Réaliser le bilan de son expérience de volontariat en ligne

 

 

Suite aux mesures prises par le gouvernement canadien en réponse à la pandémie de la COVID-19, ainsi que par les gouvernements des pays où nous intervenons, SUCO a rapatrié ses volontaires et stagiaires. Toutefois, cette interruption dans la réalisation de leurs mandats n’a pas empêché la poursuite des activités initialement planifiées en vue de leur retour.

Communauté de pratique

Depuis près d’un mois, les prémisses d’une véritable communauté de pratique en ligne se renforcent! Nos stagiaires et volontaires sont plus d’une trentaine à se connecter fréquemment afin d’échanger avec nous et entre eux·elles sur divers sujets. Ils et elles participent à des webinaires dont les objectifs sont le maintien du contact, la mobilisation autour de nos sphères d’action et la formation.

Celle-ci comporte deux volets : le développement professionnel et le bilan d’expérience. Le premier volet se caractérise par des sessions en employabilité dont l’entrepreneuriat, la recherche d’emploi et le mentorat. Le second volet met l’accent sur l’introspection; il permet de mettre des mots sur son vécu à l’étranger et son processus de réintégration à son milieu d’origine. L’exploration partagée de la courbe de l’adaptation culturelle génère des récits à la suite desquels plusieurs enseignements sont tirés. Cet atelier fonctionne comme une véritable catharsis, dans la mesure ou d’éventuelles crises ou chocs vécus sont reconnus et adressés, avec l’aide de professionnels•les en la matière.

Bilan du mandat

Dans le contexte de crise dû à la COVID-19, réaliser son bilan est crucial. En effet, les stagiaires et volontaires ont connu successivement le rapatriement, la quarantaine, puis le confinement. Cela ne va pas sans le stress généré par ces évènements. Heureusement, les formations sont orientées vers des solutions concrètes et adaptées au contexte actuel. Elles mettent de l’avant les ressources en lignes, les opportunités d’engagement générées par la crise, et un réseautage solidaire!

 

Crédit photo : Helena Vallès

 


 

Renseignements supplémentaires:

Moustapha Dembele
Agent de programme – Formation et développement professionnel des volontaires
[email protected]

 


Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs, prise 2 !

 

Des jeunes adultes de Montréal-Nord s’intéressent au gaspillage alimentaire

La deuxième cohorte du projet DAIA, Déserts alimentaires d’ici et d’ailleurs, vient tout juste de terminer la réalisation d’un court métrage documentaire intitulé Sillages alimentaires. Cette année, ce sont des jeunes adultes de Montréal-Nord qui ont participé au projet et se sont intéressé à l’enjeu du gaspillage alimentaire. Après des ateliers de formation et de sensibilisation, le groupe a visité différentes initiatives positives en alimentation durable. Le groupe était accompagné par Funambules Médias et par la documentariste d’intervention sociale, Stéphanie Lessard-Bérubé ; ils et elles ont ainsi acquis des connaissances en scénarisation, en jeu, en manipulation de caméra et en son.

L’année dernière, le premier court-métrage produit dans le cadre de DAIA, Sortir du désert, a été présenté à l’occasion d’une vingtaine de soirées de projections organisées en collaboration avec des organismes communautaires/environnementaux et dans le cadre de Cinéma sous les étoiles. On y suivait des jeunes adultes du Sud-Ouest de Montréal qui s’interrogaient sur l’accessibilité à des aliments frais et sains dans leur quartier et qui exploraient différentes solutions citoyennes.

Une soirée de lancement aura lieu dans le quartier de Montréal-Nord durant le mois de juin et le film sera aussi présenté à trois reprises lors de la dixième édition de Cinéma sous les étoiles cet été.

Ce projet est une production de SUCO et L’OEUVRE LÉGER, réalisé en partenariat avec Funambules Médias et les Fourchettes de l’espoir.

Informations :

Yasmina Britel
Agente de programme à la Mobilisation du public, SUCO et coordonnatrice Ciné Vert
514 272-3019, poste 234
[email protected]


Redonnez au suivant !

 

5 raisons de devenir mentors pour les stagiaires de SUCO

Vous aimeriez contribuer au développement professionnel de la relève mais ne savez pas quelle forme cela pourrait prendre ? Pourquoi ne pas devenir mentor pour une personne qui effectue un stage à l’international ?

