Les acteurs·trices de changement à l’honneur aux Retrouvailles virtuelles de SUCO!

 

 

Cette année, pour ses Retrouvailles annuelles, SUCO a décidé de mettre en lumière les acteurs et actrices de changement qui forment la #SUCOmmunauté. L’événement, qui s’est déroulé en mode virtuel entre le 8 et le 11 juin dernier et qui a été diffusé sur la page Facebook de SUCO, a permis d’offrir au public une diversité d’activités toutes plus inspirantes les unes que les autres. 

Pour ceux et celles qui ne le savent pas, les Retrouvailles sont une tradition chez SUCO. Chaque année, cet événement a pour objectif de faire découvrir l’organisation et les enjeux sur lesquels elle intervient, mais également l’importance de la coopération internationale et de nos activités de mobilisation au Québec, qui contribuent grandement à engager un vaste réseau d’acteurs et actrices de changements. L’année 2020 est une année particulière puisque SUCO entame le début d’une année de réflexion et d’échanges qui mettront la table pour un bilan de 60 ans d’existence en 2021.

Un soirée de lancement des plus festives et colorées qui donnait le ton au reste de la semaine!

Le 8 juin, en soirée, SUCO a ainsi pu lancer la programmation des Retrouvailles sur un mode des plus festifs et engagés. L’événement a été suivi par une soixantaine de personnes sur la page Facebook de SUCO et a permis au public de rencontrer une partie de l’équipe, venue présenter les différentes activités qu’ils et elles avaient concocté pour le reste de la semaine. 

Le tout a été entrecoupé de trois magnifiques performances, dont l’une d’Acide Ludique,  slameur qui nous a partagé un texte vibrant et touchant appelé Bonnes révolutions. Et que dire du solo de danse de Shérane Figaro de la troupe Aurée Danse Création ou de la prestation de la pétillante Noémi Lira? Cette dernière nous a interprété une chanson vibrante sur un sujet particulièrement difficile, l’assassinat de 267 femmes mexicaines au mois d’avril.

Lors de la soirée animée avec brio par Maude Campeau, le public a également été interpellé pour répondre à la question « Ça veut dire quoi le changement pour vous? » et de nombreuses personnes ont pu y répondre tout au long de la semaine! Voici à quoi se ressemble le changement pour la #SUCOmmunauté : 

Des activités qui mettent en lumière les acteurs et actrices de changement de SUCO au Québec comme à l’international

Le 9 juin, la journée a été dédiée aux personnes qui s’impliquent avec SUCO au Québec à travers sa programmation d’activités nationales. Dans le premier webinaire, Francis Brassard-Lecours de l’organisme Funambules Médias, partenaire de SUCO de longue date, ainsi que Marie-Luce Gervais et Joumana El-Khoury qui sont toutes les 2 animatrices d’ateliers participatifs, ont pu échanger sur la force de la culture comme vecteur de mobilisation pour amorcer une transition écologique plus juste et plus durable. Dans le deuxième webinaire de la journée, les invitées Sophie Bourdon, mentore auprès de stagiaires et ancienne volontaire de SUCO, et Dalia Congo Kabore, membre du Conseil d’administration de SUCO, ont pu discuter du parcours qui les a amenées à s’impliquer avec un organisme comme SUCO. Plus concrètement, elles ont partagé ce que cette expérience apporte à l’organisation et a pu leur apporter autant à un niveau professionnel que personnel. Deux échanges très riches avec des acteurs et actrices de changement animés par une passion et un engagement réel! 

Joumana El-Khoury, animatrice du théâtre-forum, lors de la discussion «La culture comme vecteur de mobilisation, une formule gagnante!»

Le 10 juin, la journée a été dédiée aux personnes qui s’impliquent de près avec SUCO à l’international à travers 2 webinaires qui ont permis au public de rencontrer et d’échanger avec des représentants de deux organisations partenaires de SUCO. Du Sénégal au Pérou, on aura vu comment ensemble, en solidarité, pour reprendre les mots de Djibril Niang, de JVE Sénégal, « nous pouvons créer le changement! ». Le premier webinaire a permis d’échanger d’ailleurs avec ce dernier ainsi qu’avec des bénévoles de JVE Sénégal sur le travail de plaidoyer, d’éducation et d’accompagnement que fait notre partenaire sur les questions environnementales. Dans le deuxième webinaire, l’équipe a  échangé avec Pedro Estrada, spécialiste en développement rural, cofondateur de l’ONG ALLPA, partenaire de SUCO au Pérou. Pedro est aussi coordonnateur du projet Formagro dans la région de Ancash, exécuté avec SUCO depuis quelques années. 

