Programme de coopération climatique internationale

 

SUCO et Réseau Environnement sont fiers d’annoncer un partenariat pour un projet de résilience climatique au Sénégal

Communiqué
Pour diffusion immédiate

Montréal, le 29 août 2017 – SUCO et Réseau Environnement sont fiers d’annoncer un nouveau projet qui place la lutte aux changements climatiques au cœur de la gouvernance locale du Sénégal. Le projet aura un impact direct sur 7 694 familles de six communes du plateau de Thiès.

Former et accompagner pour s’adapter au climat

Le Sénégal fait déjà face à de nombreux défis reliés aux changements climatiques. Le projet Dund ak Kéew bi, qui signifie « vivre longtemps avec l’environnement » en wolof, s’inscrit dans la suite d’une série d’actions de mobilisation citoyenne réalisée par le Groupe de recherche et d’appui aux initiatives mutualistes (GRAIM), organisation partenaire de SUCO au Sénégal.

Pour répondre à des enjeux liés à la décentralisation de l’état, SUCO et Réseau Environnement s’engagent dans une démarche de renforcement des capacités des communes afin de mettre en œuvre des plans environnementaux locaux et d’expérimenter des solutions durables.

« Ce qui m’enthousiasme le plus dans ce projet, c’est l’intégration des membres de la population du plateau de Thiès comme acteurs et actrices de leur développement. Grâce à des communes mieux outillées, des femmes, des hommes et des jeunes participent aux réflexions et aux actions pour affronter leurs défis quotidiens, comme l’accès à l’eau, la qualité des sols et la gestion de la forêt », souligne Richard Veenstra, directeur général de SUCO.

L’expertise d’ici au service de la coopération internationale

L’expertise de SUCO permet d’aborder les questions d’agriculture durable et de développement économique local. La mobilisation des experts québécois membres de Réseau Environnement permettra de créer des liens de solidarité et de donner accès aux technologies propres développées ici.

« L’idée de mettre l’expertise et le savoir de nos membres, tant les municipalités que les entreprises en environnement, au service de ce projet de coopération internationale m’enchante particulièrement », souligne Jean Lacroix, président-directeur général de Réseau Environnement.

Le projet valorise le partage de connaissances et la réciprocité. La collaboration avec Réseau Environnement permettra de mettre l’expertise du Québec en environnement au service des populations sénégalaises. « Que ce soit en matière d’adaptation aux changements climatiques, de gestion de l’eau, de biodiversité, ou de gestion des matières résiduelles, un tel transfert de savoir et de bonnes pratiques aura assurément pour effet de renforcer les capacités des Sénégalais. Et c’est dans une optique bidirectionnelle que nous l’envisageons, sachant que les membres de Réseau Environnement gagneront, eux aussi, à s’approprier l’expertise africaine », conclut M. Lacroix.

Ce projet bénéficie d’un soutien financier de 998 238 $ du programme de coopération climatique internationale du Québec issu du Fonds vert. De plus, Affaires mondiales Canada, par le biais de son programme de coopération volontaire, apporte un soutien financier de 261 667 $.

À propos de SUCO
SUCO est un organisme de coopération internationale fondé en 1961. Il réalise des projets de développement durable visant à renforcer l’autonomie des personnes, des organisations et des collectivités dans sept pays : Burkina Faso, Haïti, Honduras, Mali, Nicaragua, Pérou et Sénégal. L’expertise de SUCO se situe principalement dans les domaines de l’agriculture durable, du développement local, de la mobilisation citoyenne et de l’entrepreneuriat rural.

À propos de Réseau Environnement
Réseau Environnement est un organisme à but non lucratif représentant plus de 2 700 membres experts en environnement au Québec. Il est l’initiateur et l’organisateur d’AMERICANA et du Salon des technologies environnementales du Québec, publie la revue Vecteur Environnement et prend position sur des questions touchant à de nombreux secteurs d’activité, tels que l’eau, l’air, les changements climatiques, les matières résiduelles, les sols et la biodiversité.

Renseignements :

Mélissa Cabana
Chargée des relations externes
SUCO
melissacabana@suco.org
Tél. : 514 272-3019, poste 225
Cell. : 514 349-3019

 

Christine Bérubé
Directrice des communications et du marketing
Réseau Environnement
cberube@reseau-environnement.com
Tél. : 514 270-7110, poste 325
Cell : 514 616-8481


Premières impressions de notre groupe QSF au Pérou!

