devenir des citoyens et des citoyennes du monde engagés.

Le programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) est ouvert aux personnes canadiennes diplômées de niveau postsecondaire âgées de 19 à 30 ans. Il fait partie de la Stratégie emploi jeunesse du gouvernement du Canada et est financé par Affaires mondiales Canada (AMC). Les jeunes intéressés peuvent s’abonner à l’alerte-emploi de SUCO pour rester à l’affût des offres de stage : http://suco.org/alerte-emploi/.

Une expérience de solidarité internationale menant au marché du travail

SUCO se démarque par un programme novateur dont les mandats seront intégrés à des projets existants, mis en œuvre par SUCO et ses partenaires locaux en Haïti, au Honduras, au Nicaragua, au Pérou, au Burkina Faso et au Sénégal, dans les domaines suivants : renforcement des capacités des producteurs et productrices agricoles en matière de pratiques respectueuses de l’environnement, appui à la production maraîchère et à la commercialisation des récoltes, technologie des communications, nutrition, développement de l’entrepreneuriat rural, marketing social, développement organisationnel, et promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes.
Lors du précédent programme réalisé de 2015 à 2017, 73 % des stagiaires se sont trouvé un emploi dans leur domaine entre deux semaines à quatre mois après leur stage grâce à leur expérience et à l’appui en employabilité offert par SUCO. Au-delà du stage, l’organisme fournit un accompagnement personnalisé avec des méthodes dynamiques de recherche d’emploi pour favoriser l’insertion professionnelle des stagiaires dès leur retour.

« Mon niveau de confiance pour trouver un emploi est passé de 85 % à 100 %. Ce stage a fait ressortir beaucoup de mes aptitudes, comme ma capacité d’adaptation, mon autonomie. J’ai actualisé mes compétences en gestion et j’en ai acquis de nouvelles, comme le traitement et l’analyse de données. Je suis aujourd’hui beaucoup plus sûre de pouvoir trouver un emploi à mon retour au Canada », raconte Sherly Jossaint, ancienne stagiaire en entrepreneuriat au Pérou (puis en emploi chez Desjardins).
Les stagiaires auront aussi accès à un programme de mentorat en ligne tout au long de leur mandat.

« Nous sommes aussi conscients que les mentors ont un rôle important à jouer dans le développement professionnel de la relève, des leaders d’aujourd’hui. SUCO mettra aussi à la disposition des stagiaires un programme de mentorat en ligne axé sur le développement international, la gestion de projet, la nutrition internationale, la diplomatie, le marketing social et l’agronomie internationale », précise Éléonore Durocher -Bergeron, agente de programme PSIJ chez SUCO.

Ce sont tous des moyens qui permettent d’accroître l’accès au marché du travail pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Crédits photo : Ariane Sylvain Salvador

Un volet novateur en entrepreneuriat social

Il est prouvé que les jeunes qui effectuent un stage à l’international ont plus de chance de devenir des entrepreneurs sociaux à leur retour.

« Chez SUCO, nous avons bien compris cela. Et c’est pour cette raison que nous offrons un parcours entrepreneurial pour les stagiaires qui ont une idée de projet validée », souligne Anne Vincent, chargée de programme volontariat chez SUCO.

Coaching, formation en ligne pour le démarrage d’entreprise sociale avec attestation et bourse de démarrage lors d’un concours annuel ne sont que quelques exemples des composantes du programme offert par SUCO.

Un impact au retour : l’éducation à la citoyenneté mondiale

Après le stage, ce n’est pas tout. En plus d’avoir contribué au renforcement des capacités des partenaires communautaires locaux, les stagiaires devront partager leur expérience terrain pour sensibiliser les Canadiens et les Canadiennes aux enjeux internationaux et à l’importance de soutenir une agriculture durable et respectueuse de l’environnement. SUCO les accompagnera dans la réalisation d’activités collectives et créatives.

– 30-

À propos de SUCO

De 2015 à 2017, 30 jeunes Canadiens et Canadiennes ont participé au Programme de stages internationaux pour les jeunes de SUCO. Certaines conditions s’appliquent pour participer à ce programme, visitez le http://suco.org/stages-jeunes-emploi-developpement-international/ pour connaître les critères d’admissibilité.