Pedro Estrada, de ALLPA Pérou, lors de la conversation
«Changer le monde, un fromage à la fois!»

Finalement, la semaine s’est terminée en beauté avec la tenue, le 11 juin, d’une discussion passionnante avec des volontaires qui s’impliquent de près avec SUCO à travers des expériences à l’international. Les échanges, riches, ont tourné autour du contenu d’une série de trois baladodiffusions qui avaient été lancées plus tôt dans la semaine sur le profil Soundcloud de SUCO et qui ont été réalisées par ces 4 mêmes acteurs et actrices de changement. Ils et elles ont d’ailleurs pu, à travers la tenue d’un webinaire, répondre aux questions nombreuses du public, sur cette expérience unique et extraordinaire qu’est la coopération volontaire. 

Les volontaires en vedette dans les balados : Katherine Bergeron, Judy Coulombe, Jonathan Munroe et Alexandru Beg

La semaine des Retrouvailles a ainsi été très riche en activités et aura permis au public de découvrir et d’interagir avec différents acteurs et actrices de changement qui agissent à différents niveaux autant au Québec qu’à l’international, témoignant de cette grande diversité qui caractérise les membres de la #SUCOmmunauté.

 


 

Renseignements supplémentaires:

Yasmina Britel
Agente de programme à la mobilisation du public
(514) 272-3019 poste 234
Courriel: [email protected]

 

 


«Un engagement sans frontières» : série de balados

 

 

L’expérience en volontariat est différente pour tous et toutes. Afin de donner un espace aux différentes histoires des volontaires qui partent réaliser un mandat à l’international, nous avons produit une série de baladodiffusions : “Un engagement sans frontières”.  La série a d’abord été lancée dans le cadre des Retrouvailles annuelles de SUCO, et une séance de questions-réponses a eu lieu avec les volontaires en direct de notre page Facebook. La discussion est d’ailleurs toujours disponible pour visionnement.

La série vous permet d’écouter le récit de 4 volontaires qui ont vécu des expériences variées et qui vous partagent leur perception des pays où ils et elles ont travaillé, ainsi que des acteurs et actrices de changement qu’ils et elles ont côtoyés durant leur mandat. Les volontaires abordent également l’impact des actions et des partenaires sur leur communauté. Il est marquant de constater l’enthousiasme des volontaires dans le partage de leur expérience. Ils et elles sont d’accord sur le fait que vivre une expérience en coopération internationale a permis de renforcer leur sens de l’engagement citoyen et de mieux comprendre les enjeux auxquels nos partenaires, mais également nous-même, faisons face. Ils et elles ont des profils différents qui procurent une richesse aux histoires et qui donneront probablement la piqûre aux auditeurs et auditrices qui caressent l’idée de se lancer en coopération internationale.

Suivez le lien pour écouter la série de baladodiffusions : “Un engagement sans frontières”!

Et celui-ci pour visionner la séance de questions-réponses qui eu lieu avec les volontaires en direct de notre page Facebook jeudi 11 juin.

À propos du volontariat chez SUCO

Être volontaire avec SUCO, c’est s’engager à vivre une expérience humaine enrichissante. C’est de vivre avec les communautés à l’étranger, dans les pays où SUCO travaille, et co construire des initiatives avec eux. C’est faire sa part pour que notre monde soit plus juste, plus solidaire et plus durable. De plus, cela implique de comprendre que nous sommes tous et toutes interconnectés·es et que les actions d’une personne ont inévitablement un impact sur les autres.

SUCO oeuvre dans plusieurs pays, et avant d’y envoyer nos volontaires, nous identifions et développons avec nos partenaires sur le terrain au préalable les projets ou les actions nécessaires pour mener le changement qu’ils et elles souhaitent voir. L’idée étant de soutenir les personnes des communautés avec lesquelles nous travaillons pour renforcer leurs capacités. Une fois ces besoins identifiés, des mandats à combler sont définis, puis les personnes intéressées à s’engager comme volontaires ou stagiaires posent leurs candidatures. Les personnes choisies s’envolent ensuite réaliser leurs mandats, qui varient en durée.

