Ouragan Irma : SUCO prête à répondre aux besoins des populations

 

Communiqué Pour diffusion immédiate

Montréal, le 7 septembre 2017 – Fortes de l’expérience apprise lors du passage dévastateur de l’ouragan Matthew, les équipes de SUCO sont prêtes à poursuivre leur travail d’accompagnement des populations pour relancer l’agriculture et assurer l’accès aux aliments après le passage appréhendé d’Irma, plus puissant ouragan jamais observé dans l’océan Atlantique.

Les volontaires et les partenaires locaux de l’organisation canadienne de coopération internationale SUCO ont reçu des consignes de sécurité devant l’arrivée imminente de l’ouragan Irma, de force 5, qui touchera surtout le nord du pays.

Les leçons apprises de l’ouragan Matthew 

Avec l’étendue des dégâts survenus en 2016 dans le sud d’Haïti, il fallait vite rétablir les terres agricoles endommagées, livrer des semences, restaurer l’irrigation et les jardins maraîchers. SUCO avait reçu un financement du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec et des dons du public qui lui ont permis d’assurer la sécurité alimentaire des familles de la commune de Marigot en plus de fournir des aliments à la population environnante grâce à la vente des excédents de production sur les marchés locaux.

« D’autres organisations s’occupent de distribuer l’eau et les vivres dans les premiers jours. Mais l’expertise de SUCO, c’est la relance agricole. Après Matthew, dès que les conditions l’ont permis, les populations se sont mobilisées et ont fait un constat des dégâts. Elles ont contacté SUCO, ce qui nous a permis, cinq jours plus tard, de mettre en place des actions pour relancer l’agriculture », souligne Michel Sanfaçon, chargé de programme Haïti pour SUCO.

 

En plus, à travers un programme de formation et de sensibilisation à de saines habitudes alimentaires, SUCO a contribué à une meilleure alimentation et hygiène de la population. « Avec le contenu et les outils d’animation d’un guide alimentaire produit par SUCO en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la Population en Haïti, des activités de sensibilisation à l’hygiène de base et la nutrition ont été réalisées et ont permis de diminuer les risques de propagation du choléra dans la commune de Marigot », ajoute Michel Sanfaçon, chargé de programme Haïti pour SUCO.

 

SUCO est une organisation canadienne de coopération internationale fondée en 1961. SUCO travaille avec des communautés rurales en Haïti depuis 2001 pour appuyer la production agricole, la transformation de matières premières et la commercialisation des produits alimentaires dans le but de rendre les populations autonomes et d’assurer la sécurité alimentaire. Ses outils, méthodes et stratégies d’intervention ont comme objectif de mobiliser les membres des associations paysannes partenaires autour d’actions concertées pour le développement et le renforcement de leurs capacités d’agir et d’améliorer leurs conditions de vie.

 

Les zones d’intervention de SUCO en Haïti couvrent le département de l’Artibonite, le département du Sud-Est, le département du Sud et le département de l’Ouest.

 

Renseignements :
Mélissa Cabana
Chargée des relations externes
SUCO
Tél. : 514 272-3019 poste 225
Cell. : 514 349-4297
melissacabana@suco.org

 

 


Pour une gestion durable de l’eau

 

Journée mondiale de l’eau (22 mars)

 

C’est en 1993 que la Journée mondiale de l’eau a eu lieu pour la première fois. Vingt-quatre ans plus tard, l’eau est-elle une ressource mieux protégée ? Avons-nous plus conscience collectivement de son importance ? Probablement que la réponse est oui mais…

L’eau, une ressource essentielle menacée par les effets des changements climatiques

Aujourd’hui, il y a encore des millions de personnes qui n’ont pas accès à une source d’eau potable de qualité et à des installations sanitaires adéquates. De plus, on constate que les changements climatiques ont des répercussions importantes sur des populations entières. La contamination des eaux de surface et souterraines, les périodes de sécheresse prolongées et les inondations de plus en plus fréquentes ont comme effet d’affecter les cultures, de fragiliser les écosystèmes, en plus de précariser la santé de millions de personnes, de menacer la sécurité alimentaire des populations d’une dizaine de pays et de faire des victimes par milliers chaque année.

