L’agriculture à Intibucá au Honduras : Entre machete y azadón

 

La machette (machete) et la houe (azadón) sont les deux outils agricoles les plus utilisés par les agricultrices et les agriculteurs de la région d’Intibucá, située à l’ouest du Honduras, en Amérique centrale. Il s’agit de la région la plus élevée du pays (1700 mètres), et par le fait même, la plus « froide ». Les principales cultures sont le maïs, les haricots et la patate, contrairement à d’autres régions plus chaudes ou le café, la banane et les palmiers (huile de palme) sont cultivés.

cassandre 2

 

En moyenne, la superficie cultivée par une famille agricole est de 0,72 hectares. À titre comparatif, la superficie moyenne d’une ferme au Québec est d’environ 115 hectares. Tout le travail, du semis jusqu’à la récolte, est réalisé à la main. Beaucoup de familles agricoles vivent dans un état de pauvreté extrême. En effet, 77% de la population vit avec environ 60 $ par mois, c’est-à-dire environ 720 $ par année. Cela va sans dire que dans cette situation, il est plutôt difficile pour les agricultrices et les agriculteurs d’investir dans leur entreprise. D’où la présence de plusieurs organisations non-gouvernementales (ONG) sur le terrain travaillant à combattre l’insécurité alimentaire pour ces familles. Les principaux défis rencontrés pour le développement des communautés est l’absence d’investissement et de développement économique, le manque de services publics de base tel que l’eau ou l’électricité, le faible niveau d’éducation de la population et la topographie très accidentée qui rend l’accès difficile à certaines communautés. Imaginez le casse-tête de la mise en marché des produits agricoles lorsque le point de vente le plus proche est à une journée de marche!

 

cassandre 1

 

 

AMIR (Asociación de Mujeres Intibucanas Renovadas) est une association locale de femmes indigènes qui travaille en appui à l’amélioration du niveau de vie pour des familles agricoles de ses membres. L’association élabore des projets touchant les droits humains et l’égalité homme-femme, l’éducation et la formation, le développement entrepreneurial et la commercialisation ainsi que la sécurité alimentaire. Les projets de SUCO avec AMIR ont touchés jusqu’à maintenant la nutrition et l’agroécologie. Présentement, l’un des projets terrain d’AMIR auquel SUCO prend part est la mise en place et le soutien de 28 fermes familiales intégrales et de 2 fermes modèles. L’objectif des fermes familiales intégrales est d’appuyer la famille dans la diversification de la production agricole en fournissant un support technique et matériel pour la production, par exemple, de légumes (carottes, radis, tomates, etc.) et de fruits (pêches, agrumes, cerises, etc.). Cela permet à la famille de diversifier son alimentation et ses sources de revenus, tout en répartissant les risques en cas de problèmes dans une production en particulier. L’objectif des 2 fermes modèles est semblable à celui des fermes familiales intégrales par rapport à la diversification de la production agricole mais comporte également un volet éducatif. Elles font l’objet d’un suivi plus serré de la part de l’équipe agricole de AMIR et de la volontaire de SUCO afin d’en faire un lieu de démonstration pour les autres familles agricoles, où des ateliers et des formations y sont organisées par exemple. Les 2 fermes modèles possèdent chacune un petit pavillon éducatif dédié spécifiquement à recevoir les gens lors des formations. SUCO s’implique également auprès d’AMIR dans un projet d’accès à l’eau pour les agricultrices et les agriculteurs. En effet, il s’agit de construire des réservoirs de conservation d’eau permettant aux familles agricoles d’arroser les cultures durant les périodes les plus sèches. Jusqu’à maintenant, 5 réservoirs ont été construits, sur un total de 6, pour les participantes d’un projet de production de tomates en conditions semi-contrôlée.

 

cassandre 3

 

En définitive, à l’aide de leur machete ou de leur azadón, et principalement de leur motivation et de leur détermination, les familles agricoles d’Intibucá sociétaires d’AMIR, n’ont pas froid aux yeux (car réellement il fait parfois très froid dans la région la plus élevée du pays!) pour travailler sans relâche et faire de leur milieu de vie un endroit un peu plus confortable, un défi à la fois.

 

Par Cassandre Hervieux Gaudreau, volontaire de SUCO au Honduras

 

Pour connaître les actions de SUCO au Honduras, consultez notre page pays !