Pour ne rien manquer des opportunités de volontariat, inscrivez-vous à notre Alerte-Emploi!

 


Renseignements supplémentaires:
Isabelle-Tracy Laudé
Agente de programme – mobilisation des volontaires
(514) 272-3019 poste 224
Courriel: [email protected]

 


Réaliser le bilan de son expérience de volontariat en ligne

 

 

Suite aux mesures prises par le gouvernement canadien en réponse à la pandémie de la COVID-19, ainsi que par les gouvernements des pays où nous intervenons, SUCO a rapatrié ses volontaires et stagiaires. Toutefois, cette interruption dans la réalisation de leurs mandats n’a pas empêché la poursuite des activités initialement planifiées en vue de leur retour.

Communauté de pratique

Depuis près d’un mois, les prémisses d’une véritable communauté de pratique en ligne se renforcent! Nos stagiaires et volontaires sont plus d’une trentaine à se connecter fréquemment afin d’échanger avec nous et entre eux·elles sur divers sujets. Ils et elles participent à des webinaires dont les objectifs sont le maintien du contact, la mobilisation autour de nos sphères d’action et la formation.

Celle-ci comporte deux volets : le développement professionnel et le bilan d’expérience. Le premier volet se caractérise par des sessions en employabilité dont l’entrepreneuriat, la recherche d’emploi et le mentorat. Le second volet met l’accent sur l’introspection; il permet de mettre des mots sur son vécu à l’étranger et son processus de réintégration à son milieu d’origine. L’exploration partagée de la courbe de l’adaptation culturelle génère des récits à la suite desquels plusieurs enseignements sont tirés. Cet atelier fonctionne comme une véritable catharsis, dans la mesure ou d’éventuelles crises ou chocs vécus sont reconnus et adressés, avec l’aide de professionnels•les en la matière.

Bilan du mandat

Dans le contexte de crise dû à la COVID-19, réaliser son bilan est crucial. En effet, les stagiaires et volontaires ont connu successivement le rapatriement, la quarantaine, puis le confinement. Cela ne va pas sans le stress généré par ces évènements. Heureusement, les formations sont orientées vers des solutions concrètes et adaptées au contexte actuel. Elles mettent de l’avant les ressources en lignes, les opportunités d’engagement générées par la crise, et un réseautage solidaire!

 

Crédit photo : Helena Vallès

 


 

Renseignements supplémentaires:

Moustapha Dembele
Agent de programme – Formation et développement professionnel des volontaires
[email protected]

 


Nouvelles de nos volontaires et stagiaires de retour au Canada

 

 

Suite aux mesures prises par le gouvernement canadien en réponse à la pandémie de la COVID-19, ainsi que par les gouvernements des pays où nous intervenons, SUCO a rapatrié ses volontaires et stagiaires et a mis en pause l’envoi de toute nouvelle personne sur le terrain. Nous sommes d’ailleurs heureux et heureuses de vous confirmer que tous·tes nos volontaires et stagiaires sont maintenant revenus·es au Canada!

Désormais, les énergies de SUCO sont consacrées à adapter nos activités afin de continuer à soutenir nos partenaires pour mener les changements qu’ils veulent voir dans leur communauté. Il est évident qu’à l’issue de cette crise sanitaire mondiale, la solidarité internationale sera d’autant plus importante pour renforcer la capacité des collectivités à se relever plus vite. Ainsi, SUCO redouble d’efforts pour maintenir son approche de proximité malgré le confinement.

Bien que les volontaires et stagiaires soient de retour au Canada, leur coeur est toujours avec les partenaires qu’ils et elles appuyaient. Voici quelques messages qu’elles et ils souhaitent partager avec des personnes qui les ont aidés·es à revenir à la maison et avec nos partenaires.

