Chaque volontaire a une histoire à raconter !

 

Depuis 2015, près de 2500 volontaires ont participé aux programmes de coopération volontaire financé par Affaires mondiales Canada pour créer un changement dans des pays du Sud et au sein de leurs communautés au Canada. Le 18 janvier dernier, 60 volontaires se sont réunis à Ottawa pour raconter leurs histoires dans le cadre d’une expérience de bibliothèque humaine. Découvrez les histoires de Sophie, Éléonore et Catherine, volontaires de SUCO au Sénégal et Nicaragua !

« Si tu vois une chèvre dans le repaire d’un lion, aie peur d’elle »
Par Sophie Bourdon

Ce proverbe sénégalais, Sophie Bourdon l’a entendu à plusieurs reprises. En s’engageant comme représentante de SUCO au Sénégal, après plusieurs mandats de volontariat, elle savait à quoi s’attendre … ou presque!

Peut-on occuper un poste de responsabilité de la même manière qu’un homme, lorsqu’on est une jeune femme blanche, en Afrique de l’Ouest? Comment exercer un leadership inclusif lorsque l’on évolue dans un environnement où nos pairs sont majoritairement des hommes? Y a-t-il de la place pour repenser l’égalité par l’accompagnement des volontaires canadiens et canadiennes? Est-ce qu’il suffit d’avoir des cibles sexospécifiques pour documenter nos actions auprès des femmes et des filles? Autant de questions que ce livre prend un malin plaisir à soulever et à nuancer.

Sophie Bourdon signe ici, avec humour et humilité, le récit surprenant des défis de l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des réseaux de coopération internationale, de Montréal à Dakar. Une histoire évocatrice qui bouscule nos certitudes et nous laisse sur cette sempiternelle vérité : le vrai changement ne se fait pas tout seul!

Entre cîmes et racines, une histoire de développement organisationnel
Par Éléonore Durocher-Bergeron 

Inclure. Être incluse.
Explorer leur histoire d’abord.
Un mois, un petit mois pour comprendre.
Comprendre l’histoire d’un homme, de son projet organisationnel.

Entre la cîme et les racines du Réseau MUUD.
MUUD, ça signifie « l’union des chances » en langue sérère.
Au coeur de Ndiaganiao, au coeur de 63 Associations Villageoises de Développement, au coeur de 132 familles.
J’ai accompagné Seck Faye et son équipe dans la réalisation d’un diagnostic organisationnel participatif.
Un diagnostic pour mieux se rappeler où étaient ses racines 20 ans après la création du Réseau, sa base solide qui lui permet de faire face aux vents et tempêtes.

Puis créer de l’espace, de l’ouverture.
« Je ne savais pas que j’étais capable ; c’est grâce à toi que je m’en rends compte et que j’ai envie de continuer», m’a lancé Seck, à la sortie d’une animation de groupe qu’il venait de faciliter par lui-même.

Donner confiance.
À un homme. Également à une organisation, qui elle aussi prend de l’assurance à travers les succès qu’elle accumule.

La valeur du volontariat se trouve toute là.
Une bonne relation d’accompagnement et de mentorat va au-delà du sujet même de la conversation. Cette relation est à même de modeler une façon d’interagir et de créer un style de leadership.

Coup et bouffe
Par Catherine Fallon

L’un des défis de la personne volontaire en pays étranger est d’adapter ses pratiques culinaires aux disponibilités du pays. Qu’en est-il lorsqu’en plus d’apprendre à cuisiner ces aliments à la maison, il faut enseigner des pratiques de transformation adaptées aux coutumes, aux ressources disponibles, aux besoins nutritionnels, à la culture?

 Selon le pays d’accueil, les façons de voir l’alimentation et la variété alimentaire ne sont pas les mêmes et peuvent être très différentes du pays d’origine. Certains fruits et légumes sont tout à fait nouveaux, alors que d’autres sont transformés d’une autre façon, les classifications d’aliments sont différentes tout comme les habitudes et traditions liées aux repas.

 Pour les aider à relever ce défi supplémentaire, les personnes volontaires en sécurité alimentaire et nutritionnelle peuvent compter sur une ressource essentielle pour qui la bouffe est plus souvent au centre des préoccupations : les femmes.

Le programme de coopération volontaire de SUCO est financé par le gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada

 


SUCO aux quatre coins du Québec durant tout l’hiver

 

 

Venez nous rencontrer dans le cadre de notre tournée de recrutement universitaire!

Nous sommes à la recherche de personnes passionnées qui partagent nos valeurs de solidarité, d’engagement, de responsabilité, d’égalité entre les femmes et les hommes, de justice et de respect. Vous avez envie de découvrir le monde d’un point de vue local, de changer les choses en partageant vos connaissances et d’acquérir de nouvelles compétences? Nous sommes faits pour nous entendre!