SUCO est un organisme de coopération internationale fondé en 1961. Il réalise des projets de développement durable visant à renforcer l’autonomie des personnes, des organisations et des collectivités dans six pays : Burkina Faso, Haïti, Honduras, Nicaragua, Pérou et Sénégal. L’expertise de SUCO se situe principalement dans les domaines de l’agriculture durable, du développement local, de la mobilisation citoyenne et de l’entrepreneuriat rural.

Voir l’annonce d’Affaires mondiales Canada.

Renseignements :
Mélissa Cabana
Chargée des relations externes, SUCO
melissacabana@suco.org
Tél. : 514 272-3019, poste 225
Cell. : 514 349-3019

Éléonore Durocher-Bergeron
Agente de programme, stages internationaux, SUCO
eleonoredurocher@suco.org
Tél. : 514 272-3019, poste 224

 


Gestion de projet et coopération internationale : Quand « le projet » c’est de rendre le monde solidaire

 

Étude de faisabilité, planification, mise en œuvre, contrôle, évaluation, voilà le cycle de projet le plus souvent utilisé. Il s’agit d’un cycle avec un début et une fin précise, avec des documents qui encadrent, qui guident la démarche; avec des étapes et une planification réglées au quart de tour. En coopération internationale et pour SUCO, la gestion de projet, bien qu’elle conserve les prémisses prônées par les normes PMI, revêt plusieurs autres dimensions. Au quotidien, les phases de projet deviennent bien souvent des sous-projets en soi qui requièrent une démarche itérative et avant tout relationnelle. Qui plus est, dans bien des cas, la mise en œuvre de projet devient un levier de développement organisationnel, un prétexte pour favoriser l’acquisition de nouvelles compétences au sein d’une association paysanne ou d’un groupement de femmes, par exemple.

Un processus relationnel avant tout

Récemment, dans le cadre d’une mission préparatoire pour l’élaboration d’un projet agroenvironnemental, une conseillère volontaire a passé quelques semaines chez un partenaire afin de simplement évaluer la faisabilité des actions initialement prévues. Cette présence, bien que de courte durée, aura permis à l’association paysanne d’amorcer un processus de mobilisation autour du projet. Grâce à l’élaboration d’un simple calendrier de visites de sites et de questionnaires, conjointement avec le partenaire, ce dernier a pu saisir l’importance de travailler « par étape » : la notion de gestion de projet a commencé à faire son chemin. La présence de cette conseillère pour la phase de faisabilité aura aussi permis à l’organisation de comprendre que la mise en œuvre des activités futures allait se faire dans le cadre d’une démarche centrée sur l’apprentissage, dont la responsabilité sera partagée entre SUCO et les membres de l’association, dans une relation de co-construction, en fonction de leurs compétences, de leurs envies et des caractéristiques du contexte organisationnel. En gestion de projet de coopération internationale, travailler ensemble permet de construire une communauté saine et durable dans le cadre du projet envisagé : les relations humaines chaleureuses deviennent donc un moyen et une fin en soi. La personne volontaire a le rôle de générer et d’encourager plus de confiance, à la fois pendant le processus de gestion de projet et plus durablement, au sein de l’organisation elle-même. Des relations optimistes, intègres et confiantes rappellent aux personnes leur caractère humain et les ouvrent aux autres, permettant d’amorcer un réel changement.

« On m’a déjà dit, “je ne savais pas que j’étais capable; c’est grâce à toi que je m’en rends compte et que j’ai envie de continuer” », Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal.

Une approche participative

Au-delà de l’aspect humain, la gestion de projet en coopération internationale comme nous l’entendons, revêt un caractère participatif tout au long de la mise en œuvre.

« On ne fait pas qu’informer ou consulter les personnes que nous accompagnons dans la réalisation du projet : nous les faisons participer aux échanges, aux prises de décision, puis aux actions. Lorsque l’accompagnement a atteint un certain niveau, nous ne sommes que des observateurs fiers de leurs succès à eux », Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal.

Cette approche participative, et surtout inclusive, vise l’appropriation du projet par l’organisation partenaire. Cela peut se traduire, par exemple, par l’animation sur plusieurs jours d’un atelier pour planifier un échéancier de travail en faisant participer l’ensemble de l’association paysanne pour qu’elle élabore elle-même les différentes tâches à réaliser, puis qu’elle les partage entre les membres. Cette façon de faire, bien qu’elle requière plus de temps que dans le cadre de l’élaboration d’un projet dans un contexte nord-américain, permet à l’organisation de vivre des succès dès la conception et la planification : des succès sur lesquels nous nous appuierons pour renforcer plusieurs capacités organisationnelles. Cet exemple de planification participative donnera l’occasion d’aborder une foule de notions nouvelles pour les participants : la gestion des ressources humaines et matérielles, la gestion du temps et surtout l’importance de concevoir des actions dans un cadre logique.

