Ndiokio!

 

Un article de Bernadette Bisson et Émilie Blouin Verroeulst
Stagiaires QSF, Gatte, Sénégal

C’est déjà le mois de juillet et nous voilà à l’aube de la mi-stage. Dans quelques jours, nous partirons pour le Sine Saloum afin de nous faire griller « on dik » (un peu), mais surtout pour revenir sur les objectifs de notre projet et sur notre dynamique de groupe. Néanmoins, notre insertion dans ce milieu si différent du Canada a été si facile et si rapide que cela nous incite à savourer chaque moment au village. C’est pourquoi nous nous reposerons dans l’espérance de revenir et de terminer sur une belle note.

Dame du Sénégal
Crédit photo de Bernadette Bisson

 

Pour les personnes curieuses qui s’intéressaient au petit jardin de l’école Gatte III, nous y sommes retournés pour y installer une clôture résistante aux chèvres qui sont très gourmandes et qui déambulent un peu partout dans les rues. Nous en avons aussi profité pour agrandir le périmètre qui sera cultivé. Dans ce dernier, les enfants ont mis la main à la pâte dans le creusage d’une fosse à compost. Celle-ci est dédiée à leur montrer l’importance de cette or brun dans la croissance des plantes. Outre le travail, le corps professoral nous a surpris en saisissant cette occasion pour nous remettre des diplômes honorifiques. C’est leur façon de nous dire merci pour le temps investi pour intéresser les enfants dès leur plus jeune âge à l’agriculture durable.

Nous avons participé à la fête soulignant le début du ramadan, qui a eu lieu le 17 juin. Les femmes et les hommes étaient sur leur 36. Les messieurs portaient un boubou, sorte de grande tunique ainsi que des pantalons flottants, sans oublier un petit chapeau sur leur tête. Les dames portaient le voile et un incroyable maquillage pour certaines. Nous avons accepté de bonne foi de participer à la fête et de se vêtir nous aussi avec les vêtements traditionnels. Nos familles d’accueil ont eu la gentillesse de nous endimancher de leurs plus beaux atouts. À notre grande surprise, nous étions tous et toutes leurs invités d’honneurs, et nous avons pu partager le repas avec le Marabout de Gatte, et son propre Marabout, chez qui la fête se donnait. Le courageux Mame Balla Sall (Félix Lachance) a osé se lever devant une foule de quelques centaines de personnes pour danser au son des tambours. Après avoir brisé la glace, nous nous sommes tous et toutes levés pour le suivre, et les fous rires ont éclaté. Le lendemain, nous avons su que le village a incontestablement apprécié ce geste d’ouverture d’esprit.

Nous avons eu une fin de semaine de congé à Dakar dans le but de nous récompenser de nos efforts et de notre constance depuis le début de cette aventure. Nous avions une destination, le Lac Rose. Cette étendue d’eau gorgée de microorganismes rares nous a bien fait rire puisque nous flottions comme si nous étions des bouées de sauvetage. Le guide nous a juré que personne n’avait réussi l’exploit de se noyer dans ce lac! Pour certains, ce fut une journée significative, car ils ont pu réaliser leur rêve de faire un tour à dos de dromadaire.

Pour en revenir à nos chèvres, le très aimable Abdou Diouf nous a invité à visiter un jardin maraîcher collectif dans le village voisin d’une grosseur de 15 hectares, où il travaille en tant que superviseur. Cette matinée s’est avérée instructive et inspirante pour notre projet. Merci à Agnès de nous avoir aidé à éclaircir les dialogues avec les paysans!

Ceci est une fenêtre sur les nombreux moments qui ont fait partie de notre projet. Nous n’avons pas encore enterré la hache de guerre avec les termites. Les recherches du côté bio, qui montrent toujours de nouvelles pistes, encouragent nos troupes à ne pas abandonner le combat contre l’ennemi. Nous n’allons pas partir sans leur faire connaitre notre cheval de Troie (maudites termites!). De fourmillants périples sont encore à venir, même si nos attentes dans plusieurs domaines sont déjà entièrement comblées!