Les stagiaires de PROGA-Jeunes : un modèle de réussite pour les jeunes femmes du projet

 

Article de Virginie Journeau
Coordonnatrice régionale INATEC-PCG
Somoto, Nicaragua

Le projet de SUCO au Nicaragua, PROGA-Jeunes, comme son nom nous le laisse présager, travaille avec les jeunes Nicaraguayens et Nicaraguayennes âgés entre 15 et 30 ans. Dans ce pays où la population est composée majoritairement de jeunes, ces derniers font face à plusieurs problèmes, notamment l’accès à l’éducation et à un emploi rémunéré avec des conditions de travail équitables. En effet, c’est près de la moitié des jeunes qui sont sans emploi ou qui travaillent dans le secteur informel. La situation est encore plus difficile pour les femmes en raison des nombreuses barrières sociales.

NICA2015.juanitabomba.VirginieJourneau
Juanita (demoiselle avec la casquette rose) était une stagiaire et est maintenant facilitatrice pour le projet. Elle est ici au centre local de el Jocote afin de participer à l’installation d’une bombe MECATE pour approvisionner la parcelle école en eau ; crédit photo : Virginie Journeau

Afin d’aspirer à une vie prospère, les jeunes au Nicaragua doivent surmonter plusieurs difficultés. J’aimerais donc laisser la parole à deux jeunes femmes dont le travail passe souvent sous silence. En effet, dans chacun des quatre centres régionaux du projet PROGA-Jeunes, des stagiaires travaillent de manière rigoureuse et professionnelle. Au cours des quatre années de vie de ce projet, d’anciens stagiaires ont même eu la chance d’être embauchés en tant que membre de l’équipe. Ces jeunes universitaires contribuent grandement à la réussite de ce beau projet et sont, à mes yeux, des modèles de succès pour les jeunes qui suivent la formation de PROGA-Jeunes. Je vous invite donc à lire les témoignages de deux stagiaires qui sont des modèles positifs pour les jeunes femmes du Nicaragua.

Angelica Maria Larios Ortez, 22 ans, originaire de El Jicaro dans le département de Nueva Segovia. Technicienne en sciences de l’agronomie et d’élevage. Stagiaire depuis avril 2013 au centre régional de Jalapa.

NICA2015.ANGELICApasanteproga_VirginieJourneau
Angelica Maria Larios Ortez, stagiaire depuis avril 2013 au centre régional de Jalapa ; crédit photo : Virginie Journeau

Je suis actuellement aux études, les samedis, et le fait d’être stagiaire durant la semaine me permet d’acquérir de plus amples connaissances. De plus, mes compagnons de travail m’appuient dans mon travail et me font sentir comme faisant partie intégrante de l’équipe.

Ce projet est en soi une grande opportunité et plusieurs jeunes du projet aspirent à être eux aussi stagiaires. De plus, dans une des municipalités, nous avons un groupe composé uniquement de femmes, ce qui est très important parce que la plupart des gens pensent que les femmes ne peuvent pas tout faire. Mais en réalité, nous pouvons réussir, peu importe notre âge, notre taille, si nous avons le désir, nous pouvons tout accomplir. »

Mirian de Los Angeles Rivas Ponce, 20 ans, originaire de San Lucas, Madriz. Stagiaire depuis juin 2014 en égalité hommes-femmes au centre de INPHRU, Somoto.

NICA2015-miriannepasanteproga.VirginieJourneau
Mirian de Los Angeles Rivas Ponce, stagiaire depuis juin 2014 en égalité hommes-femmes au centre de INPHRU, Somoto ; crédit photo : Virginie Journeau

« Mon rôle en tant que stagiaire en égalité hommes-femmes est de réviser les cours en lien avec ce thème, d’accompagner l’équipe dans les suivis techniques et dans les cours. J’ai même eu l’occasion de donner moi-même des classes. Chaque fois que je me retrouve sur le terrain, je tombe encore plus en amour avec la carrière que j’ai choisie. Les bénéfices professionnels de ce stage sont de connaître les différentes situations vécues par les personnes dans les communautés. Ces expériences me permettent d’intervenir et d’être ainsi un agent de changement et d’apprendre chaque jour à donner le meilleur de moi-même.

Le fait de travailler avec les jeunes dans les communautés rurales est très important parce que c’est la meilleure manière de promouvoir le changement chez ces derniers. PROGA-Jeunes rejoint de nombreux jeunes qui habitent dans des communautés éloignées et permet de développer leur qualité de vie en leur donnant les divers outils pour notamment augmenter leur confiance en soi et mieux communiquer. »