«2,6 milliards de personnes ont eu accès à des sources améliorées d’eau potable depuis 1990, mais 663 millions de personnes en sont encore privées.» (Source : Nations Unies)

17389202_650043771854947_2869651431853656317_o

Un réservoir d’eau fabriqué avec l’appui de nos volontaires au Honduras

Les objectifs de développement durable (ODD)

L’eau est inévitablement liée aux changements climatiques, à l’agriculture, à la santé, à la sécurité alimentaire des populations et à l’équilibre des écosystèmes. Un nouvel agenda mondial a été adopté lors du Sommet des Nations Unies sur le développement durable en septembre 2015. L’eau a gagné une place plus importante et apparaît à présent comme l’un des 17 objectifs de développement durable (ODD). Ainsi, l’objectif 6 vise à «garantir l’accès à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ».

El Machete Verde, un guide de formation paysanne

Le 28 février dernier au Nicaragua, SUCO a lancé la troisième édition du Machete Verde, un guide de formation paysanne sur la gestion durable de la ferme. À travers 18 fascicules, ce guide présente diverses techniques agroécologiques adaptées aux réalités des producteurs et productrices et leur permettant de mieux s’adapter aux effets des changements climatiques. Un fascicule complet du guide est dédié à la cueillette et au bon usage de l’eau (Cosecha y buen uso del agua), parce que l’eau est une ressource essentielle pour pratiquer une agriculture durable et pour assurer la sécurité alimentaire des familles.

 

El Machete Verde

El Machete Verde

Des solutions durables

SUCO s’est résolument engagée à protéger et à favoriser une meilleure utilisation de l’eau. Par ses projets d’assainissement, d’accès à des installations sanitaires pour les familles, d’infrastructures favorisant une irrigation rationnelle et adéquate des cultures, SUCO accompagne les populations et les organisations d’Amérique centrale et du Sud, d’Haïti et d’Afrique de l’Ouest pour trouver des solutions durables aux défis que pose la gestion de cette ressource essentielle, mais aussi fragile et très limitée.


Un appui d’une extrême importance pour éviter une crise alimentaire en Haïti

 

SUCO reçoit l’appui financier du ministère des
Relations internationales et de la Francophonie du Québec

Avec l’appui financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, SUCO pourra assurer la sécurité alimentaire de 3 000 personnes, c’est-à-dire 600 familles vivant dans le sud-est du pays. Ces actions consisteront à réhabiliter les structures de protection des sols, les routes agricoles et les jardins maraîchers afin d’assurer l’accès à des aliments de qualité et en quantité suffisante aux populations touchées.

Sauver la saison agricole en cours pour éviter une grave crise alimentaire

L’ouragan Matthew, le plus puissant à avoir frappé les Caraïbes dans les dix dernières années, a touché très durement l’agriculture dans le sud d’Haïti, l’un des pays les plus vulnérables sur le plan de l’insécurité alimentaire. Il est donc urgent d’intervenir pour sauver la saison agricole en cours. Attendre la prochaine saison en mars 2017 pour restaurer l’agriculture risque d’engendrer une pénurie d’aliments, de provoquer une grave crise alimentaire et d’accroître la dépendance des populations à l’aide extérieure.

Mobiliser les communautés pour assurer la sécurité alimentaire

Les équipes terrain de SUCO et son partenaire local Cercle Divers ont les capacités de mobiliser les équipes de professionnels et les membres des associations paysannes des sections communales, déjà appuyées, autour d’actions pour restaurer l’agriculture.

Le projet permettra d’assurer la sécurité alimentaire des familles de la commune de Marigot en plus de fournir des aliments à la population environnante via la vente des excédents de production sur les marchés locaux.

Les liens essentiels et nécessaires entre l’agriculture et l’alimentation se feront à travers un programme de formation et de sensibilisation à de saines habitudes alimentaires.

« Avec le contenu et les outils d’animation d’un guide alimentaire que SUCO a produit en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la Population en Haïti, des activités de sensibilisation à l’hygiène de base et la nutrition seront réalisées et permettront de diminuer les risques de propagation du choléra dans la commune de Marigot », souligne Michel Sanfaçon, chargé de programme Haïti pour SUCO.

SUCO travaille avec des communautés rurales en Haïti depuis 2001 pour appuyer la production agricole, la transformation de matières premières et la commercialisation des produits alimentaires.

