Les pâturages et le fromage libérateur

 

Article de Pascale Fecteau-Bourque
Conseillère en développement d’outils éducatifs et formation, Huari, Pérou

Le 15 octobre est la journée désignée pour réfléchir sur l’importance de la femme rurale, dans les pays développés certes, mais particulièrement dans les pays en développement. Je n’ai jamais douté de l’influence des femmes dans la société, mais mes expériences de coopération m’ont permis d’avoir une nouvelle perspective sur la question.

Depuis près d’un an et demi, je travaille avec Allpa, un des partenaires péruviens de SUCO. Pour Allpa, l’équité femme-homme est une préoccupation constante. Il est important de faciliter la participation des femmes dans tout le processus de développement parce qu’en raison, entre autres, de la séparation des tâches, elles sont souvent désavantagées. Le meilleur exemple de cela dans les communautés avec lesquelles nous travaillons est l’alimentation du bétail, qui repose sur les épaules des femmes. Elles doivent souvent marcher plusieurs heures par jour pour amener vaches et moutons dans les pâturages de la puna (prairies naturelles à plus de 3 800 m d’altitude) afin qu’ils puissent brouter les quelques brindilles d’herbes sauvages qui s’y trouvent. En plus de favoriser le surpâturage de la puna, cette pratique maintient les femmes dans leur position de vulnérabilité. Ces dernières consacrent donc beaucoup de temps à une activité plus ou moins productive, souvent aux dépens des soins aux enfants. De plus, il n’est pas rare de voir des fillettes s’occuper des animaux plutôt que d’aller à l’école.

HUARI-ABR2014-097
Photo : Carlos Ly

La promotion et l’accompagnement technique d’Allpa pour l’implantation de pâturages cultivés, près de la maison, constituent en quelque sorte une libération pour la femme. Celle-ci peut alors assurer une meilleure présence auprès de ses enfants et a davantage de temps à consacrer à d’autres activités. D’ailleurs, les pâturages cultivés, en plus d’être pratiques, sont plus nutritifs que les pâturages naturels. Cela fait en sorte que la production laitière des vaches s’améliore. Le lait est un aliment nutritif, bon pour toute la famille, mais également une possible source de revenus. Allpa profite donc de ce lait supplémentaire pour enseigner la fabrication de fromage dans les communautés. La majorité des personnes qui participent aux formations et qui se certifient sous la bannière Jallga Queso sont des femmes. Avec l’aide d’Allpa, elles prennent en charge la commercialisation de leur produit et contribuent ainsi à l’amélioration des revenus familiaux. 

HUARI-ABR2014-169
Photo : Carlos Ly

Des changements, tant dans l’attitude des femmes que dans celle des hommes, ont pu être observés suite à tout ce processus. Nos fromagères ont développé leur sens de l’entreprenariat et leur confiance en elles. Les maris s’impliquent dans l’entreprise et tentent de faciliter la tâche des épouses en leur procurant du matériel ou en les remplaçant certains jours. La fabrication de fromage n’est certainement pas la seule activité dans laquelle peut s’observer cette entraide entre les genres, mais elle illustre bien le travail pour l’équité femme-homme d’Allpa. La femme rurale est un élément stratégique dans le développement des pays du Sud et elle ne doit pas être négligée. En éliminant les obstacles qui ralentissent son émancipation, on ouvre la voie à un meilleur développement économique et social.