Des projets qui s’imbriquent dans une vision à long terme

À la lumière de tous ces éléments, il importe de rappeler que la gestion de projet peut prendre une tout autre dimension lorsqu’il s’agit de travailler dans un contexte de coopération internationale! Non pas conçus isolément, mais plutôt en fonction d’un plan de développement à long terme, les projets de développement s’intègrent souvent dans un continuum d’actions que poseront les organisations de coopération.

Dans ce contexte, le projet n’est pas linéaire, avec un début et une fin : il sert la cause d’un objectif plus grand. Ainsi, prenons l’exemple d’un projet d’un an qui viserait l’installation de systèmes d’irrigation pour faciliter le maraîchage biologique en zone semi-aride. Ce projet, seul, paraît déjà intéressant. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’intègre dans une stratégie quinquennale qui vise tour à tour la formation des femmes agricultrices au développement de nouvelles techniques adaptées aux changements climatiques, à l’accompagnement nutritionnel des familles rurales pour l’optimisation des cultures maraîchères, à la sensibilisation des instances locales pour un réinvestissement dans les marchés de proximité? Les résultats et les défis du projet de départ devront être analysés autrement et prendre en compte la valeur ajoutée de la planification globale. La personne gestionnaire de projet aura également une vision bien différente de la conduite de ses activités!

Pour conclure, cette façon de concevoir la gestion de projet en coopération internationale donne également tout son sens au développement organisationnel des partenaires locaux, qui non seulement sont vivement sollicités dans la mise en œuvre des projets intégrés, mais doivent également s’approprier et soutenir la pérennité des résultats. Voilà pourquoi la plupart des projets de SUCO comportent une dimension de renforcement des capacités.

« En visant l’autonomie de nos organisations partenaires, nos projets sont porteurs de fierté et d’indépendance. Lorsqu’on anime un atelier participatif où un groupe de personne se dote d’une mission à son goût, quand on accompagne un conseil d’administration à prendre ses propres décisions, en étant capable de peser chacune des options possibles, la mise en œuvre d’un projet n’est qu’un moyen de plus pour favoriser le développement, et non pas, une fin en soi! », Sophie Bourdon, représentante de SUCO au Sénégal.

–  par, Sophie Bourdon, représentante de SUCO au Sénégal et Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal

Cet article a été écrit dans le cadre du nouveau partenariat entre SUCO et l’Association des professionnels en gestion de projet PMI-Montréal.

Pour plus d’informations, consultez : « L’expertise en gestion de projet à l’international au service du développement durable »

 


Les semences : un enjeu trop souvent oublié !

 

Lorsque l’on parle de revoir les systèmes alimentaires, on entend régulièrement parler du mode de production, des circuits de distribution qui doivent être plus courts, de la diversification des productions, mais on entend peu parler du premier maillon de ce système : les semences. Peu de choses sur cette terre sont aussi vitales que ce qui constitue notre héritage alimentaire vieux de plus de 12 000 ans; magnifique miracle de la vie que sont les semences, maillon de renaissance entre la fin d’une plante et le renouveau.

Un précieux premier maillon

En regardant le documentaire Seeds, the untold story, on est surpris, voire choqué d’apprendre qu’au cours du dernier siècle, c’est plus de 94 % des variétés de semences partout dans le monde qui ont disparu. Il s’agit-là d’un constat d’autant plus alarmant lorsque l’on sait que ce sont maintenant en majeure partie les entreprises biotechnologiques qui produisent et contrôlent le renouvellement de ce patrimoine naturel.

Au Sénégal, les changements climatiques se sont intensifiés comme partout ailleurs en Afrique subsaharienne. Les précipitations s’affaiblissent et sont de moins en moins prévisibles. Au cours des dernières années, le prix des céréales a donc baissé, ce qui a entraîné un manque de fonds pour acheter des équipements et des semences. Cette situation contribue toujours, à l’heure actuelle, à rendre le travail agricole moins intéressant, et ce, surtout pour les jeunes.

