Changer le monde, un fromage à la fois! Une discussion virtuelle des Retrouvailles

 

 

Voici un résumé d’un entretien en direct sur notre page Facebook qui s’est déroulé dans le cadre des Retrouvailles annuelles de SUCO le 10 juin à 15h00, avec Pedro Estrada, spécialiste en développement rural, cofondateur de l’ONG ALLPA, partenaire de SUCO au Pérou. Pedro est aussi coordonnateur du projet Formagro dans la région de Ancash, exécuté avec SUCO. ALLPA est une organisation qui travaille au développement durable et équitable des familles rurales, et plus particulièrement des familles andines qui se retrouvent en conditions d’exclusion, en renforçant leurs capacités sociales, productives et organisationnelles. 

 

Officiellement constituée en 2010, ALLPA est le fruit d’un processus de création collective, impliquant plusieurs collaborateurs et partenaires, en plus de volontaires, toujours basé sur l’identité culturelle de la région et de sa population. L’organisation fut ainsi créée d’un désir que portaient les intervenantes et intervenants locaux, qui voulaient contribuer à améliorer les conditions de vie précaires des familles agricoles de leur région, dû au manque d’opportunités. ALLPA intervient auprès des familles andines de la région de Ancash, une région au Nord de Lima, située entre 2 000 et 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, où la population est autochtone quechua.

Ainsi s’est entamé avec SUCO un échange afin de trouver la façon de générer un capital social dans la région, de pouvoir collaborer avec les institutions locales, publiques et de coopération, afin de pouvoir offrir d’avantage d’opportunités aux familles. Le projet FORMAGRO, qu’ALLPA exécute avec SUCO depuis 2015, est le plus grand projet de l’organisation et même un des plus important à être exécuté actuellement au Pérou.

Un développement local résilient aux changements climatiques

La nature montagneuse de la région rend l’écosystème très fragile, de par ses conditions météorologiques extrêmes dues à son altitude. Le niveau de scolarisation y est très bas, surtout chez la population adulte. La majorité des familles y pratiquent une agriculture de subsistance, qui parfois ne produit même pas suffisamment pour nourrir toute la famille. ALLPA intervient directement auprès de ces familles, souvent exclues des processus de développement économiques conventionnels.  

Par le développement local, ALLPA souhaite générer un changement socio-économique, auprès des populations agricultrices de la région, dans un esprit de protection et de préservation de l’environnement, et de développement durable. Les familles ciblées par le projet ont accès à de très petites parcelles, qu’elles cultivent à partir de leurs savoirs et connaissances traditionnelles et ancestrales. Ces petits agriculteurs et petites agricultrices commercialisent localement leurs produits, et leur production n’est pas destinée à l’exportation. L’agriculture durable pour eux et elles est l’ unique façon de cultiver, et c’est en se basant sur des pratiques agro écologiques que ALLPA intervient. L’organisation, à travers son travail collaboratif avec les familles, valorise les connaissances et techniques agricoles traditionnelles, et vient les bonifier et parfois techniciser, dans le but de les rendre plus productives et plus viables. 

L’adaptation et la résilience aux changements climatiques demeure un défi important pour les familles de la région. Le projet Formagro travaille avec elles, afin d’améliorer et diversifier les pratiques et que leurs cultures en soient ainsi moins affectées et plus résilientes.  Enfin, sur la question des changements climatiques, malgré que les effets négatifs soient fort importants, l’organisation s’assure d’y voir des opportunités. Par exemple, l’augmentation et la perturbation de la pluviométrie affecte énormément les cultures. Cependant, l’augmentation des températures a permis de développer la culture de fraises, ce qui ne s’était jamais vu à cette altitude. Il faut ainsi transformer les perturbations en opportunités. 