Chers partenaires :

À toute l’équipe de JVE Sénégal, plus particulièrement à Djibryl Niang, Oureye Sonko et Amath Diouf, nos chers collègues qui nous ont accueilli dans la très grande famille de JVE dès le premier jour : merci. Merci de nous avoir fait découvrir un pays dont la bonté et la générosité des gens nous épataient chaque jour, merci de nous avoir accueilli parmi vous avec les bras ouverts. Grâce à vous, mon temps passé au Sénégal fait maintenant parti des plus belles expériences de ma vie.

Votre sœur pour toujours,

Roxane Pellerin, stagiaire au Sénégal

 

Nunca tuve la oportunidad de decirles cuánto los admiro y cuánto admiro lo que hacen, porque como dijera Eros Ramazzotti, ustedes « trabajan con el corazón » y eso es algo que me toca profundamente y que deja una huella indeleble en las comunidades y en las personas con las que ustedes trabajan. Les mando muchos abrazos solidarios desde la cuarentena quebequense y sepan que los pienso a diario.

Nayheli Alliu, volontaire au Pérou

 

¡Hola compañeras y compañeros de COSECHA! No logramos vernos todos y todas al final ¡pero saben que un día que volveremos a juntarnos! Les deseo a ustedes y sus familias lo mejor para el futuro. Muchas gracias de nuevo por la maravillosa experiencia que viví con ustedes. 🙂 ¡Un abrazo grande!  

Caroline Mary, stagiaire au Honduras

 

Chers partenaires, je vous envoie toutes mes ondes positives. Nous sommes toutes et tous ensemble pour passer à travers cette étape difficile.

Audrey Perreault, stagiaire au Nicaragua

 

À la Red, nous étions comme une petite famille. Grâce à elle, mon intégration s’est bien déroulée, j’ai rencontré de merveilleuses personnes. Je tiens à vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour moi lors de mon passage. J’en suis profondément reconnaissante et agréablement touchée. Je salue particulièrement Dona Raquel, Victor ainsi que mon équipe projet. Je ne garde que de bons souvenirs.

Christine Nguini, stagiaire au Honduras

 

Chers équipes d’Allpa et de l’IDMA, je profite de cet espace pour remercier chacune et chacun de vous pour votre confiance, votre ouverture et votre appui tout au long de mon mandat, ainsi que pour l’engagement et le dévouement dont vous avez fait preuve à chaque jour envers les participantes et participants au projet FORMAGRO. Merci à vous toutes et tous pour les conversations, les apprentissages et les beaux moments que nous avons pu partager. A bientôt!

Marie Létourneau, stagiaire au Pérou

 

Aux personnes qui nous ont prêté main forte pour rapatrier nos équipes :

 

Je suis très reconnaissante aux personnes qui ont dédié de nombreuses heures à notre retour au pays, autant les employés du gouvernement et de l’ambassade du Canada, ainsi que ceux et celles des lignes aériennes et des aéroports, sans qui il aurait été impossible de revenir chez nous. Il est important de remercier particulièrement les agriculteurs et agricultrices partout à travers le monde qui continuent à produire des aliments de qualité, qui nous permettent de nous maintenir en santé et dont l’importance est trop souvent oubliée! 

Catherine Dodaro, stagiaire au Pérou

 

Merci aux partenaires pour l’appui dans le rapatriement des volontaires en région à Lima. Merci à l’équipe terrain pour leur engagement et support dans la semaine de quarantaine à Lima. Merci aux volontaires et aux stagiaires pour leur résilience.

Margarita Canales, volontaire au Pérou

 

 

Il est nécessaire de souligner les efforts des travailleuses et travailleurs de première ligne. Toutes et tous autant que vous êtes, vous faites une différence. À toutes ces personnes qui ont croisé mon chemin virtuellement ou physiquement, je pense à vous et vous avez un grand impact malgré le confinement.

Saphia Arhzaf, stagiaire au Sénégal

 

 

Je veux prendre le temps de remercier tous ceux et toutes celles qui ont permis mon retour à Montréal – le gouvernement du Canada et celui du Pérou, l’équipe de SUCO et les gens qui, dans l’ombre, ont mis du leur pour adoucir ce processus! Je pense à mon copain Anderson, mon amie Frédérique, le chauffeur de taxi, Mabel qui a coordonnée la logistique. J’espère que le retour sur le terrain se fera prochainement, d’ici là merci pour tout, et à bientôt, à tous ceux et toutes celles qui sont loin!

