La belle histoire de Kelvin Montoya

 

À travers mon mandat de conseillère en commercialisation pour le projet PROGA-JOVENES au Nicaragua, j’ai pu durant ces derniers mois, accompagner quelques jeunes dans leur processus de démarrage de micro entreprises. Lors de mes visites sur le terrain, j’ai rencontré Kelvin Montoya, jeune entrepreneur de 21 ans, qui a commencé sa formation en agroécologie en 2011, lorsqu’il était alors âgé à peine de 17 ans. Jeune homme particulièrement dynamique et motivé, c’est avec succès que Kelvin a terminé non seulement son secondaire, mais aussi sa formation avec SUCO, en 2013. Pendant cette formation d’une durée de trois ans, il a pu apprendre différentes méthodes agroécologiques qu’il a pu appliquer sur la terre de ses parents. Lors de notre conversation, il m’avoue être très heureux de ses accomplissements personnels et professionnels suite à la formation dont il a bénéficié :

« Je suis très heureux, car le projet de SUCO a été pour moi d’une grande importance. Il a permis d’appuyer des familles qui ont peu de ressources dans l’élaboration de leur plan d’affaire et dans la production de la ferme. »

C’est durant sa dernière année de formation que Kelvin a eu l’idée de démarrer une micro entreprise de transformation et commercialisation de café dans le cadre de ses cours d’entrepreneuriat. Pourquoi le café? Tout simplement parce que c’est un produit qui se vend matin, midi et soir en hiver comme en été.

 

IMG_2162

 

En effet, le café se consomme énormément au Nicaragua. Avec ce produit, il n’y a aucun problème au niveau de la demande. Et c’est à partir de cette opportunité, une demande qui ne s’épuise jamais, que Kelvin a crée sa micro entreprise de café. C’est donc durant ses cours d’entrepreneuriat qu’il a appris à rédiger son plan d’affaire : il a évalué ses coûts et ses bénéfices,  effectué une analyse FODA (forces, faiblesses, opportunités et menaces),  étudié bien entendu la compétition, dessiné un plan de sa ferme et a ainsi complété  la cinquantaine de pages exigée par le programme afin de mettre en place sa micro entreprise de café. Par l’intermédiaire de ce projet, SUCO offre une subvention de 60% en  matériel afin d’aider les jeunes dans leur démarrage d’entreprise tandis qu’ une coopérative de microcrédit, partenaire de SUCO, complète le 40% de crédit du montant total que nécessite leurs projets d’entreprise.

« Le projet nous offre une opportunité et il ne faut pas la rater; il faut aller de l’avant, il faut être un modèle de réussite et en être fier. »

Ainsi, c’est avec cette opportunité financière que kelvin a pu démarrer petit à petit sa micro entreprise avec une production de 5 livres de café de manière hebdomadaire.  Aujourd’hui, presque 2 ans après, il produit près de 90 livres de café par semaine et emploie 4 personnes de sa communauté!

Je lui ai alors demandé s’il n’avait pas rencontré  quelques difficultés dans cette belle aventure. Il m’avoue qu’il a su, effectivement,  surmonter quelques obstacles  grâce à l’aide de sa famille et de l’appui des formateurs du projet. Il m’explique alors que le micro-crédit qu’il avait sollicité au tout début était insuffisant pour acheter la machine appelée tostadora (machine de torréfaction du café) et qu’il a dû emprunter de l’argent auprès d’un prêteur informel en plus d’accéder à l’aide financière de son père.

 

IMG_2139
Kelvin et sa machine de torrefaction

 

SUCO lui a également fourni un appui par l’intermédiaire des formateurs du projet qui lui ont demandé de planter 2000 semences de cacao sur sa terre. L’idée derrière tout cela?  Permettre aux étudiants de pratiquer certaines méthodes agroécologiques apprises en classe  dans la parcela-escuela (petit lopin de terre à cultiver lors des cours de pratique). Effectivement, c’est avec les bénéfices des plantes de cacao vendues à SUCO qu’il a pu compléter ses ressources financières afin d’acheter la tostadora dont il avait besoin pour démarrer son activité de transformation de café. Il a su ainsi démontrer un grand professionnalisme et un esprit entrepreneurial en liquidant ses dettes de crédit.  Aujourd’hui, il en est à son troisième crédit avec la coopérative Santiago qui lui permet d’assurer l’extension de sa micro entreprise avec l’agrandissement de la salle d’emballage qui lui sert également de bureau pour le moment.

 

IMG_2110
Salle d’emballage et bureau de Kelvin

 

Kelvin qui souhaite faire l’acquisition d’une autre machine qui lui permettra de transformer lui-même ses graines de café, espère aussi obtenir un numéro de registre qui est indispensable s’il veut commercialiser son produit dans les grandes surfaces commerciales avoisinantes , mais aussi pour l’exporter en Amérique centrale et au Japon.  Il conclut notre conversation en me confiant qu’en produisant du café de manière agroécologique, il souhaite être un exemple pour sa famille, ses amis ainsi que pour le reste de sa communauté.

 

IMG_2174
Kelvin et moi

 

Par Amira Beghdadi, conseillère en commercialisation ( programme PSIJ), Nicaragua

Le Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) est réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada accordé par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.