Le changement sous forme de fromage

Il y a quelques années, ALLPA s’est donné un grand défi : celui de développer, produire, et positionner sur les marchés le fromage de la région de Huari. S’en est alors suivi un processus d’accompagnement et formation auprès des femmes, afin qu’elles puissent produire un fromage à partir du lait de leurs vaches. C’est un processus qui a demandé un accompagnement personnalisé avec chaque productrice, en quechua et dans leur propre cuisine. Cela a pris des années, mais ALLPA a ainsi atteint son objectif : développer un fromage de qualité, produit par des femmes de la communauté. Cela a créé tout un changement au niveau de la dynamique sociale. Les femmes ont commencé à développer un produit avec valeur ajoutée et à le vendre, ce qui leur a donné un pouvoir économique qu’elles n’avaient pas auparavant : plusieurs d’entre elles n’avaient même jamais manipulé d’argent.  La marque Jallga Queso (fromage des montagnes, en quechua) a ensuite été créée, ce qui a permis de mieux positionner le produit. Le fromage est offert dans des foires alimentaires et festivals, où il se vend très bien. Aussi, derrière l’idée de vendre un produit se trouve celle de mettre en valeur le travail des productrices tout en faisant découvrir leur identité culturelle et savoirs ancestraux. D’ailleurs, Formagro travaille maintenant avec la seconde génération de fromagères, les filles des productrices, qui parlent espagnol et maitrisent les médias sociaux. Elles apportent un nouveau dynamisme à la commercialisation du produit. 

De plus, le produit a permis la création de la route du fromage, un circuit de découverte, permettant de visiter les familles productrices et ainsi observer le processus de production, participer à des dégustations et connaître la richesse culturelle de la région.  

Un travail de proximité

L’un des plus grands facteurs de réussite du travail d’ALLPA et du projet Formagro est de valoriser l’identité des populations. En effet, le fait de miser sur l’identité culturelle et la langue locale, en s’assurant que les personnes intervenantes aient cette sensibilité pour travailler en proximité permet d’atteindre les résultats attendus. D’ailleurs, la façon de travailler de SUCO pour favoriser une intervention de proximité basée sur une constante analyse des problématiques du terrain transparait énormément dans la philosophie de ALLPA. 

Enfin, l’intervention auprès de toute la cellule familiale est une formule gagnante pour le projet et pour ALLPA. En effet, le fait d’améliorer les activités productives pour les femmes – l’accès aux ressources économiques, positionnement sur les marchés, etc. – est bénéfique pour toute la famille. De plus, il est important pour Formagro que les femmes ne soient pas seulement inclues dans les espaces de décision mais qu’elles aient réellement une place dans la communauté, que leur voix soient entendues. 

Cliquez ici pour visionner l’entretien en espagnol, animé par Émilie Lemieux, représentante SUCO et directrice du programme Formagro au Pérou.

 


Renseignements supplémentaires:

Émilie Lemieux
Directrice – Formagro
Representante SUCO au Pérou
Courriel: [email protected]

 


Les jardins communautaires et collectifs : une richesse inestimable en milieu urbain

 

 

Crédit photo: AU/LAB Laboratoire d’agriculture urbaine

 

L’agriculture urbaine joue un rôle fondamental dans la sécurité alimentaire des villes. Un de ses piliers sont les jardins communautaires et collectifs, qui permettent de donner accès à la terre à des membres d’une communauté urbaine qui, autrement, n’y auraient pas accès. Selon AU/LAB Laboratoire d’agriculture urbaine,

« … l’agriculture urbaine à Montréal fournit les besoins en légumes frais, durant la saison estivale, à un minimum de 100 000 personnes, soit 5 % de la population montréalaise. Mais selon les modèles cela pourrait être 250 000 personnes, soit plus de 12% de la population. Le tout pour une valeur monétaire se situant entre 25 et 50 millions de $. »

Le rôle de l’agriculture urbaine et des jardins communautaires dans la souveraineté alimentaire des villes demeure toutefois sujet de discussion. D’ailleurs, lors du panel du 22 avril intitulé Quels rôles pour les systèmes alimentaires en temps de pandémie, Erika Salem de Montréal Métropole en Santé et Hugo Beauregard-Langelier de UPA-DI ont bien posé les termes du débat : Est-ce que les jardins communautaires et l’agriculture urbaine sont des outils de sensibilisations des communautés urbaines aux enjeux de l’agriculture ou si, en plus de cette fonction, peuvent-ils servir à nourrir la population urbaine?