Catherine Joubert, volontaire au Pérou

 


Renseignements supplémentaires:

Isabelle-Tracy Laudé
Agente de programme – mobilisation des volontaires
(514) 272-3019 poste 224
Courriel: [email protected]

 

 

 


Lire un livre humain, une rencontre avec des anciens·nes volontaires

 

 

Montréal, 6 février 2020, la chapelle de l’Espace Fullum fut l’hôte de l’événement « Bibliothèque humaine », organisée par l’équipe du [email protected] de la coopération, un groupe de collaboration de différents organismes de coopération international. Malgré la tempête, l’initiative fut un franc succès avec plus d’une centaine de participants·es avide de lire des livres humains et faire la rencontre d’anciens·nes volontaires.

Les lecteurs et lectrices ont pu choisir trois parmi les 30 livres humains proposés, des personnes ayant contribué au Programme de coopération volontaire (PCV) 2015-2020, financé par Affaires mondiales Canada.

Dis-moi ce que tu lis et je te dirais qui tu es…

À titre d’ancienne volontaire pour SUCO, j’ai eu le privilège de partager mon expérience sur le terrain avec des jeunes et des moins jeunes. Il est vrai que j’étais un livre humain, donc je devais partager mon récit. Cependant, en racontant mes anecdotes j’invitais mes interlocuteurs et interlocutrices à me poser des questions pour enrichir la conversation. Ainsi, j’ai eu le privilège d’échanger avec des citoyens·es du monde allumés·es, tous et toutes avide de faire une différence et surtout de vivre des expériences humaines hors du commun.

Cette expérience m’a rendu nostalgique de mes trois ans passés en Haïti. Nous l’étions tous un peu entre livres. Cet événement nous a permis de souffler sur la poussière amassée sur nos souvenirs et de revivre les émotions que l’on met de côté à notre retour au Canada.

Lorsque j’étais en Haïti, mon impact sur l’amélioration des conditions de vie des communautés était concret. Je le voyais et ressentais au quotidien. Je dis souvent que c’est la période de ma vie ou je me suis sentie la plus utile. Depuis mon retour, je me questionne sur l’impact que j’ai dans ma communauté, ici au Canada. La coopération a changé ma perception sur bien des sujets et depuis mon expérience,  je me considère une actrice de changement. Pour moi, être une actrice de changement ça veut dire assumer mon rôle et mes responsabilités dans les actions pour l’atteinte d’un monde viable, pas seulement à l’international, mais également au Canada. Par contre, les opportunités d’engagement sont parfois moins évidentes, je me suis souvent questionnée sur : comment puis-je m’impliquer davantage pour contribuer aux actions pour l’atteinte d’un monde viable?

Des enjeux mondiaux

Et voilà que la bibliothèque humaine m’a permis non seulement de revivre des émotions enfouies en plus de me permettre de contribuer concrètement aux actions pour la sensibilisation des Canadiens et Canadiennes aux enjeux de ce monde et au travail des volontaires.  Des enjeux qui nous concernent tous et toutes. Cet événement m’a offert l’occasion d’inspirer les citoyens·nes à prendre part au mouvement qui nous mènera vers un monde viable, juste et solidaire.

[email protected] de la coopération

Dans le but de sensibiliser le public canadien aux enjeux de développement international, les douze organisations de coopération internationale (OCI) récipiendaire du Programme de coopération volontaire (SUCO, Oxfam QuébecCECI-Uniterrra, Carrefour internationalCUSO, Vétérinaire sans-frontières et plusieurs autres) ont formé le comité [email protected] de la coopération. Le comité a pour objectif d’organiser des événements de sensibilisation concertés entre OCI et ainsi rejoindre un plus grand nombre de personnes.

 

 

Crédit photo : Louis Lavoie


Renseignements supplémentaires:

Isabelle-Tracy Laudé
Agente de programme – mobilisation des volontaires
(514) 272-3019 poste 224
Courriel: [email protected]


Le Salon Ma carrière en développement international est de retour!