Place à la relève

Nous accordons une importance particulière à la nouvelle génération engagée et aux leaders de demain. Vous carburez aux projets et aux nouveaux défis? Vous êtes en fin de parcours post-secondaire ou en début de carrière et souhaitez partager vos connaissances et vos compétences avec d’autres collègues aux quatre coins du monde? Vous avez entre 19 et 30 ans et souhaitez acquérir une expérience à l’international qui aura un réel impact? Nous offrons des mandats dans un climat de travail convivial et axé sur le partage.

De janvier à mai, notre équipe de recrutement sillonnera le Québec afin de dénicher nos futurs talents qui s’envoleront vers le Pérou, le Nicaragua, le Honduras, Haïti, le Sénégal et le Burkina Faso. Nous offrons des mandats variés, allant de six mois à un an, dans le cadre d’initiatives d’aide au développement qui sont réalisées avec l’appui financier du gouvernement du Canada (ministère Affaires mondiales Canada). Les postes s’insèrent dans nos différents projets en cours pour lesquels nous avons besoin d’appui en :

  • Agroécologie et environnement
  • Commercialisation et marketing agroalimentaire
  • Communication, animation et mobilisation des communautés
  • Développement organisationnel
  • Égalité entre les femmes et les hommes
  • Entrepreneuriat
  • Gestion de projet
  • Nutrition et transformation alimentaire

Nous visiterons les régions de l’Outaouais, de la Mauricie, de l’Estrie, de la Montérégie, de Montréal et de la Capitale-Nationale!

Consultez le calendrier de tournée

Une expérience professionnelle enrichissante!

Devenir conseiller ou conseillère volontaire pour SUCO, c’est appuyer au quotidien des hommes et des femmes qui ont le goût de se dépasser et qui s’investissent pour un développement durable. De plus, vous évoluerez au sein d’une organisation qui mise sur la formation continue et sur le développement des compétences. Être conseiller ou conseillère volontaire, c’est appuyer le développement de compétences auprès d’individus afin de favoriser, au final, le renforcement de capacités organisationnelles. Peu importe le domaine dans lequel vous œuvrez, votre mandat présentera diverses facettes : animation, formation, mentorat, appui-conseil et soutien technique. En fait, chez SUCO, on aime dire qu’un bon ou une bonne volontaire travaille à perdre son emploi! Pourquoi? Parce que notre approche vise l’autonomisation de nos partenaires et des populations.

Ne manquez aucune occasion

Abonnez-vous à notre alerte-emploi et suivez-nous sur Linkedin, Twitter et Facebook.

Nous ne visitons pas votre campus, mais si vous souhaitez organiser une conférence-carrière avec nous, n’hésitez pas à écrire à Éléonore Durocher-Bergeron, agente de programme, eleonoredurocher@suco.org

Liens utiles

Brochure de stages internationaux

Programme de coopération volontaire

Programme Québec sans frontières

Blogue des volontaires


Gestion de projet et coopération internationale : Quand « le projet » c’est de rendre le monde solidaire

 

Étude de faisabilité, planification, mise en œuvre, contrôle, évaluation, voilà le cycle de projet le plus souvent utilisé. Il s’agit d’un cycle avec un début et une fin précise, avec des documents qui encadrent, qui guident la démarche; avec des étapes et une planification réglées au quart de tour. En coopération internationale et pour SUCO, la gestion de projet, bien qu’elle conserve les prémisses prônées par les normes PMI, revêt plusieurs autres dimensions. Au quotidien, les phases de projet deviennent bien souvent des sous-projets en soi qui requièrent une démarche itérative et avant tout relationnelle. Qui plus est, dans bien des cas, la mise en œuvre de projet devient un levier de développement organisationnel, un prétexte pour favoriser l’acquisition de nouvelles compétences au sein d’une association paysanne ou d’un groupement de femmes, par exemple.

Un processus relationnel avant tout

Récemment, dans le cadre d’une mission préparatoire pour l’élaboration d’un projet agroenvironnemental, une conseillère volontaire a passé quelques semaines chez un partenaire afin de simplement évaluer la faisabilité des actions initialement prévues. Cette présence, bien que de courte durée, aura permis à l’association paysanne d’amorcer un processus de mobilisation autour du projet. Grâce à l’élaboration d’un simple calendrier de visites de sites et de questionnaires, conjointement avec le partenaire, ce dernier a pu saisir l’importance de travailler « par étape » : la notion de gestion de projet a commencé à faire son chemin. La présence de cette conseillère pour la phase de faisabilité aura aussi permis à l’organisation de comprendre que la mise en œuvre des activités futures allait se faire dans le cadre d’une démarche centrée sur l’apprentissage, dont la responsabilité sera partagée entre SUCO et les membres de l’association, dans une relation de co-construction, en fonction de leurs compétences, de leurs envies et des caractéristiques du contexte organisationnel. En gestion de projet de coopération internationale, travailler ensemble permet de construire une communauté saine et durable dans le cadre du projet envisagé : les relations humaines chaleureuses deviennent donc un moyen et une fin en soi. La personne volontaire a le rôle de générer et d’encourager plus de confiance, à la fois pendant le processus de gestion de projet et plus durablement, au sein de l’organisation elle-même. Des relations optimistes, intègres et confiantes rappellent aux personnes leur caractère humain et les ouvrent aux autres, permettant d’amorcer un réel changement.