C’est quoi au juste, l’agriculture urbaine? Selon la FAO « L’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) consiste à cultiver des plantes et à élever des animaux à l’intérieur et aux alentours des villes. L’AUP fournit des produits alimentaires de divers types de cultures (graines, plantes racines, légumes, champignons, fruits), des animaux (volailles, lapins, chèvres, moutons, bétail, cochons, cochons d’Inde, poissons, etc.), ainsi que des produits non alimentaires (herbes aromatiques et médicinales, plantes ornementales, produits forestiers, etc.). Elle comprend la sylviculture pour la production de fruits et de bois de feu, ainsi que l’agroforesterie et l’aquaculture à petite échelle» 

Le jardinage collectif et communautaire en temps de pandémie

Comme les jardins communautaires appartiennent à la Ville de Montréal, leur accès a été interdit à tous ses membres dès le tout début des manifestations de la pandémie, au même titre que les bibliothèques municipales et les lieux touristiques.

Cependant, comme le jardinage permet de contribuer à améliorer l’accès à des aliments nutritifs et de qualité en plus de jouer un rôle dans l’autonomie et la sécurité alimentaire, leur fermeture a posé plusieurs questionnements. Ainsi, les jardins communautaires ne devraient-ils pas être considérés comme services essentiels? Avec la fermeture des frontières et la limitation de l’accès à certains produits, plusieurs initiatives d’agriculture urbaine ont vu le jour dans le monde afin de venir combler les besoins des populations en fruits et légumes, comme les initiatives du  Centre d’écoute et d’encadrement pour un développement durable (CEEDD) au Sénégal, un des partenaires de SUCO, mettant en œuvre des « stratégies intéressantes pour à la fois nourrir la population locale en aliments locaux sains et assurer un revenu aux familles

Quoi qu’ils soient souvent perçus au Québec, comme le soutenait M. Beauregard-Langelier, comme espaces de loisirs plutôt que pour leur rôle alimentaire, les espaces de jardinage communautaires et collectifs peuvent combler un besoin d’approvisionnement en fruits et légumes. Comme le soulignait madame Salem, les demandes d’aide alimentaire ont explosé à Montréal, en raison de la plus grande vulnérabilité des nombreuses familles ayant perdu leur revenu en raison de la réponse à la COVID 19 et devant se retourner vers les banques alimentaires, déjà dépassées par la demande. Et ces effets se feront sentir encore longtemps, même si notre économie reprend peu à peu. Une partie de la solution réside peut-être dans l’alimentation locale à travers un plus grand accès à des lots destinés au jardinage collectif dans la ville de Montréal.

Espace pour la vie annonçait récemment que le Jardin botanique de Montréal produirait cet été des fruits et légumes pour les citoyens, afin de pallier à une éventuelle situation d’insécurité alimentaire. Il a en effet été décidé de transformer le jardin de démonstration en espace de production, qui aurait la capacité de nourrir 100 personnes en légumes pendant toute une année. C’est à travers les organismes communautaires que les récoltes seront accessibles pour les populations dans le besoin. Voilà une belle démonstration de la réactivité et adaptabilité de la Ville de Montréal en ce moment de crise, amenant son lot d’incertitudes et de questionnements.

Après que l’Ontario et la Colombie-Britannique aient annoncé à tour de rôle l’ouverture de leurs jardins, la santé publique du Québec a donné le feu vert le 28 avril dernier pour ouvrir les jardins communautaires et collectifs, à condition d’appliquer certaines mesures de prévention et protection contre la propagation.

Il ne reste plus qu’à attendre les indications précises des villes, afin de pouvoir officiellement considérer la saison lancée, en espérant que cela se fera rapidement. En effet, avec la courte saison au Québec, une ouverture repoussée à la fin du mois de juin par exemple compromettrait pratiquement en totalité la capacité de production.