 

 

Un événement pour faire connaître les opportunités d’emploi en développement international

La deuxième édition du Salon Ma carrière en développement international vise à aider les jeunes, en particulier ceux qui font face à des obstacles à l’emploi, à obtenir l’information, l’expérience de travail et les aptitudes nécessaires pour réussir leur transition vers le marché du travail. Participe au salon et déclenche une carrière en développement internationale!

Le salon se déroulera le 22 février prochain, au Centre Culturel de l’Université de Sherbrooke de 10h00 à 16h00 et il permettra aux Canadiennes et Canadiens de mieux comprendre les débouchés professionnels et les types d’employeurs potentiels en développement international.

Pourquoi participer au salon?

Une vingtaine d’organismes de coopération internationale et d’établissements d’enseignement en développement international seront présents au salon. Les jeunes participants et participantes pourront s’outiller et s’inspirer pour un cheminement professionnel en coopération internationale à travers leur participation aux ateliers, au speed-dating réseautage et à un panel de discussion avec des professionnels et professionnelles du milieu.

Par ailleurs, parmi les différentes opportunités de carrière offertes lors de l’événement, plusieurs organisations pourront recruter des stagiaires, des employés et employées pour leur siège social, mais aussi des conseillers et des conseillères volontaires pour aller sur le terrain (en Afrique et en Amérique Latine). Cet évènement s’avère être un excellent tremplin vers une carrière à l’international.

Comment participer?

Es-tu intéressé.e à participer au salon? Inscris-toi sur le site internet du salon en cliquant ici. Tu y auras accès à toutes les informations nécessaires!
RV aussi à la page Facebook de l’évènement pour obtenir les dernières nouvelles.

 

Le Salon Ma carrière en développement international est une initiative horizontale mise en œuvre par onze ministères et organismes, dont Affaires mondiales Canada par l’intermédiaire du Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) et s’est inscrit dans la Stratégie Emploi Jeunesse du gouvernement du Canada.
Cette deuxième édition est organisée par une concertation d’organismes en coopération internationale : L’AMIE, Mer et Monde,  SUCO, le Centre de solidarité internationale du Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Carrefour de la solidarité internationale.

 


Renseignements supplémentaires:

Dominique Moukala
Agente de programmes-gestion de programmes
[email protected]
514 272-3019, poste 201


Martin : nouvel agent de programme au volontariat

 

Depuis mars, Martin Parent-Roy occupe le poste d’agent de programme au volontariat à Montréal, après avoir passé les deux dernières années en Colombie dans le cadre du programme de coopération volontaire. Il remplace Émilie Lefebvre jusqu’à son retour de congé de maternité en mai 2020.

Originaire de Rimouski, il a terminé ses études en ressources humaines à Québec avant de commencer sa carrière internationale lors d’un stage PSIJ à Estelí au Nicaragua. Cette expérience transformatrice a orienté sa carrière dans le monde de la coopération internationale où il a travaillé avec différentes ONG, autant au Québec qu’en Amérique latine.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme qu’il se joint à l’équipe de SUCO et qu’il collaborera avec plusieurs de nos volontaires et partenaires !


Redonnez au suivant !

 

5 raisons de devenir mentors pour les stagiaires de SUCO

Vous aimeriez contribuer au développement professionnel de la relève mais ne savez pas quelle forme cela pourrait prendre ? Pourquoi ne pas devenir mentor pour une personne qui effectue un stage à l’international ?

Dans le cadre de son Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), financé par Affaires mondiales Canada, SUCO offre un programme de mentorat qui vient bonifier l’accompagnement des stagiaires et maximiser leur développement professionnel durant le stage. L’objectif est de permettre aux personnes stagiaires, âgées entre 19 et 30 ans, de développer leurs compétences grâce à un contact privilégié auprès d’un ou une professionnelle du développement international.