« On m’a déjà dit, “je ne savais pas que j’étais capable; c’est grâce à toi que je m’en rends compte et que j’ai envie de continuer” », Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal.

Une approche participative

Au-delà de l’aspect humain, la gestion de projet en coopération internationale comme nous l’entendons, revêt un caractère participatif tout au long de la mise en œuvre.

« On ne fait pas qu’informer ou consulter les personnes que nous accompagnons dans la réalisation du projet : nous les faisons participer aux échanges, aux prises de décision, puis aux actions. Lorsque l’accompagnement a atteint un certain niveau, nous ne sommes que des observateurs fiers de leurs succès à eux », Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal.

Cette approche participative, et surtout inclusive, vise l’appropriation du projet par l’organisation partenaire. Cela peut se traduire, par exemple, par l’animation sur plusieurs jours d’un atelier pour planifier un échéancier de travail en faisant participer l’ensemble de l’association paysanne pour qu’elle élabore elle-même les différentes tâches à réaliser, puis qu’elle les partage entre les membres. Cette façon de faire, bien qu’elle requière plus de temps que dans le cadre de l’élaboration d’un projet dans un contexte nord-américain, permet à l’organisation de vivre des succès dès la conception et la planification : des succès sur lesquels nous nous appuierons pour renforcer plusieurs capacités organisationnelles. Cet exemple de planification participative donnera l’occasion d’aborder une foule de notions nouvelles pour les participants : la gestion des ressources humaines et matérielles, la gestion du temps et surtout l’importance de concevoir des actions dans un cadre logique.

Des projets qui s’imbriquent dans une vision à long terme

À la lumière de tous ces éléments, il importe de rappeler que la gestion de projet peut prendre une tout autre dimension lorsqu’il s’agit de travailler dans un contexte de coopération internationale! Non pas conçus isolément, mais plutôt en fonction d’un plan de développement à long terme, les projets de développement s’intègrent souvent dans un continuum d’actions que poseront les organisations de coopération.

Dans ce contexte, le projet n’est pas linéaire, avec un début et une fin : il sert la cause d’un objectif plus grand. Ainsi, prenons l’exemple d’un projet d’un an qui viserait l’installation de systèmes d’irrigation pour faciliter le maraîchage biologique en zone semi-aride. Ce projet, seul, paraît déjà intéressant. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’intègre dans une stratégie quinquennale qui vise tour à tour la formation des femmes agricultrices au développement de nouvelles techniques adaptées aux changements climatiques, à l’accompagnement nutritionnel des familles rurales pour l’optimisation des cultures maraîchères, à la sensibilisation des instances locales pour un réinvestissement dans les marchés de proximité? Les résultats et les défis du projet de départ devront être analysés autrement et prendre en compte la valeur ajoutée de la planification globale. La personne gestionnaire de projet aura également une vision bien différente de la conduite de ses activités!

Pour conclure, cette façon de concevoir la gestion de projet en coopération internationale donne également tout son sens au développement organisationnel des partenaires locaux, qui non seulement sont vivement sollicités dans la mise en œuvre des projets intégrés, mais doivent également s’approprier et soutenir la pérennité des résultats. Voilà pourquoi la plupart des projets de SUCO comportent une dimension de renforcement des capacités.

« En visant l’autonomie de nos organisations partenaires, nos projets sont porteurs de fierté et d’indépendance. Lorsqu’on anime un atelier participatif où un groupe de personne se dote d’une mission à son goût, quand on accompagne un conseil d’administration à prendre ses propres décisions, en étant capable de peser chacune des options possibles, la mise en œuvre d’un projet n’est qu’un moyen de plus pour favoriser le développement, et non pas, une fin en soi! », Sophie Bourdon, représentante de SUCO au Sénégal.

–  par, Sophie Bourdon, représentante de SUCO au Sénégal et Éléonore Durocher Bergeron, conseillère en développement organisationnel pour SUCO au Sénégal

Cet article a été écrit dans le cadre du nouveau partenariat entre SUCO et l’Association des professionnels en gestion de projet PMI-Montréal.

Pour plus d’informations, consultez : « L’expertise en gestion de projet à l’international au service du développement durable »