 

Quelques jours après leur arrivée au Pérou, nos stagiaires Québec sans frontières nous livrent leurs premières impressions.

Dans un nouvel environnement, il arrive un moment où l’on perd tous ses repères. Nos habitudes sont mises parfois à  rude épreuve. Le choc culturel se manifeste de différentes manières en fonction de la personne qui le vit. Une semaine après l’arrivée, chaque membre du groupe partage son étonnement.

photo groupe

 

 

« La configuration des maisons m’a beaucoup frappée. Il y a souvent des pièces à l’extérieur et les différentes parties de la maison ne sont pas toutes reliées par des corridors. Il y a très peu de meubles et de décorations, ce qui n’empêche pas les activités quotidiennes de se réaliser »–Tatyana

Tatyana
Tatyana Abou-Chaker

 

 

« Mon arrivée à Huari fut un mélange de joie, d’appréhension, de fatigue et de bonheur ! Les montagnes m’ont émerveillée, mais ce qui m’a le plus frappé est l’énorme quantité de chiens errants dans les rues. Mais bon, on s’y habitue et il y a tant de belles choses qui me font oublier cette réalité complètement différente de celle que je connais ! »-Rosalie

Rosalie 2
Rosalie Dumont

 

« Ma réaction aurait sans doute été la même si j’avais eu à vivre dans une famille québécoise avec un enfant en bas âge mais j’ai été un peu surprise d’avoir une nouvelle petite sœur de neuf mois. Je ressentais une sorte d’angoisse à chaque fois que sa maman me la tendait… Et si elle ne m’aimait pas et qu’elle se mettait à pleurer ? Plus le temps passe et plus j’apprends à la connaître. Nous nous apprivoisons mutuellement.» – Camille

Camille
Camille Noël

 

« De mon côté, le choc que je pensais ressentir après une semaine de « lune de miel », s’est plutôt vécu dès les deux premiers soirs. Cela peut paraître exagéré, mais s’il y avait eu un avion pour rentrer au Québec sur le champ, je l’aurais pris! Depuis, je prends le temps de comprendre et de m’adapter  tout doucement, mais une chose est sûre, je ne voudrais plus partir! J’adore ma famille et l’immersion culturelle que je vis. L’expérience s’annonce incroyable ! »-Marilou

Marilou
Marilou Tremblay

 

 

« La manière dont les citoyens de Huari allaient percevoir notre arrivée m’inquiétait. Je ne savais pas comment ils allaient réagir face à des personnes d’une toute autre culture. En fait, je ne sais pas à quoi j’ai pensé, parce que j’avais tout faux ! La communauté de Huari est accueillante, sympathique et plus que chaleureuse ! À chaque promenade, on se fait saluer et on nous sourit. On sent qu’on fait partie d’une nouvelle communauté, d’une grande famille ! C’est tout simplement réconfortant. »–Maxime

Maxime cropé
Maxime Gadoua

 

 

« Ma chambre est à l’écart du reste de la maison et je dois traverser un chemin rocheux et accidenté jusqu’à la salle de bain… la nuit, c’est donc tout un défi !Mais  je commence déjà à connaître par cœur tous les recoins de ma maison aux murs en terre qui possède pourtant une configuration totalement différente de ce que je connaissais jusqu’à maintenant ». –Raphaëlle

Raphaelle
Raphaëlle Pelland St-Pierre

« Après avoir voyagé de nuit, et toute la journée du lendemain, j’avais très hâte de prendre une douche ! Lorsqu’à mon arrivée, j’en ai parlé à mon père d’accueil, il m’a répondu que l’eau courante était coupée tous les jours de 13h à 20h. Ça m’a beaucoup surprise! Mais je me suis rapidement habituée à utiliser l’eau dans nos réserves. » –Camille 

Camille
Camille Dubois-Théberge, l’accompagnatrice du groupe.
Pour en savoir plus sur les stages Québec sans frontières
Consultez la section de notre site Web dédiée aux stages QSF. Consultez le site Web du programme QSF. Suivez la page Facebook de QSF.