Favoriser l’accès

En Afrique de l’Ouest, 70 % de la production agricole provient des petites exploitations familiales. Et pourtant, malgré la force du nombre, ce sont les hommes et les femmes vivant de cette agriculture familiale qui ont le plus difficilement accès à des intrants semenciers de qualité et surtout non modifiés. Au Sénégal, la Centrale d’achat de Touba Toul, ancien partenaire de SUCO, s’est mobilisée afin de solutionner l’incapacité financière des ruraux à accéder à un stock suffisant de semences de qualité. Des paysans et des paysannes se sont regroupés afin de créer une association qui achète en gros les semences fournies par l’État, elle les redistribue par la suite sous forme de prêt. Ainsi, les paysans et les paysannes ne sont pas obligés de payer l’entièreté de l’achat. Après les récoltes, lorsqu’ils et elles auront pu vendre leurs productions, le remboursement s’effectuera. La Centrale a à cœur d’organiser une distribution à échelle humaine. Anta Babou, membre de la Centrale d’achat de Touba Toul et présidente de son propre groupement d’intérêt économique m’explique dans ses mots :

« Les semences, c’est important de les garder, parce que c’est bon pour nous, paysans et paysannes. C’est nécessaire même, car souvent à cause de l’hivernage et des imprévus de la vie, on ne peut pas en produire assez soi-même. Si quelqu’un veut cultiver de l’arachide pour subvenir à ses besoins et générer un petit revenu, il aura besoin d’avoir suffisamment de grains. C’est aussi une bonne façon de faire preuve de résilience face aux changements climatiques, comme on ne sait jamais ce qui viendra ensuite, sécheresse ou autre… »

Par ailleurs, en achetant principalement de l’État, les paysans et les paysannes ne savent pas toujours d’où viennent les semences. Ces dernières ne sont donc pas nécessairement toujours adaptées au sol ou au climat de la région; un enjeu de traçabilité des cultures persiste. Et pour répondre à cet enjeu, plusieurs prônent le recours à la certification des semences.

Cultiver l’autonomie

Au Sénégal, comme dans plusieurs autres pays du monde, les paysans et les paysannes se battent afin de faire reconnaître leur droit de savoir et de gérer directement les variétés locales, en plus de dénoncer la pratique de la certification des semences. Ce modèle fortement inspiré de la législation européenne et nord-américaine entraîne des coûts faramineux, mais aussi des contraintes liées à l’exigence d’une qualité très homogène et uniforme dans les semences (ce qui va également à l’encontre des principes agroécologiques).

Quant à la pratique de l’extension des brevets à des plantes (principalement dans le secteur des organismes génétiquement modifiés (OGM)), prônée par de grandes multinationales, mais aussi certains gouvernements, elle comporte des accords contractuels stricts qui engendrent des restrictions sur l’échange de semences et les pratiques de recyclage des semences. Cela a le plus souvent pour effet de confronter les agriculteurs et les agricultrices à un choix restreint pour l’acquisition commerciale de semences. Au final, tout cela a une répercussion directe sur le droit à l’alimentation, une alimentation de qualité en quantité suffisante.

« L’agroécologie c’est plus qu’un choix. Moi je sais que c’est ce dont la terre du Sénégal a besoin. Je veux qu’on soit autonome du début à la fin de nos productions, et qu’on soit en santé grâce à ce qu’on mange et cela passe aussi par les semences », précise Ndongo Fall, coordonnateur de la Coopérative Agricole Biologique de Notto-Diobass (COPEBAN), ancien partenaire de SUCO au Sénégal.

Ici, les organisations paysannes travaillent aussi à reconstruire des droits collectifs et les systèmes semenciers ancestraux pour protéger leurs semences. Il y a de plus en plus d’initiatives porteuses, comme celles de l’organisation AGRECOL Afrique, partenaire de SUCO, qui a organisé une journée de promotion de l’agriculture biologique ayant pour thème « les semences paysannes pour une agriculture durable ». Cette journée a permis de favoriser le réseautage entre organisations de la société civile, paysans et autres acteurs croyant également à la survie du patrimoine semencier. Ces initiatives de mise en réseau sont d’autant plus importantes dans un contexte de revendication auprès des décideurs.