Il reste toutefois encore beaucoup de travail à faire et les dons du public sont toujours utiles pour aider encore plus de familles.


À propos de :

SUCO est un organisme canadien de coopération internationales fondé en 1961, qui a pour mission d’améliorer les conditions sociales, économiques et environnementales dans les pays en développement. Elle rassemble des personnes pour mettre en commun des savoirs et des ressources en vue de renforcer leur capacité d’action et celle de leur collectivité.

Renseignements :
Mélissa Cabana, chargée des relations externes, SUCO
Tél. : 514 272-3019 poste 225 / Cell. : 514-349-4297 / Courriel : melissacabana@suco.org


Ouragan Matthew : sauvons la saison agricole en cours !

 

Évitons une grave crise alimentaire en Haïti

L’ouragan Matthew, le plus puissant à avoir frappé les Caraïbes en près de dix ans, a touché très durement le sud d’Haïti, l’un des pays les plus vulnérables sur le plan de l’insécurité alimentaire. Cet ouragan a causé d’énormes dégâts, notamment sur l’agriculture.

Il est urgent d’intervenir pour sauver la saison agricole en cours. Attendre la prochaine saison en mars 2017 pour restaurer l’agriculture risque d’engendrer une pénurie d’aliments et de provoquer une grave crise alimentaire.

5008852_6_5a02_un-enfant-transporte-un-saut-d-eau-potable-a_011ba4cf6b062e9960513dffb6786b01

Dans le Sud-Est, les jardins maraîchers des familles de la commune de Marigot sont très endommagés et les récoltes perdues. Dans les prochaines semaines, il faudra :

  • rétablir les terres agricoles endommagées;
  • nettoyer et/ou restaurer les infrastructures d’irrigation au besoin;
  • assurer la livraison et le remplacement des semences après évaluation;
  • appuyer la production agricole locale, restaurer les jardins maraîchers pour assurer aux populations touchées l’accès à des aliments de qualité en quantité suffisante.

Nos équipes terrain et notre partenaire local Cercle Divers ont les capacités de mobiliser les équipes de professionnels et les 1 500 personnes des trois communautés rurales appuyées par nos projets autour d’actions concertées pour restaurer l’agriculture fortement affectée. Nous étendrons nos actions avec trois associations avoisinantes, représentant 2 000 personnes, avec lesquelles nous avons travaillé précédemment. Grâce à notre expertise et à votre générosité, nous pouvons éviter que 69 000 habitants de la commune de Marigot se retrouvent en pénurie d’aliments nutritifs.

Nous désirons nous engager dans ces actions le plus rapidement possible, mais avons besoin de ressources financières pour le faire. C’est pourquoi votre contribution est cruciale pour sauver la saison agricole en cours et assurer la sécurité alimentaire des communautés haïtiennes avec lesquelles nous travaillerons, pour les mois à venir.

 

SUCO travaille avec des communautés rurales en Haïti depuis 2001 pour appuyer la production agricole, la transformation de matières premières et la commercialisation des produits alimentaires.

 


SUCO au Forum social mondial

 

SUCO au Forum Social Mondial (FSM)
– 9 au 14 août 2016 à Montréal –

Près d’une dizaine d’ateliers et d’activités de mobilisation seront organisées par SUCO  les 10, 11 et 12 août prochain dans le cadre du Forum social mondial (FSM).

On a besoin de bénévoles !

L’équipe de SUCO cherche des bénévoles pour  l’appuyer sur différents fronts pendant le FSM :

  • tenue de kiosques
  • organisation d’ateliers
  • animation de notre Espace solidarité internationale qui se tiendra au pavillon PK de l’UQÀM (201 rue président Kennedy, métro Place des arts)

 

Si vous devenez bénévole, SUCO OFFRE L'INSCRIPTION !
Les personnes intéressées se verront offrir l’inscription par SUCO pour toute la durée de l’événement, leur permettant de participer à des centaines d’activités ! Merci de manifester votre intérêt par courriel d’ici le 15 juillet à l’intention de Yasmina Britel, agente de programme à l’engagement du public: yasminabritel@suco.org

 

Joignez-vous à SUCO pendant le FSM ! Posez un geste qui compte !

