Des jeunes entrepreneurs inspirants

 

Témoignage de Tanya Abelhauser-Gosselin
Conseillère en commercialisation et micro-crédit, projet PROGA-Jeunes

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’entrepreneuriat qui se tiendra le 16 avril, je voulais prendre le temps de souligner le travail exceptionnel des jeunes hommes et femmes entrepreneurs avec qui je travaille et qui m’inspirent tous les jours. En tant que conseillère en commercialisation et micro-crédit pour le projet PROGA-Jóvenes de SUCO au Nicaragua, j’ai eu la chance de voir de jeunes étudiants et étudiantes se transformer en véritables entrepreneurs.

PROGA-Jóvenes est un programme de 3 ans en agroécologie pour les jeunes des régions rurales du Nicaragua âgés entre 18 et 35 ans. Les seuls critères pour participer au programme : savoir lire et écrire et avoir de la motivation, bien sûr ! Ces critères pourraient sembler simples à remplir, mais plusieurs des jeunes n’ont pas eu l’occasion de poursuivre leurs études après le primaire, et donc lire et écrire demeurent une épreuve pour eux. Durant les 3 années de formation, ils apprennent différentes techniques écologiques afin de diversifier et augmenter les récoltes de leur ferme familiale. Ce qui est remarquable dans ce programme c’est qu’ils apprennent aussi les bases de l’entrepreneuriat ! Plus de 90 heures de cours sont consacrées à ce sujet, de l’étude de marché à l’analyse des coûts de production jusqu’à la rédaction d’un plan d’affaires. L’objectif des cours est de donner aux jeunes un avant-goût des réalités entrepreneuriales. Les différents outils, tels que le plan d’affaires, sont faits dans un esprit de pratique et d’apprentissage. Les jeunes pour qui cet aperçu fait vibrer la fibre entrepreneuriale ont ensuite la possibilité de mettre en pratique leur plan d’affaires afin de créer une véritable micro-entreprise.

IMG_1491
Kelvin, propriétaire de son entreprise de production de café moulu, nous montre comment torréfier le café à la bonne température et pendant le bon laps de temps ; crédit photo : Tanya Abelhauser-Gosselin

 

Une fois les jeunes diplômés, on commence les démarches pour démarrer leur entreprise, en passant par la finalisation du budget et le renforcement des compétences techniques spécifiques à leur domaine d’activités.

J’ai eu la chance de travailler avec une cohorte qui termine presque un an d’accompagnement dans le démarrage d’entreprise et avec une autre qui commence ses démarches. Le progrès que réalisent les jeunes en si peu de temps est réellement impressionnant. Lorsqu’on parle de micro-crédit aux nouveaux entrepreneurs et entrepreneures, ils nous regardent avec de grands yeux apeurés, mais les « anciens et anciennes », qui n’ont même pas encore un an d’expérience dans ce domaine, nous parlent de leurs échéanciers de remboursement avec aplomb. Il y en a même qui ont comme projet, une fois le premier prêt remboursé, de bénéficier d’un autre prêt afin d’agrandir leur entreprise pour répondre aux besoins de leurs clients. Ils nous expliquent en détail le processus de leur production et pourquoi ils exécutent chaque étape, alors qu’il n’y a pas si longtemps, ils ne savaient pas par où commencer. De plus, les jeunes de la première cohorte sont maintenant les mentors des entrepreneurs et entrepreneures de la deuxième.

Photo2
Silma et Bianca, propriétaires d’une entreprise de production de plantules, participent à une conférence pour les femmes entrepreneures à Managua ; crédit photo : Tanya Abelhauser-Gosselin

 

Ces jeunes m’inspirent puisque quand ils ont commencé le programme PROGA-Jóvenes, ils éprouvaient des difficultés à écrire et à faire des calculs simples. Maintenant, ils gèrent des budgets, des livres de registres et sont les propriétaires d’entreprises qui génèrent des revenus pour améliorer leur vie et celle de leur famille. Plusieurs jeunes me disent qu’ils sont fiers d’avoir mis sur pied la première véritable entreprise dans leur communauté. Pour ces jeunes, le projet de démarrer leur propre entreprise pouvait sembler impossible, sans savoir où commencer et sans pouvoir s’inspirer d’exemple d’entreprise proche de chez eux, mais ils ont réussi. Au contact de ces jeunes femmes et hommes qui réussissent et relèvent tous ces défis, j’ai pris conscience qu’avec de la volonté, rien n’est impossible !