« AGRECOL Afrique effectue en ce moment du plaidoyer pour les semences paysannes au Sénégal, notamment parce que la législation sénégalaise reconnaît uniquement les semences certifiées. Un paysan qui commercialise des semences paysannes est passible d’une amende à l’heure actuelle! », m’écrit Milaine Bédard, ancienne conseillère volontaire en gestion des savoirs pour SUCO. Il faut savoir qu’au Sénégal, la loi relative à l’inscription des variétés stipule que « la production de semences en vue de la vente ne peut être effectuée que par des personnes (…) agréées à cet effet »; agrément difficilement accessible, mais aussi peu compatible avec la réalité paysanne.

Bref, une réalité complexe

Le défi à l’heure actuelle pour les paysans et les paysannes du Sénégal est donc de continuer à augmenter la production de leurs propres semences. Il y va de leur survie économique et de l’avenir alimentaire de la région. Mais cela n’a rien de facile!

« Souvent, en Occident, on nous renvoie une image très polarisée sur la question des semences, mais il faut prendre conscience que la réalité terrain, c’est une réalité beaucoup plus complexe. Le Sénégal est un grand territoire avec une forte densité de population, une croissance démographique importante, les impacts des changements climatiques y sont de plus en plus perceptibles. Tous ces enjeux réunis compliquent la gestion et la distribution des semences. Au final, pour arriver à améliorer l’accès des petits producteurs et des petites productrices à des semences adaptées, il faut avoir la capacité de comprendre tous ces enjeux et de s’y intéresser en synergie. C’est pour cela que SUCO travaille avec d’autres organisations pour impulser un mouvement collectif », conclut Sophie Bourdon, représentante de SUCO au Sénégal.

Des pistes d’action simples

L’enjeu des semences paysannes est tout aussi d’actualité au Canada. Si vous voulez poser un geste simple afin de prendre part au mouvement, voici des idées à la portée de tous et toutes :


La jeunesse québécoise, une vraie force de changement!

 

C’est un départ pour nos 7 jeunes Québécoises qui iront réaliser un stage d’initiation à la solidarité internationale avec notre partenaire ALLPA, dans la région de Huari au Pérou ! Les jeunes femmes ont pour mandat de contribuer au développement durable de cette région andine du Pérou. Plus spécifiquement, il s’agira de sensibiliser la communauté sur la production et la consommation de produits locaux.

P1160428

 

Québec sans frontières, un programme qui mise sur des valeurs de partage et de solidarité

Basé sur des principes de partage, de solidarité et d’engagement social, le programme Québec sans frontières (QSF) dans lequel s’inscrit ce stage a pour objectif de favoriser la création de liens privilégiés entre les jeunes du Québec et les populations du Sud, dans ce cas-ci la population andine du Pérou, tout en prônant des valeurs de participation populaire et de réciprocité. Le programme, qui existe depuis 20 ans, mise avant tout sur le potentiel de la jeunesse québécoise à devenir une vraie force de changement et d’action.

Pourquoi partir et qu’est-ce qu’on en retire ?

Se mettre au défi et sortir de sa zone de confort, en apprendre davantage sur une autre culture et vivre dans un rapport de réciprocité avec elle, partager ses connaissances sont quelques-unes des raisons qui ont attiré les jeunes femmes à s’initier au monde de la coopération internationale. Nos stagiaires, qui vivront d’ailleurs dans des familles d’accueil durant toute la durée du séjour, espèrent retirer beaucoup de cette expérience, tant d’un point de vue plus personnel que professionnel. Ainsi, se connaître davantage, approfondir ses connaissances sur certains enjeux internationaux pour mieux agir de retour au Québec, se doter de nouveaux outils et de nouvelles compétences (écoute, vie de groupe, apprentissage d’une nouvelle langue, sens de l’organisation, autonomie) sont parmi les objectifs que les filles espèrent atteindre durant ces deux mois et demi au Pérou. Et il y a fort à parier qu’elles réussiront !

Ce programme de stage est financé par l’intermédiaire du Ministère des relations internationales et de la francophonie.

 

 

 

 

 

 


Inondations au Pérou : qu’en est-il de la sécurité alimentaire ?