Consultez notre liste d’activités

Allons voir là-bas si j’y suis ! et Les femmes au cœur des solutions sur les changements climatiques
Atelier de théâtre-forum en collaboration avec Mise au jeu

La coopération volontaire : comment ça marche et qu’est-ce que ça donne
Table ronde et conférence-plénière présentée par Cuso International, le CECI, Oxfam-Québec et SUCO

Projection du film « Les liberterres » au parc Laurier – 10 août 2016
Présenté par Funambules Médias en collaboration avec SUCO et le Crapaud dans le cadre de Cinéma sous les étoiles

Exposition de photos « Les pieds sur terre »

La jeunesse est dans le pré – conférence
Présenté par SUCO, USC Canada et l’Union Paysanne

Discutons souveraineté alimentaire et opportunités politiques
– atelier de discussion
Présenté par Food Secure Canada | Réseau pour une alimentation durable, Développement et Paix, La Via Campesina, l’Union Paysanne, USC Canada, CIDSE et SUCO

L’agroécologie au service de la planète – atelier
Présenté par SUCO, Développement et Paix, USC Canada

 


Entregent d’affaires au Sénégal

 

À la rencontre d’un pays rempli de persévérance et de sagesse !

Je suis une femme de 34 ans, mère de trois enfants, entrepreneure et productrice maraîchère depuis près de 4 ans. J’ai également exercé le métier d’agronome en tant que conseillère en agroenvironnement pendant plus de 10 ans. J’ai donc eu le plaisir d’accompagner pendant deux semaines, des Sénégalaises vivant une réalité bien différente de la mienne dans la production maraîchère et l’entrepreneuriat, via un projet de paniers bio.

Crédit-photo: Oussmane Bassoum
Crédit-photo: Oussmane Bassoum

 

Du diagnostic aux pistes de solutions

Mon mandat qui se divisait en deux parties m’aura permis de mieux comprendre la réalité et les défis vécus chaque jour au Sénégal.  En particulier lors de mon séjour dans un village paysan situé à Koulouck, où des femmes persévérantes et fières cultivent des légumes en régie écologique sans pesticides, ni engrais chimiques de synthèse.  J’ai constaté que la dynamique et le mode de vie dans les villages paysans sont très différents de ceux vécus en ville.  Les traditions et la proximité des maisons et des familles se comparent à un mode de vie en communauté où la solidarité et les discussions animées font partie du quotidien.  Il est génial de constater que les femmes vivant de l’agriculture mettent beaucoup d’efforts et qu’elles sont ouvertes et intéressées à effectuer des changements et à apprendre de nouvelles techniques et méthodes en culture maraîchère.  En compagnie des femmes du village, j’ai pu poser un diagnostic concernant les problématiques observées et vécues et ainsi proposer des pistes de solutions.  À cet effet, j’ai pu enseigner concrètement aux femmes la technique de greffage afin de diminuer les effets néfastes des nématodes, un ravageur qui vit dans le sol et qui s’attaque aux racines dans la tomate et l’aubergine, afin de permettre d’obtenir une récolte.

IMG_4107
Crédit-photo: Ndeye Coumba Diéye.

Accompagner des femmes dans un projet de paniers biologiques

La seconde partie de mon mandat était d’observer, d’étudier et d’accompagner les femmes de Nat-Bi dans leur projet de paniers bio. Un bon bout de chemin était déjà fait lors de mon arrivée grâce au volontaire de SUCO déjà sur place. J’ai donc pu proposer des éléments qui allaient améliorer la gestion de l’approvisionnement et du suivi du budget hebdomadaire via des tables Excel.  Aussi, j’ai témoigné de mon expérience de production de légumes et de production de paniers bio avec ma ferme, « Les Jardins bio du Solstice » au Québec.  J’ai pu partager certains éléments dans la réussite de mon entreprise tels que le service et l’approche de la clientèle, la gestion du contenu des paniers, le suivi des paiements et l’utilisation des réseaux sociaux pour la promotion des paniers.  Les femmes responsables de ce projet ont pu, à mon grand bonheur, le mener à terme et effectuer avec succès leur première livraison de paniers juste avant mon départ.