Dans le cadre de son Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), financé par Affaires mondiales Canada, SUCO offre un programme de mentorat qui vient bonifier l’accompagnement des stagiaires et maximiser leur développement professionnel durant le stage. L’objectif est de permettre aux personnes stagiaires, âgées entre 19 et 30 ans, de développer leurs compétences grâce à un contact privilégié auprès d’un ou une professionnelle du développement international.

1. Une activité bénévole valorisante au service de la coopération internationale

« Chez SUCO, nous souhaitons faire vivre une expérience complète à nos stagiaires, tant sur le plan de l’expérience internationale que sur celui du développement personnel et professionnel ! La contribution d’un mentor est d’être à l’écoute, avoir un regard objectif et une vision élargie qui aideront le mentoré à recadrer les problèmes, explorer des manières différentes de penser et d’entreprendre, valider des choix ou décisions. Il s’agit d’un excellent moyen de développement et d’apprentissage de nouvelles compétences et habiletés à acquérir pour poursuivre une carrière dans un domaine privilégié ! C’est en quelque sorte, une façon de redonner au suivant. » Éléonore Durocher-Bergeron, anciennement agente de programme, stages internationaux

2. Une  contribution qui prend peu de temps et qui rapporte

Le mentorat se fait au moment qui vous convient et selon votre disponibilité.  Notre programme requiert d’être disponible, à distance, sur une période de 6 mois à compter de novembre 2019 à avril 2020, pour une formation initiale, 4 rencontres d’une heure de mentorat par vidéoconférence, un suivi de mi-étape et un sondage final. En tant que mentor, vous aurez l’occasion de réfléchir à vos objectifs et pratiques personnelles, pourrez développer votre style de leadership personnel et de mentorat, aurez la reconnaissance en tant qu’expert sur un sujet et serez exposé(e) à de nouvelles perspectives, idées et approches.

3.Favoriser l’intégration au marché du travail après le stage

Votre contribution favorisera aussi l’insertion en emploi des stagiaires, un objectif clé du programme de SUCO. Entre 2015 et 2017, 73 % des personnes stagiaires ayant participé au PSIJ se sont trouvé un emploi dans leur domaine entre deux semaines à 4 mois après leur stage grâce à l’appui en employabilité offert. Aussi, lors du dernier programme, 93 % des stagiaires croiyaient fermement pouvoir se trouver un emploi après le stage, étaient satisfaits de l’amélioration de leurs compétences ainsi que des  connaissances et de la compréhension acquises par rapport aux enjeux de développement international!

4. Une multitudes de domaines à mentorer

Que vous soyez chargé de projet en coopération, spécialiste en égalité femmes-hommes ou agronome, vous pouvez participer à notre programme. Vous n’êtes pas certain si votre profil professionnel a le potentiel de capter l’intérêt des stagiaires? Laissez-nous la chance d’en discuter avec vous! Nous recherchons des professionnels avec au moins 2 à 3 ans d’expérience dans les domaines suivants (et pas nécessairement en coopération internationale) :

  • Communication environnementale
  • Entreprenariat jeunesse 
  • Administration et finances
  • Commercialisation de produits agricoles
  • Communication
  • Égalité entre les femmes et les hommes
  • Environnement et agroécologie

5. Bonifiez votre propre CV

De nombreux employeurs considèrent l’implication bénévole comme un critère d’embauche. De plus, cette expérience vous permettra d’acquérir des compétences en accompagnement et fonction conseil, un atout à plusieurs parcours professionnels.

Comment participer ?

Les professionnels qui souhaitent devenir mentor doivent :

  1. Soumettre leur formulaire de candidature par courriel à [email protected] avant le  22 novembre 2019.
  2. Participer à l’entrevue de sélection dans la semaine du 25 novembre 2019
  3. Participer au webinaire de démarrage le 3 décembre 2019, puis au jumelage.

Rédigée par Éléonore Durocher-Bergeron

À lire aussi : 5 atouts importants d’une bonne personne mentore en coopération internationale

Renseignements :

Isabelle-Tracy Laudé

Agente de programme- Mobilisation

[email protected]

(514) 272-3019, p.224