1. Une activité bénévole valorisante au service de la coopération internationale

« Chez SUCO, nous souhaitons faire vivre une expérience complète à nos stagiaires, tant sur le plan de l’expérience internationale que sur celui du développement personnel et professionnel ! La contribution d’un mentor est d’être à l’écoute, avoir un regard objectif et une vision élargie qui aideront le mentoré à recadrer les problèmes, explorer des manières différentes de penser et d’entreprendre, valider des choix ou décisions. Il s’agit d’un excellent moyen de développement et d’apprentissage de nouvelles compétences et habiletés à acquérir pour poursuivre une carrière dans un domaine privilégié ! C’est en quelque sorte, une façon de redonner au suivant. » Éléonore Durocher-Bergeron, anciennement agente de programme, stages internationaux

2. Une  contribution qui prend peu de temps et qui rapporte

Le mentorat se fait au moment qui vous convient et selon votre disponibilité.  Notre programme requiert d’être disponible, à distance, sur une période de 6 mois à compter de novembre 2019 à avril 2020, pour une formation initiale, 4 rencontres d’une heure de mentorat par vidéoconférence, un suivi de mi-étape et un sondage final. En tant que mentor, vous aurez l’occasion de réfléchir à vos objectifs et pratiques personnelles, pourrez développer votre style de leadership personnel et de mentorat, aurez la reconnaissance en tant qu’expert sur un sujet et serez exposé(e) à de nouvelles perspectives, idées et approches.

3.Favoriser l’intégration au marché du travail après le stage

Votre contribution favorisera aussi l’insertion en emploi des stagiaires, un objectif clé du programme de SUCO. Entre 2015 et 2017, 73 % des personnes stagiaires ayant participé au PSIJ se sont trouvé un emploi dans leur domaine entre deux semaines à 4 mois après leur stage grâce à l’appui en employabilité offert. Aussi, lors du dernier programme, 93 % des stagiaires croiyaient fermement pouvoir se trouver un emploi après le stage, étaient satisfaits de l’amélioration de leurs compétences ainsi que des  connaissances et de la compréhension acquises par rapport aux enjeux de développement international!

4. Une multitudes de domaines à mentorer

Que vous soyez chargé de projet en coopération, spécialiste en égalité femmes-hommes ou agronome, vous pouvez participer à notre programme. Vous n’êtes pas certain si votre profil professionnel a le potentiel de capter l’intérêt des stagiaires? Laissez-nous la chance d’en discuter avec vous! Nous recherchons des professionnels avec au moins 2 à 3 ans d’expérience dans les domaines suivants (et pas nécessairement en coopération internationale) :

  • Communication environnementale
  • Entreprenariat jeunesse 
  • Administration et finances
  • Commercialisation de produits agricoles
  • Communication
  • Égalité entre les femmes et les hommes
  • Environnement et agroécologie

5. Bonifiez votre propre CV

De nombreux employeurs considèrent l’implication bénévole comme un critère d’embauche. De plus, cette expérience vous permettra d’acquérir des compétences en accompagnement et fonction conseil, un atout à plusieurs parcours professionnels.

Comment participer ?

Les professionnels qui souhaitent devenir mentor doivent :

  1. Soumettre leur formulaire de candidature par courriel à [email protected] avant le  22 novembre 2019.
  2. Participer à l’entrevue de sélection dans la semaine du 25 novembre 2019
  3. Participer au webinaire de démarrage le 3 décembre 2019, puis au jumelage.

Rédigée par Éléonore Durocher-Bergeron

À lire aussi : 5 atouts importants d’une bonne personne mentore en coopération internationale

Renseignements :

Isabelle-Tracy Laudé

Agente de programme- Mobilisation

[email protected]

(514) 272-3019, p.224

 

 


5 raisons de faire un stage à l’international

 

Vous aimeriez vivre une expérience professionnelle hors du commun, mais vous ne savez pas si un stage à l’international est le chemin à suivre?

Les stages internationaux offrent non seulement la chance d’obtenir une première formation en lien avec votre domaine d’études, mais vous permettent aussi de vivre une expérience à l’étranger, dans le milieu de la coopération internationale. Cette expérience peut avoir un grand impact sur un parcours professionnel et personnel. Chose certaine, un stage à l’international est l’occasion de sortir des sentiers battus et de vivre quelque chose d’unique!

Ce type de stage amène bien plus que de simples connaissances techniques. Il permet d’en apprendre beaucoup sur les échanges humains, particulièrement sur soi-même. Pour plusieurs, cette expérience est une étape permettant de découvrir de nouvelles passions, d’enrichir ses connaissances et de renforcer ses compétences, telles que l’autonomie ou même son leadership.