 

IMG_4478
Crédit-photo: Félix Beaudet

 

Créativité et débrouillardise

Les femmes du village m’ont enseignée quelques traditions africaines que j’ai pu mettre en pratique lors de mon séjour auprès d’elles.  Cette immersion dans la vie et la réalité de tous les jours vécue par ces africaines m’a ouvert l’esprit sur un mode de vie simple souvent observé dans les pays en voie de développement. Plusieurs réflexions et questionnements me sont venus à l’esprit.  Ce cheminement personnel et professionnel laissera des traces dans ma façon d’être et j’en suis très heureuse.  Les Africains et les Africaines sont débrouillards et inventifs, ce qui a suscité beaucoup d’intérêt et d’admiration chez moi. Par exemple, malgré la presqu’inexistence d’un système de gestion des déchets, les gens recyclent beaucoup le matériel et trouvent souvent une multitude d’utilités post-consommation aux déchets leur donnant ainsi une deuxième, voire une troisième vie, comme c’est le cas des bouteilles,des sacs de plastique et des boîtes de conserve.

Bien que la durée du mandat fut courte, je suis fière d’avoir pu poser des diagnostics et dresser un portrait de la situation.  J’ai beaucoup apprécié les échanges culturels, cuisiner avec les femmes et discuter avec les gens que je rencontrais lorsque je sortais marcher dans la ville de Thiès. Cette expérience hors du commun m’aura permis de sortir de ma zone de confort et d’élargir ma vision et ma compréhension de la culture au Sénégal.  Je recommanderais cette belle expérience  du programme Entregent d’affaires à quiconque désire vivre et échanger avec des gens exceptionnels.  La sagesse et la persévérance des Sénégalais et des Sénégalaises font d’eux un peuple remarquable avec des valeurs humaines d’entraide bien ancrées dans leur façon d’être.

 

Par Valérie Campeau, conseillère en agroenvironnement, programme Entregent d’affaires, Sénégal

 


L’agriculture à Intibucá au Honduras : Entre machete y azadón

 

La machette (machete) et la houe (azadón) sont les deux outils agricoles les plus utilisés par les agricultrices et les agriculteurs de la région d’Intibucá, située à l’ouest du Honduras, en Amérique centrale. Il s’agit de la région la plus élevée du pays (1700 mètres), et par le fait même, la plus « froide ». Les principales cultures sont le maïs, les haricots et la patate, contrairement à d’autres régions plus chaudes ou le café, la banane et les palmiers (huile de palme) sont cultivés.

cassandre 2

 

En moyenne, la superficie cultivée par une famille agricole est de 0,72 hectares. À titre comparatif, la superficie moyenne d’une ferme au Québec est d’environ 115 hectares. Tout le travail, du semis jusqu’à la récolte, est réalisé à la main. Beaucoup de familles agricoles vivent dans un état de pauvreté extrême. En effet, 77% de la population vit avec environ 60 $ par mois, c’est-à-dire environ 720 $ par année. Cela va sans dire que dans cette situation, il est plutôt difficile pour les agricultrices et les agriculteurs d’investir dans leur entreprise. D’où la présence de plusieurs organisations non-gouvernementales (ONG) sur le terrain travaillant à combattre l’insécurité alimentaire pour ces familles. Les principaux défis rencontrés pour le développement des communautés est l’absence d’investissement et de développement économique, le manque de services publics de base tel que l’eau ou l’électricité, le faible niveau d’éducation de la population et la topographie très accidentée qui rend l’accès difficile à certaines communautés. Imaginez le casse-tête de la mise en marché des produits agricoles lorsque le point de vente le plus proche est à une journée de marche!

 

cassandre 1

 

 

