Ère de volontaires

 

À l’occasion de la Journée internationale des Volontaires, le 5 décembre, et en tant que directeur général d’une organisation de coopération volontaire, j’ai envie de vous partager quelques réflexions et constats sur la coopération volontaire internationale.

J’ai été volontaire; j’ai travaillé plus de 15 ans dans la gestion de programmes de coopération volontaire; j’ai suivi les courants et j’ose croire que j’ai participé à des innovations dans le secteur; j’ai été témoin de hauts et de bas en termes de soutien populaire et public pour cette forme de coopération internationale, mais jamais auparavant n’ai-je senti comme je le sens aujourd’hui que la coopération volontaire internationale est reconnue comme une manière légitime, efficace de faire la coopération internationale.

À l’épreuve :

Comme je l’ai mentionné dans le blogue de novembre, le secrétaire exécutif de la 68e Assemblée des Nations Unies, M. John W. Ashe, a déclaré que le volontariat devait être valorisé comme moyen pour contribuer au programme mondial de développement post-2015.

Forts de ce constat, 55 organismes de coopération volontaire dont SUCO et cinq autres organisations canadiennes ont signé la Déclaration de Lima (en anglais seulement), positionnant le volontariat comme incontournable dans le programme mondial de développement.

Après moins d’un an de service dans son poste de Ministre du Développement, le ministre Christian Paradis, pour sa première annonce d’appel d’offres, a invité les organisations canadiennes à soumettre des demandes de financement pour trois programmes de coopération volontaire, dont deux programmes de stage.

Cette année aussi le gouvernement canadien a entrepris une évaluation sommative du programme de coopération volontaire mis en œuvre par SUCO et neuf autres organisations canadiennes. L’évaluation révèle un programme dont l’efficacité de l’impact est démontrée à tous les niveaux : auprès des volontaires, auprès des organisations partenaires et auprès des populations des pays en développement.

L’année 2014 a confirmé le soutien général pour la coopération volontaire et l’impact du travail des volontaires. Nous regardons vers l’avenir pour réaliser un potentiel encore plus grand !