 

 Réagir à la dernière minute, s’adapter au contexte régional, et s’impliquer activement dans notre communauté d’accueil, c’est aussi ça, être volontaire avec SUCO ! Depuis quelques semaines, des pluies diluviennes s’abattent sur plusieurs régions du Pérou, entraînant inondations et glissements de terrain. Puisque j’étais basée à Lima, je croyais que mon mandat comme conseillère en nutrition pour le Réseau d’agriculture écologique du Pérou (RAE Perú) ne serait pas perturbé. Erreur ! Les changements climatiques nous affectent tous et toutes, car ils modifient l’environnement et donc les pratiques agricoles, la sécurité alimentaire et, enfin, l’accès à une alimentation saine.

IMG-20170322-WA0008_1

L’état d’urgence déclaré dans plusieurs régions du Pérou

Après avoir constaté l’état d’urgence dans le secteur agricole des régions de Piura, La Libertad, Lambayeque et Lima, où interviennent les partenaires de la RAE Perú, la nécessité d’être solidaire s’est manifestée. Les inondations et les glissements terrain ont causé d’énormes dégâts : des agriculteurs et des agricultrices ont perdu leurs récoltes et leurs troupeaux d’élevage ont été durement touchés. Il fallait donc s’organiser ! Un comité multisectoriel a donc été créé avec des organisations de la société civile œuvrant en agriculture et alimentation, ainsi qu’un regroupement de producteurs et productrices. L’objectif du comité est de proposer des actions humanitaires de réhabilitation et de reconstruction des zones gravement affectées. Par l’entremise de la RAE Perú, l’un des principaux acteurs de ce comité, j’ai été invitée à réfléchir conjointement à des actions que nous pouvons entreprendre en marge de celles réalisées par l’État.

2-PER2017_Urgence agraire_Amelie Bertrand

Des enjeux nutritionnels bien présents

Mon rôle de nutritionniste s’est alors vu élargi à un nouveau pays, soit le Pérou; à une nouvelle expertise, soit le milieu agricole; et à une situation hors du commun, soit l’état d’urgence actuel dans lequel baigne le pays. Une crise alimentaire pourrait survenir à tout moment puisque les récoltes sont gravement compromises. En plus, l’inondation des terres retarde l’ensemencement et limite le transport vers les marchés régionaux, ce qui réduit largement les revenus familiaux. C’est en ayant en tête la boucle de l’insécurité alimentaire que j’ai voulu ajouter mon grain de sel. Les enjeux nutritionnels sont présents à l’échelle mondiale, que ce soit par la dénutrition ou la malnutrition. La disponibilité d’aliments sains qui répondent aux besoins nutritionnels de chacun et chacune, l’accès à ces aliments grâce à des ressources financières suffisantes et à la stabilité de l’offre sont essentiels pour préserver la santé de la population, et particulièrement celle des enfants.

Ancash-Huari-SanLuis-101
Crédit photo : Carlos Ly

 Faire sa part comme membre de la société civile

Ce qui ressort de cette première rencontre est la solidarité et la volonté d’agir, peu importe l’ampleur qu’auront les actions posées. Même si je n’ai pas vécu personnellement les inondations au Pérou, je considère qu’il est important de faire sa part comme membre de la société civile. Étant donné les nombreuses pertes agricoles, la survie immédiate des agriculteurs et des agricultrices familiaux dépend de leur possibilité d’écouler rapidement les produits alimentaires épargnés par les inondations. C’est donc en consommant des produits locaux et de saison disponibles dans tous les marchés écologiques de la ville, que nous pouvons les appuyer de manière concrète. Aucun geste n’est un trop petit geste !

– Par Amélie Bertrand, volontaire en nutrition au Pérou

 

Au Québec, la meilleure façon de soutenir les Péruviens et les Péruviennes victimes des inondations est de faire un don.

 

 


Carrière en développement international : trucs et astuces pour dénicher votre premier emploi et acquérir de l’expérience

 

 

11059628_10155368730110430_1895243051901083436_n

“Avant de commencer votre recherche d’emploi, ne vous demandez pas pour quel employeur vous souhaitez œuvrer, mais plutôt quel problème vous voulez résoudre !”