AMIR (Asociación de Mujeres Intibucanas Renovadas) est une association locale de femmes indigènes qui travaille en appui à l’amélioration du niveau de vie pour des familles agricoles de ses membres. L’association élabore des projets touchant les droits humains et l’égalité homme-femme, l’éducation et la formation, le développement entrepreneurial et la commercialisation ainsi que la sécurité alimentaire. Les projets de SUCO avec AMIR ont touchés jusqu’à maintenant la nutrition et l’agroécologie. Présentement, l’un des projets terrain d’AMIR auquel SUCO prend part est la mise en place et le soutien de 28 fermes familiales intégrales et de 2 fermes modèles. L’objectif des fermes familiales intégrales est d’appuyer la famille dans la diversification de la production agricole en fournissant un support technique et matériel pour la production, par exemple, de légumes (carottes, radis, tomates, etc.) et de fruits (pêches, agrumes, cerises, etc.). Cela permet à la famille de diversifier son alimentation et ses sources de revenus, tout en répartissant les risques en cas de problèmes dans une production en particulier. L’objectif des 2 fermes modèles est semblable à celui des fermes familiales intégrales par rapport à la diversification de la production agricole mais comporte également un volet éducatif. Elles font l’objet d’un suivi plus serré de la part de l’équipe agricole de AMIR et de la volontaire de SUCO afin d’en faire un lieu de démonstration pour les autres familles agricoles, où des ateliers et des formations y sont organisées par exemple. Les 2 fermes modèles possèdent chacune un petit pavillon éducatif dédié spécifiquement à recevoir les gens lors des formations. SUCO s’implique également auprès d’AMIR dans un projet d’accès à l’eau pour les agricultrices et les agriculteurs. En effet, il s’agit de construire des réservoirs de conservation d’eau permettant aux familles agricoles d’arroser les cultures durant les périodes les plus sèches. Jusqu’à maintenant, 5 réservoirs ont été construits, sur un total de 6, pour les participantes d’un projet de production de tomates en conditions semi-contrôlée.

 

cassandre 3

 

En définitive, à l’aide de leur machete ou de leur azadón, et principalement de leur motivation et de leur détermination, les familles agricoles d’Intibucá sociétaires d’AMIR, n’ont pas froid aux yeux (car réellement il fait parfois très froid dans la région la plus élevée du pays!) pour travailler sans relâche et faire de leur milieu de vie un endroit un peu plus confortable, un défi à la fois.

 

Par Cassandre Hervieux Gaudreau, volontaire de SUCO au Honduras

 

Pour connaître les actions de SUCO au Honduras, consultez notre page pays !

 


Six ans après le séisme en Haïti

 

Triste anniversaire

Le 12 janvier 2010, un puissant tremblement de terre a secoué Port-au- Prince en Haïti. En plus d’avoir été extrêmement meurtrière et destructrice, la catastrophe a fait trois millions de sinistrés et provoqué un déplacement massif de populations. Selon le gouvernement haïtien, au lendemain du tremblement de terre, 500 000 personnes avaient quitté l’aire métropolitaine pour un autre département, dont le Sud-est, région d’intervention principale de SUCO. Ce déplacement de population a eu entre autres pour effet d’accroître la demande alimentaire au niveau des différentes régions du pays.

IMG_1108

Une insécurité alimentaire grandissante

À l’automne 2012, deux tempêtes tropicales s’abattaient coup sur coup sur les côtes du Sud-est. Ce sont plus de 11 000 hectares de terres qui ont été affectées et sur cette superficie, 90 % des plantations ont été détruites et 15 % du cheptel de bétail a été emporté par les eaux. En conséquence de cette diminution de la production agricole, les populations de la région se sont retrouvées dans une situation d’insécurité alimentaire grandissante.

À l’écoute des besoins de la population

C’est alors que, fidèle à sa mission et à l’écoute des besoins de la population, SUCO a entrepris, en partenariat avec les membres de 12 associations paysannes de la commune de Marigot, un vaste projet visant à augmenter la production et la consommation d’aliments nutritifs. À terme, le projet aura permis à 585 producteurs et productrices de cultiver des aliments variés en quantité suffisante tout au long de l’année, et à 288 femmes de renforcer leurs connaissances et capacités en matière de saine alimentation. C’est toute la population de Marigot qui a accès à des produits agricoles de qualité, contribuant ainsi à diminuer les risques de crise alimentaire dans la région.

IMG_1973

Pour en savoir plus sur les actions de SUCO en Haïti, consultez notre page pays.


FORMAGRO, un nouveau projet au Pérou

 

Un nouveau projet de formation agricole et d’appui à l’entrepreneuriat jeunesse au Pérou

Campo Yanama2
Crédit-photo: Andrés Toro

FORMAGRO est un projet bilatéral financé par Affaires Mondiales Canada qui sera mis en œuvre jusqu’en 2021. Il contribuera au développement socio-économique de communautés paysannes situées dans deux régions du Pérou, et s’adressera particulièrement aux jeunes, aux femmes, et à leurs familles. L’équipe du projet, formée de SUCO et de ses partenaires au Pérou, accompagnera les personnes au-delà de la formation pour créer et consolider des initiatives entrepreneuriales individuelles et collectives autour de l’activité agricole.