Quelle est la différence entre un jardin collectif et un jardin communautaire?
Le jardin communautaire est composé de plusieurs parcelles. L’entretien de chaque parcelle est la responsabilité du membre du jardin communautaire à qui elle a été assignée. Le jardin collectif est un potager entretenu par les gens d’une communauté, ne disposant pas de parcelles individuelles ou familiales. La récolte appartient à tous les membres de la communauté. Pour en apprendre davantage, suivez ce lien-ci.

 

Crédit photo: CEED

 

Une expérience de collectivité et d’entraide

Les jardins communautaires permettent à des voisins de se connecter ensemble, d’échanger à travers une même passion, soit le jardinage, l’amour de la terre et l’expérimentation qu’est le fait de cultiver ses propres légumes, fruits, et herbes fraiches, au beau milieu de cette belle jungle urbaine qu’est Montréal.

J’ai moi-même depuis deux étés un lopin de terre dans un jardin communautaire. J’y ai vu un éventail de beaux gestes d’entraide et d’éducation : des jardiniers s’échangeant des trucs et astuces, le propriétaire d’une parcelle ayant invité la classe de sa fille à mieux comprendre les réalités du jardinage et ainsi sensibiliser sur le travail des agriculteurs qui se cachent derrière les aliments que nous consommons, un autre ayant mis à disposition ses deux lots pour un groupe d’entraide aux personnes vulnérables.

J’y ai aussi appris une belle leçon d’humilité, et mon respect et admiration pour le travail des cultivateurs a énormément grandi. On y investit temps, argent, et amour pour une petite parcelle, mais demeurons tributaire des aléas climatiques, des enjeux de semences, de l’apprentissage par essai-erreur.

On avait même démarré une initiative l’an dernier en offrant aux jardiniers ayant eu des récoltes plus profitables, de les partager avec les moins chanceux, lors de la fête annuelle des récoltes organisée au jardin. C’est ce que je trouve beau dans ce modèle. Je n’y vois qu’une chose qui prédomine : le sens de la communauté.

L’agriculture urbaine reconnecte les citadins avec la nature et le potentiel de la terre. Sans oublier les effets bénéfiques du jardinage sur la santé par la diminution des hormones du stress. Cependant, pour que les jardins communautaires et collectifs répondent réellement au besoin alimentaire des citadins, ces derniers doivent être plus nombreux. Les listes d’attentes pour accéder à un jardin sont longues, et les jardins prisés. Il en revient aussi de notre responsabilité collective de mieux faire entendre notre voix sur ces besoins d’aménagement et de revitalisation de certains espaces urbains, qui pourraient facilement être convertis en parcelles communautaires ou collectives. Nous parlons aujourd’hui de l’après crise, de faire de meilleurs choix comme société, par rapport aux services publics et à nos habitudes de vie. Il est ainsi peut-être nécessaire de revoir notre offre en espaces de jardinage publics et collectifs, à Montréal comme ailleurs au Québec.

Les jardins communautaires, comment ça marche?
Dans le cas de la Ville de Montréal, les jardins communautaires sont sous la tutelle de la Ville, en partenariat avec AU LAB, un laboratoire de recherche, d’innovation et d’intervention en agriculture urbaine au service de la collectivité. Les pesticides et fertilisants chimiques y sont interdits et chacun des jardiniers doit s’impliquer dans les corvées et l’entretien des espaces communs du jardin, sans quoi son privilège pourrait lui être révoqué. Ils sont auto gérés par un conseil d’administration formés de jardiniers bénévoles, qui s’assurent du bon entretien et du respect et applications des règlements. Vous pouvez trouver la liste des jardins ainsi que la liste d’attente pour vous inscrire ici. 

 


Renseignements supplémentaires:

Julie Potvin-Lajoie
Chargée de projets – Pôle Amériques
(514) 272-3019 poste 225
Courriel: [email protected]