Projet QSF au Sénégal : L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques

 

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du programme Québec sans Frontières (QSF) par les participants de la cohorte 2018-2019 au Sénégal : Karine Brière, Vanessa Damiani, Félix Garneau, Helga Ordonez Leon, Marie Jeanne Sidibé et Sandrine Terrault. Le groupe est accompagné par Josiane Yimbou.

 

Dans le cadre du projet QSF « L’aquaponie pour s’adapter aux changements climatiques » au Sénégal, cet été 2019, dans la ville de Thiès au Sénégal, nous avons comme mandat d’accompagner Le Centre d’Écoute et d’Encadrement pour le Développement Durable (CEEDD) pour l’installation d’un système aquaponique expérimental et aussi de participer à la diffusion de savoirs en lien avec l’agroécologie et l’aquaponie, aux femmes relais du CEEDD. L’objectif étant de renforcer leurs capacités dans le but de faciliter leur adaptation et leur résilience aux changements climatiques dans leur communauté.

Rencontre entre les femmes relais du CEEDD et les participant·e·s QSF (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les changements climatiques et la désertification

Dans le contexte actuel auquel nous faisons face mondialement, le besoin d’appliquer des méthodes agronomes plus économes en eau se fait sentir au Sénégal, et ce, en réaction à de multiples facteurs. La saison des pluies se fait de plus en plus courte : ses pluies sont plus intensifiées, mais réduites en durée : ainsi, les différents végétaux sont beaucoup moins irrigués. L’arrivée de cette saison se faisant plus tardive, les mois d’avril à juillet deviennent de plus en plus rudes d’années en années pour l’agriculture dans la région de Thiès. De plus, les températures très élevées de la région affectent l’irrigation des plantes, puisque l’évaporation des sols diminue la capacité d’absorption des terres. L’eau est alors moins retenue dans les sols et les racines des plantes sont moins bien hydratées. Or, ce phénomène se répète, ce qui amplifie et répand la désertification dans le pays, qui se situe déjà dans la zone désertique du continent africain.

C’est pourquoi les ateliers dans le cadre de ce projet visent à informer notamment sur des méthodes qui rentabilisent l’utilisation de l’eau pour combler les besoins d’irrigation. En partageant des connaissances et en renforçant les notions en agriculture des femmes de la communauté de Thiès, elles deviendront mieux outillées pour répondre à leurs besoins agricoles en tenant compte de cette réalité.

L’autonomisation des femmes : un enjeu plus pressant que jamais

Dans cette communauté, comme dans la plupart des zones rurales des pays en voie de développement, nous avons pu observer qu’en plus de l’approvisionnement en alimentation (achat alimentaire, culture maraîchère, cuisiner, élevage d’animaux, etc.) et en eau (s’assurer de combler les besoins en eau au quotidien pour la famille), les femmes s’occupent de l’entretien de la maison, de l’éducation des enfants, de l’organisation familiale, etc.

Avec les changements climatiques, au cours desquels la souveraineté alimentaire ainsi que la gestion de l’eau se complexifient continuellement, l’autonomisation des femmes devient un enjeu plus pressant que jamais.

Ces inégalités persistantes, en termes de répartition des tâches, mettent les femmes dans une position de vulnérabilité, car elles assument toutes ces charges sans pour autant être incluses dans le cadre décisionnel de la maison comme de la société. Pourtant, ce sont elles qui possèdent les savoirs sur le terrain en ce qui a trait aux répercussions des changements climatiques et qui bénéficieraient de méthodes alternatives pour palier à ces changements.

Partage de connaissances entre les participant·e·s QSF et les femmes relais du CEEDD (crédit photo : SUCO-QSF Sénégal 2019)

Les femmes : premières victimes des changements climatiques

Dans une autre optique, il est intéressant de souligner que les projets touchant le développement durable dans les pays en voie de développement sont majoritairement entrepris par les femmes, or le financement de tels programmes manque cruellement. Selon Alexandre Shield (Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques, 2017), « le financement de projets traitant à la fois des femmes et des changements climatiques ne représente que 0,01 % des financements mondiaux ». Il est ironique de constater que malgré l’amplification de ces bouleversements environnementaux, le support financier accompagnant ces programmes menés par les femmes n’est pas bonifié. Cependant, toute la société bénéficierait de ce type de subvention.

Dans la continuité de cette réflexion, quelques mesures peuvent être prises pour soutenir l’autonomisation des femmes dans un contexte de développement durable. D’abord, inclure les femmes dans les processus décisionnels; ensuite, supporter davantage économiquement leurs initiatives; enfin, rééquilibrer la répartition des tâches domestiques.

Référence

Alexandre Shield. 2017. « Les femmes sont les premières victimes des changements climatiques ». Le Devoir. En ligne : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/515222/les-femmes-premieres-victimes-des-bouleversements-climatiques (page consultée le 7 juillet 2019).


À propos du programme Québec sans frontières

Par l’entremise du programme de stage international Québec sans frontières (QSF), SUCO permet aux Québécoises et Québécois ayant entre 18 et 35 ans de vivre une expérience d’initiation à la solidarité internationale. Ce programme est financé par la Direction du développement international du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) et coordonné par l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)Les stagiaires réalisent en groupe une immersion interculturelle unique en son genre d’une durée de 70 jours, au sein d’une communauté en Afrique de l’Ouest ou en Amérique latine.

En savoir plus sur le programme QSF »

Renseignements supplémentaires :

Marylène Leduc
Adjointe à la programmation, coopération volontaire et stages
maryleneleduc@suco.org
514 272-3019, poste 229