Le projet FORMAGRO est actuellement en phase d’implantation dans les deux régions du Pérou ciblées par l’intervention, Ancash et Lima. D’ailleurs, du 2 au 6 novembre 2015, une délégation, formée de membres de l’équipe de SUCO, du personnel du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Agriculture et de l’Irrigation du Pérou, de membres des organisations de la société civile ALLPA et IDMA, a réalisé une tournée dans la région d’Ancash afin de visiter cinq des sept districts où FORMAGRO interviendra. Du 16 au 18 novembre, cette même délégation a réalisé une tournée dans la province de Yauyos, qui appartient à la grande région de Lima, afin de visiter sept autres districts où le projet sera implanté.

Avec FORMAGRO, c’est plus de 2000 jeunes entre 16 et 35 ans et 10 000 personnes qui amélioreront leurs conditions de vie grâce à l’augmentation des revenus de leur famille. Le projet permettra à ces personnes de passer d’une production de subsistance à une production génératrice de revenus en travaillant à l’amélioration de l’offre de formation et des compétences locales, à l’augmentation et à la diversification de la production et à l’articulation de la production vers les marchés de proximité. Il aura aussi des retombées concrètes pour les jeunes producteurs et productrices, leurs familles, mais aussi pour tous les acteurs du milieu impliqués dans le développement entrepreneurial et la génération d’emplois. La délégation a d’ailleurs profité de son passage dans les régions d’intervention pour visiter les différents centres et instituts de formation technique qui offriront un programme de formation en développement agricole et entrepreneurial avec l’appui de SUCO et de ses partenaires. Les membres de la délégation se sont aussi entretenus avec différentes institutions décentralisées des ministères de l’Agriculture et de l’Éducation, de même qu’avec les autorités locales partenaires de Caraz, Santa Cruz, Yanama, Huari et Cajay (dans la région d’Ancash), et de Pacaran, Catahuasi, Yauyos, Vitis et Laraos (dans la région de Lima), afin d’assurer une participation pleine et entière des différentes instances pour l’amélioration de l’offre de formation technique et le développement économique régional.

Reunión Alcalde de Catahuasi
Crédit photo: Duvert Ventocilla

Dynamiser l’économie régionale pour vaincre l’exode rural des jeunes

FORMAGRO représente une opportunité fantastique de dynamiser l’économie régionale et de développer une agriculture dont les revenus représentent une alternative économique viable pour les jeunes et leurs familles. Dans la région d’Ancash comme dans la région de Lima, ce projet répond à un contexte particulier, celui de l’exode rural des jeunes et de l’abandon des terres. Les différents acteurs visités reconnaissent qu’il est nécessaire de récupérer les activités productives traditionnelles et de favoriser le développement d’activités économiques diversifiées et adaptées au milieu. Une plus grande articulation entre les différents secteurs étatiques (surtout ceux de l’éducation et de l’agriculture) ainsi que les gouvernements et institutions locales est essentielle afin de former des jeunes entrepreneurs et de mieux arrimer la production agricole aux différents marchés. Les principaux intéressés ont aussi démontré un vif intérêt pour les thèmes de l’environnement et de l’articulation au secteur du tourisme communautaire; le projet prendra place dans des aires naturelles protégées : celles du Parc national Huascaran (Ancash) et celle de la réserve nationale Nor Yauyos Conchas (Yauyos).

FORMAGRO vise un développement local intégré qui mobilise tous les acteurs du milieu autour d’une vision commune. Le projet favorise une offre de formation de qualité, l’amélioration de la production locale et l’organisation de la commercialisation vers les différents marchés afin d’améliorer la qualité de vie des familles. Grâce à l’apport de ce projet, SUCO renforce le développement durable qui valorise une diversification des économies locales en harmonie avec l’environnement et le mode de vie de la population.

Par Émilie Lemieux, adjointe à la direction, FORMAGRO

Campo Yanama
Crédit-photo: Andrés Toro