 

Cette citation est tirée d’un tweet que j’ai vu passé il y a quelque temps de Karen Warren de DevexCareers et je trouve qu’il reflète bien ce que j’essaie de transmettre comme message à nos stagiaires du Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) lorsqu’ils et elles amorcent leur recherche d’emploi au retour du terrain. Une fois qu’on a ciblé les enjeux qui nous attirent, comment amorce-t-on une carrière, après un baccalauréat, un stage ou une brève expérience dans le domaine? Il n’y a pas de recette miracle pour amorcer sa carrière en développement international, selon moi, mais il est possible d’articuler son cheminement de façon stratégique. Pour bâtir une carrière en développement international, il importe d’acquérir des expériences à titre de généraliste, mais aussi dans le cadre de mandats plus spécialisés, tout en continuant de garder à jour vos compétences interculturelles ! Voici différentes pistes pour vous inspirer…

 

Considérez les postes “d’entrée” ou les plus petites organisations

Il est important de viser des postes qui vous attirent, mais bien que vous vouliez le poste de chargé de projets, n’hésitez pas à considérer celui d’assistant de programme ou d’analyste. Cela s’applique aussi au choix géographique: pensez considérer des mandats dans des pays moins populaires. Également, que ce soit des ONG présentes dans des régions plus éloignées du Québec ou de nouvelles “startups” à vocation sociale et internationale, envisagez de vous joindre à des employeurs de plus petite taille. Bien que les conditions puissent être moins avantageuses, ce genre d’organisation permet souvent de prendre plus de responsabilités et offre un potentiel de croissance. Si vous êtes généraliste, considérez des chemins moins typiques et spécialisez-vous en recrutement, en développement des affaires, etc.

 

Développez des compétences plus rares sur le marché de l’emploi en développement international

En effectuant vos recherches d’emploi, vous verrez apparaître des compétences spécialisées qui pourraient devenir un atout à votre candidature. En développement international, vous pouvez envisager de nombreuses options : vous spécialiser en utilisation de logiciels statistiques, en cartographie numérique (le data est en constante évolution dans le secteur), en traduction d’un dialecte spécifique, en gestion des volontaires, etc.

 

Prenez plus de responsabilités, diversifiez vos expériences et faites preuve de leadership

Si vous voulez poursuivre une longue carrière en développement international, vous arriverez à un point où vous envisagerez peut-être des postes de gestion. Assister à des conférences et faire du bénévolat, qui vous permettra de développer vos compétences en leadership, devient un atout pour faire avancer votre carrière. Rappelez-vous aussi que la flexibilité est le mot d’ordre dans le domaine du développement international. Il  est toujours bon de posséder une expérience dans au moins deux domaines comme la gestion de projets et l’égalité femmes-hommes, ou les communications et la recherche de financement, etc. Considérez aussi enrichir votre expérience au sein de différents types d’organisations : pensez à combiner une expérience dans l’administration publique avec une autre au privé ou en ONG.Il est aussi important de garder vos connaissances à jour. Si vous avez fait des études en marketing, mais que vous travaillez en égalité femmes-hommes, continuez de vous tenir informé dans votre premier domaine d’études. Il ne faut pas que vos compétences deviennent obsolètes. Les médias sociaux sont très utiles pour se garder à jour sur différents sujets. Utilisez Twitter et faites-vous des listes d’intérêts.

 

Cherchez des offres au sein de projets ou de programme qui se terminent

Ce point semble étrange effectivement, mais il arrive que des gens mettent fin à leur contrat avant terme. Il peut devenir stratégique d’appliquer sur des postes ouverts en raison de ces départs. Bien que moins attrayants (souvent des mandats à court terme), le fait que les employeurs soient à la recherche de quelqu’un en urgence peut faire en sorte que l’on permettra l’embauche de quelqu’un ayant moins d’expérience.

 

Combinez des expériences internationales et nationales

Selon le type de carrière que vous allez choisir, considérez acquérir de façon équilibrée votre expérience ici et ailleurs. Demandez-vous quelles compétences peuvent être développées outremer versus ici. Certains emplois exigeront des connaissances internationales sans aller à l’étranger. Si vous envisagez de travailler en siège social, considérez que la plupart des postes exigent entre une et trois années d’expérience terrain minimum. Cette expérience peut être acquise à travers des mandats de volontariat, de stages professionnels (comme ceux du PSIJ), d’études sur le terrain, etc. Privilégiez l’acquisition de cette expérience tôt dans votre carrière !

Vous avez envie d’obtenir d’autres conseils sur la carrière en développement international ou de découvrir les opportunités offertes par le milieu au Québec? Venez rencontrer notre équipe de recrutement dans le cadre de divers événements : suco.org/evenements et consultez nos offres d’emploi à suco.org/emploi.

Vous trouverez aussi plusieurs offres sur le site de l’AQOCI et du CCCI.