Et si un jour, on se tournait vers l’agroécologie à grande échelle…

 

Alors que le Forum social mondial avait lieu il y a quelques semaines sous le slogan « Un autre monde est nécessaire, ensemble il devient possible », j’ai cru bon de revenir sur des pistes de solutions qui, collectivement, nous permettrons de nous nourrir durablement et convenablement, comme je le mentionnais dans l’article « Prendre soin de la terre, c’est prendre soin de la vie ! ». Au fil de mes recherches, je suis tombée sur un récent rapport de l’International panel of experts on sustainable food systems (dont fait notamment partie Olivier De Schutter, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation) qui analyse plus de 400 études portant sur l’agriculture durable afin de proposer des pistes d’action concrète à grande échelle.

HUARI-ABR2014-175
Une famille d’agriculteurs de la région de Huari au Pérou                                                                   Crédit-photo: Carlos Ly

Ce que le rapport met de l’avant, c’est que c’est tout à fait possible d’effectuer une transition vers une agriculture plus diversifiée et agroécologique. Voici,en rafale, quelques pistes de solutions qui, heureusement, commencent à être mises en place au Québec, comme ailleurs (même s’il reste du chemin à faire !) :

  • Développer de nouveaux indicateurs pour évaluer la « performance » agricole qui permettront de mieux tenir compte des impacts à long terme ;
  • Déplacer les subventions publiques de l’agriculture industrielle vers l’agriculture agroécologique, biologique et diversifiée ;
  • Créer des espaces de dialogue pour les parties prenantes gravitant autour des systèmes agricoles et alimentaires locaux, composés des instances politiques, scientifiques, des représentants de la société civile qui incarnent autant les domaines de la santé, du développement local ou de l’environnement, afin de mettre en place des mesures plus démocratiques ;
  • Miser sur une gestion territoriale des systèmes agricoles (penser aux interactions possibles entre les différents acteurs agricoles et alimentaires au sein d’une région donnée) ;
  • Soutenir l’agriculture familiale et de petite taille (avez-vous un fermier de famille ?) ;
  • Promouvoir le transfert horizontal des savoirs en mode « paysan à paysan » ;
  • Encourager les circuits courts en soutenant les marchés de proximité ou, par exemple, en rendant les produits biologiques et locaux obligatoires dans les institutions publiques comme les écoles, les établissements de santé, etc. ;
  • Mettre les pratiques agroécologiques au cœur des stratégies agricoles, de la recherche agricole et des programmes de formation et d’éducation (jetez un coup d’œil à notre nouveau projet FORMAGRO!) ;
  • Promouvoir, à l’aide de politiques publiques, l’agriculture biologique, les semences anciennes et indigènes et (encore une fois)… les circuits courts !
    photo-1464684979825-ad6f2811cef2
    Crédit-photo: Agence Producteurs Locaux Damien Kühn

Des initiatives inspirantes au Québec :

 Finalement, quand je réfléchis au Forum social mondial, je pense que le message principal qui émanait de l’événement était qu’individuellement, nous pouvons contribuer à mettre en œuvre ces solutions. Et justement, pour favoriser le partage d’actions pouvant être prises à l’échelle locale et humaine, SUCO met à votre disposition un générateur d’actions, pour vous inspirer ou pour que vous, vous puissiez inspirer la communauté qui a à cœur l’agroécologie !

Embarquerez-vous dans le mouvement ?