L’exemple parfait pour illustrer ces propos est l’expérience professionnelle des employés et employées qui composent l’équipe de SUCO du siège social à Montréal. Bien que la plupart d’entre nous aient des parcours professionnels complètement différents, plus de la moitié de l’équipe a commencé sa carrière par un stage international. Nous nous accordons tous sur un point : ce volontariat constitue un tournant dans nos vies.

Cinq grandes raisons ressortent des différentes expériences des stagiaires et de l’équipe de SUCO :

Apprendre à changer le monde

« Apprendre à changer le monde, voilà ce qui caractérise une expérience de stage en développement international. Un stage professionnel est un apprentissage en soi, mais imaginez le faire dans un autre pays, dans une autre langue. Imaginez le faire pour contribuer au développement durable dans des communautés d’Afrique ou d’Amérique latine. Les apprentissages qui en ressortent sont multiples et serviront pendant tout le parcours professionnel des stagiaires. » Anne Vincent, chargée de programme, volontariat (ancienne stagiaire Québec sans frontières (QSF)).

 Une première expérience dans le milieu de la coopération internationale

« Si je n’avais pas fait un premier stage en coopération internationale, je ne serais sans doute pas dans le domaine aujourd’hui! C’est cette expérience qui m’a permis d’abord de découvrir les défis stimulants qu’offre le milieu de la coopération internationale, puis de valider mon intérêt pour la gestion de projets. J’ai, par la suite, décidé d’ajouter un certificat en coopération internationale à mon parcours universitaire pour me spécialiser. Ce premier stage m’a aussi permis d’acquérir un plus grand leadership et des compétences essentielles au travail dans le domaine international : travailler dans un contexte interculturel, être capable de lire des enjeux liés à des thèmes transversaux, surtout l’égalité entre les femmes et les hommes et la gouvernance communautaire! » Éléonore Durocher-Bergeron, agente de programme, stages internationaux (ancienne stagiaire Québec sans frontières (QSF)).

Apprendre ou perfectionner une nouvelle langue, tout en développant son réseau

«Mon expérience en tant que stagiaire au programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) a contribué à mon développement tant sur le plan personnel que professionnel. Mon stage m’a permis de maîtriser l’espagnol et de perfectionner mes capacités en production audiovisuelle. Grâce à ce stage, j’ai pu continuer mon parcours professionnel en coopération internationale en devenant coopérante volontaire avec SUCO. Ce cheminement m’a ensuite donné la possibilité d’entrer en poste comme adjointe aux communications au siège social, à Montréal. Toutes ces expériences ont été un moyen d’élargir mon réseau, de rencontrer des professionnels du milieu des communications et de relever de nouveaux défis tel que l’animation d’ateliers de formation.» Nitsé Mathelier, adjointe aux communications (ancienne stagiaire du Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ)).

Plus de confiance pour entamer sa carrière

« Mon niveau de confiance pour trouver un emploi a augmenté. Lors d’une récente entrevue, la responsable des ressources humaines m’a indiqué que mon profil était très intéressant et qu’elle était impressionnée par mon expérience à l’international. Je ne doute pas que plusieurs occasions s’offriront à moi à la suite de cette expérience. » Constance Morel, conseillère en gestion des eaux au Pérou (ancienne stagiaire PSIJ en environnement au Nicaragua)

Vivre une expérience à la fois professionnelle et personnelle permettant d’acquérir de l’expérience de travail

« Bien que je possède une formation générale en communication, je n’avais pas eu l’occasion d’acquérir de l’expérience pour accéder au poste de responsable des communications. En réalisant ce stage, j’ai pu mieux me qualifier pour ces postes. Le stage m’a permis de découvrir comment fonctionnent les ONG, c’est tout un univers qui s’est ouvert à moi. J’ai maintenant vraiment envie de poursuivre ma carrière auprès d’organismes communautaires. » Rébecca Bleau, ancienne stagiaire PSIJ en communication au Sénégal.

Alors, vous avez envie de vous lancer? SUCO est actuellement à la recherche de 18 stagiaires internationaux!

Consultez notre site suco.org/stages pour découvrir toutes les occasions.

Vous avez des questions sur le Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ), souhaitez discuter de carrière en développement international ou voulez en apprendre plus sur ce que l’on fait? Écrivez à [email protected] ou à [email protected].